Les Chroniques de Motor City #31 : La Re-Vitale-isation ratée des Pistons en 1978

Après une décennie d’échec en 1970, les Detroit Pistons décident de devenir une franchise de basket qui compte en NBA. Depuis son rachat, Bill Davidson, le propriétaire des Pistons enchaine les saisons désastreuses et n’arrive pas à faire émerger une fanbase à Detroit, à cause de la concurrence des Lions, des Red Wings et des Tigers. Pour lutter contre cette stagnation, il va alors embaucher en 1978 Dick Vitale, qui aura la lourde tache de coacher l’équipe, mais aussi de la faire gagner, seul moyen d’exister dans la paysage sportif de la Motor City.

A cette époque-là, Dick Vitale est l’Homme le plus populaire de tout le Michigan. Deux ans auparavant avec l’Université de Detroit, il a amené les Titans jusqu’au tournoi NCAA. Par sa seule science du coaching, Vitale a fait de l’Université de Detroit une redoutable équipe alors que jusque là, le programme basket n’avait jamais été une usine à champion. La dernière année, Vitale prendra du recul, dû à des problèmes de santé mais le peuple de Detroit se passionne pour son université et Dick Vitale se fera donc une belle renommée dans la ville.

Cette réussite et cette popularité seront les deux facteurs qui convaincront les Pistons que Dick Vitale est l’homme de la situation. Son arrivée marque le début d’un nouveau cycle pour la franchise des Pistons, accompagnée d’un nouveau gimmick autour du nom de Dick Vitale : le nouveau coach vient pour « re-Vitale-iser » les Detroit Pistons (« re-Vitalize-ing » en anglais) ! Sa venue correspond aussi à plusieurs changements pour les Pistons enfin reversé dans la Conférence Est et qui quittent la Cobo Arena, que détestait Bill Davidson pour le grand stade du Pontiac Silverdome. Comme ils le feront plus tard avec Grant Hill, les Pistons iront jusqu’à créer de nouveaux maillots, des jerseys bleus électriques, marqués d’éclairs, censés justement incarner cette nouvelle dynamique d’équipe !

De l’échec Dick Vitale au début des Bad Boys

Vous découvrirez dans le podcast que l’histoire sera malheureusement écourtée. Dick Vitale ne passera qu’une saison et demi à Detroit, ne réussissant jamais à s’adapter au niveau NBA. Ses opérations de communication lui prennent énormément d’energie et ses problèmes de santé dû au stress lui ont rapidement pourri la vie. Pour sa première saison avec les Pistons, Dick Vitale ne gagne que 30 matchs. Et pour la suivante, c’est même pire puisqu’il sera licencié après seulement 12 matchs en 1979. La Revitalisation a échouée et les Pistons devront repartir à zéro.

Mais malgré son cours passage, Dick Vitale est un personnage important dont nous devions parler dans les Chroniques de Motor City. Toujours dans le monde du basket, il commente la NCAA sur ESPN depuis 40 ans, avec sa voix caractéristique et ses expression bien à lui. Et s’il a échoué à relancer les Pistons, c’est lui qui proposera à Bill Davidson le nom de Jack McCloskey, qui deviendra ensuite l’architecte des Bad Boys.

Vous aimerez aussi...