DossierNews

Rumeur Westbrook aux Pistons : le droit de douter

Russell Westbrook | Detroit Pistons

Le départ de Paul George aux Clippers a des conséquence jusqu’à Detroit. Après ce trade, le Thunder pourrait décider de faire table rase du passé et de se débarrasser de leur franchise player, le MVP 2017 Russell Westbrook. Selon les premières rumeurs, les Pistons seraient parmi les candidats les plus agressifs pour le récupérer. Ce qui nous amène à nous poser cette question : a-t-on le droit de ne pas être totalement convaincu des bienfaits de cette signature ?

Pouvoir se poser des questions sur Westbrook, peu importe le niveau des Pistons

Russell Westbrook est un fantastique joueur. Voila, c’est dit. Il fallait que les premiers mots de cet article pose ce fait indéniable. Westbrook a finit en 2019 sa 3ème saison saison en triple double, est un joueur All-NBA Team chaque année et fait parti de l’élite à son poste. Alors pourquoi une équipe faible comme les Pistons (pas un match de playoffs gagné en 10 ans) hésiterait à le prendre ?

Les pro-Westbrook des réseaux sociaux ont déjà envoyé la première salve de remarques, Brodie étant pour eux supérieur à 99,9% des joueurs ayant porté le jersey de la Motor City. En partant de ce constat, les joueurs limités de 2019 ne devraient même pas avoir leur mot à dire… Et pourtant le débat se situe d’abord ailleurs.

Oui, l’équipe actuelle ne possède pas un joueur du calibre de Russ dans ses rangs. Mais l’ère de Blake Griffin commence à peine et le projet mis en place mérite d’avoir sa chance. La construction des Pistons est possiblement bancale, mais toujours est-il que la franchise ne stagne pas et a donc légitimement le droit d’avoir de l’espoir. La qualification en playoffs l’an dernier était une première étape et on attend encore mieux cette année. Cette équipe ne visera sans doute pas le titre mais serait-ce le cas en ajoutant Russell Westbrook et en la dépouillant du peu d’assets qu’elle possède ? Parce que ceux qui imaginent déjà un Big Three Westbrook-Griffin-Drummond doivent comprendre que cette possibilité est infime.

Russell Westbrook, un extraordinaire joueur mais des réserves légitimes

Russell Westbrook ne débarquera surement pas à Detroit sans un énorme package en contrepartie. Les Pistons devraient céder Andre Drummond (pour matcher les salaires) et dans leur optique de reconstruction, le Thunder demanderait sans doute Luke Kennard, Bruce Brown voir même Sekou Doumbouya, ainsi qu’une fournée de tours de draft. Bref tout ce qui a un peu de valeur dans la Motor City.

En échange, Detroit récupérerait un joueur de 31 ans avec un rendement en baisse depuis 3 ans et une adresse à 3-points catastrophique. Westbrook est aussi titulaire d’un contrat pharaonique dont la dernière année s’élève à 46M alors qu’il atteindra les 35 ans. Faire venir Westbrook à Detroit voudrait alors dire que l’équipe bloque encore sa flexibilité financière jusqu’en 2022. Ed Stefanski a beau être inventif, Detroit n’est pas Los Angeles ou New-York : les role-player préféreront toujours jouer à LA avec Kawhi/George – LeBron/Davis ou à Brooklyn avec KD/Kyrie que dans la Motown. Dès lors, trouver des pièces supplémentaires pour entourer Griffin et Russ pourrait être un vrai casse-tête.

Surtout que la projection du duo Russell Westbrook / Blake Griffin n’est pas évidente à première vue . Les deux échecs au premier tour des playoffs de l’association Westbrook/George au Thunder n’ont rien de vraiment rassurant pour un éventuel duo à Detroit. De plus Blake Griffin a pris une place immense dans le jeu des Pistons et Dwane Casey semble satisfait de la direction prise. Reggie Jackson, si critiqué, est par exemple devenu un catch-and-shooteur très sérieux, avec des % supérieurs à ceux de Westbrook.

