Les Chroniques de Motor City #20 : La Teal Era, ou quand les Pistons changeaient de couleurs

Il y a une constante dans la Grande Histoire des Detroit Pistons, et cela depuis leurs toust débuts en NBA : les joueurs de la franchise ont toujours joué en bleu, en blanc et en rouge. Simple et classique. Les Pistons ont même fait de la sobriété leur marque de fabrique, adoptant une identité visuelle qu’on qualifiera de traditionnelle mais surtout un logo extrêmement banal puisqu’il s’agissait d’un simple ballon de basket rouge. Une fois ce rappel énoncé, essayez maintenant d’imaginer ce que cette vénérable équipe de Detroit donnerait si elle adoptait des maillots flashy et un logo extravagant ? Bizarre non ? C’est pourtant le changement mis en place la franchise lors de la Teal Era.

1996 sera l’année pivot pour le bon goût du coté de Detroit. Nous sommes au balbutiement de la 3D et du numérique, les créations aberrantes s’enchaînent en NBA et les Pistons ne veulent pas être le parent pauvre de cette nouvelle tendance visuelle. Très certainement rattrapés par la fièvre marketing des années 90, les Pistons changent alors de logo et de couleur : exit le bleu traditionnel et place à un bleu canard dit bleu sarcelle (ce fameux Teal) ultra flashy.

Pour suivre la mode des mascottes (le Raptor de Toronto, le Frelon des Hornets), les Pistons se choisissent un animal symbole qui sera le cheval, dans un concept de puissance automobile (horsepower) digne de la Motor City. Ils en profitent aussi pour remplacer le vieillot ballon de basket et s’offre un logo flamboyant : un cheval à la crinière de feu, accompagné du mot PISTONS dont les S finissent en pots d’échappement.

Lire aussi  Les Chroniques de Motor City #21 : Joe Dumars comme GM des Pistons : génial ou décevant ?

Dans cette Chronique de Motor City, on s’intéressera à l’origine de cette couleur sarcelle. Mais qui a pu avoir l’idée de cette teinte de bleu qui irait mieux à des surfeurs californiens qu’à une équipe de basket du Michigan ? On parlera aussi de l’accueil réservé par les locaux à ce design Teal qui ne leur ressemblait pas tant que ça.

L’échec de la Teal Era, dans les mémoires à Detroit

Le contexte de la période sera aussi très important à décrypter dans ce podcast. Au beau milieu des années 90, les Pistons se trouvaient dans une situation délicate, avec le costume des Bad Boys trop lourd pour cette jeune équipe mais dont le potentiel demeurait présent, ne serait-ce que par la présence de Grant Hill.

A vous maintenant de vous faire une idée sur la pertinence de ce design Teal une fois que vous aurez toutes les clés de l’origine de sa création en main. Vous pourrez aussi estimer si les Pistons ont eu raison de mettre fin à cette expérience et surtout s’ils ont eu raison de revenir aux vielles couleurs. Sans doute la vraie question de ce podcast : est-ce que la révolution Teal ratée n’a pas détruit toute once de créativité chez les Detroit Pistons ?

Vous aimerez aussi...