Et sans céder à la « hate » ou au « fan-boyisme », personne ne peut nier que Westbrook est un joueur qui ne fait pas l’unanimité. En NBA, qu’on parle de fans ou d’observateurs, Russ est autant sujet à admiration et à critique. Ceux qui avancent ses incroyables statistiques font face à ceux qui lui reprochent d’avoir un jeu peu efficace avec la NBA moderne. Quand on note qu’il est d’un niveau élite en transition à partir du rebond défensif, on ne peut occulter les sacrifices de son équipe. Et ses isolations souvent spectaculaires ne cachent pas son adresse en chute libre. Chaque article, post ou opinion sur Russell Westbrook fait autant réagir positivement que négativement. Peu importe qui détient la vérité, cette diversité de réaction prouve au moins que le doute est permis.

Lire aussi  Pistons-Jazz (94-100) : le road-trip se finit mal
Westbrook, futur Pistons ?

Et si Westbrook était vu comme une valeur « négative » ?

Il existe même un autre axe de pensée où Russell Westbrook serait en fin de compte un poids pour le Thunder. Sa valeur déjà sur le déclin, couplée à son contrat XXL, pourrait pousser OKC à se dépêcher de le trader. Et donc d’être moins gourmand quant à la contrepartie exigée. A l’inverse des Pelicans avec Anthony Davis (encore plus lorsqu’ils ont reçu le first pick donc Zion Williamson), le Thunder n’a pas le luxe d’attendre. Ils sont aujourd’hui à mi-chemin entre playoffs et lottery, soit la pire position sur l’échiquier NBA. S’ils veulent vraiment repartir à 0, se débarrasser de Russ est indispensable. Ce qui veut dire ne pas récupérer autant que sa valeur, voir même être contraint de forcer le trade.

Si cette optique-là se concrétise, si Detroit n’a à lâcher que Reggie Jackson et Langston Galloway par exemple (même si garder Griffin et Drummond en plus de Westbrook semble impossible), la perspective du trade est tout autre. Si les Pistons peuvent récupérer le All-NBA Team qu’est Russell Westbrook sans hypothéquer leur futur proche, alors la manœuvre devient intéressante.

La taille du contrat sera toujours problématique mais Detroit conserverait des assets à lui ajouter pour l’échanger dans le futur. Et si le fit n’est pas évident avec Blake Griffin, Dwane Casey aura toujours la possibilité d’hybrider son plan de jeu s’il conserve Drummond, Kennard et d’autres jeunes en développement.

Au final qui de Detroit ou d’OKC est le plus pressé ?

A la fin, le cœur du problème sera de savoir si OKC veut à tout prix lâcher Russell Westbrook ou si ce sont les Pistons qui ont à tout prix besoin de le récupérer. Celui qui repondra à cette question sera Tom Gores, le propriétaire des Pistons. Car si Westbrook débarque dans le Michigan, c’est qu’il aura été acheteur et il pourrait payer très cher pour arriver à ses fins. Gores, déjà à l’origine de la venue de Blake Griffin en 2018, aurait l’opportunité de boucler celle de Westbrook 18 mois plus tard. Et son empressement serait légitime.

Depuis que Gores a racheté l’équipe, rien ne se passe comme prévu pour les Pistons. Le projet Josh Smith a capoté, de même que celui de Stan Van Gundy. L’équipe ne gagne plus, n’attire plus de stars et joue désormais dans une salle à moitié vide. La foule siffle ses propres joueurs et demande du trade à tour de bras. Dès lors, imaginer la star du Thunder envoyer du caviar à Blake Griffin doit être une perspective alléchante pour Gores.

Tom Gores et les Pistons maximiseraient aussi la fenêtre de Blake Grififn, en lui ajoutant Russell Westbrook. Les potentiels coéquipiers sont sur la même perspective : signés au max jusqu’en 2022 pour Blake et en 2023 pour Russell, les deux joueurs n’ont plus de temps à perdre s’ils veulent leur bague. Les Pistons pourraient être tenté de privilégier l’apport immédiat de Russell Westbrook que le potentiel développement des joueurs déjà dans le roster.

Si Detroit est l’une des équipes les plus agressives pour récupérer Russell Westbrook, ce n’est pas pour rien. Franchise player spectaculaire, capable de totalement changer le visage d’une équipe, Brodie pourrait faire de Detroit un contender très sérieux. La question sera de savoir quel sacrifice Detroit est prêt à faire pour lui. Faire All-In sur un Westbrook de 30 ans qui n’a plus gagné une série de playoffs depuis le départ de Kevin Durant sera un pari extrêmement risqué. Le jeu n’en vaut peut-être pas la chandelle