News

Dans le rouge financièrement, les Pistons tentent le pari Markieff Morris

Markieff Morris Detroit Pistons

Nous avons appris hier soir que Markieff Morris rejoignait les Detroit Pistons lors de cette free-agency. Après une fin de saison moyenne du coté du Thunder, Keef va tenter de se relancer à Detroit. Son côté Bad Boy pourrait plaire aux fans, son jeu un peu moins. Mais Ed Stefanski n’a pas le choix.

Déjà bien au dessus du salary-cap, Detroit doit jouer avec les exceptions pour tenter d’attirer des free-agents. L’an dernier déjà, Ed Stefanski avait multiplié les tests (GRIII, Zaza, Calderón) sans trop de réussite. Cet été, après Derrick Rose grâce à la Mid-Level Exception, puis Tim Frazier au salaire minimum, c’est Markieff Morris qui arrive dans la Motor City via les 3,6M par an de la Bi-Annual Exception.

Il y a deux grands axes de lecture au sujet de cette arrivée de Morris à Detroit et les deux peuvent être complémentaires d’ailleurs. D’abord on peut penser que la signature de Markieff Morris est une chance incroyable pour les Pistons, spécialement à ce prix. Keef peut offrir des minutes solides derrière Blake Griffin et les Pistons ne possédaient pas ce profil dans leur roster. L’autre vision, c’est de dire que Morris n’a pas réussi au Thunder et qu’il est en chute libre depuis la saison 2015. En playoffs cette année, il a eu un rendement similaire à celui de Raymond Felton…

La free-agency des Pistons quand même bien menée

Markieff Morris est une chance pour les Pistons, précisément parce qu’il ne coûte pas cher. Ce n’est pas forcement le joueur que vous avez envie d’avoir (en tout cas selon moi) mais c’est probablement le meilleur joueur que vous pouviez recruter. Les Pistons étaient en contact en début de free-agency avec Jared Dudley et Morris est probablement un meilleur choix.

Par contre, tempérons de suite un point : en aucun cas, ce n’est son frère Marcus, qui a évolué à Detroit entre 2015 et 2017 et qui a laissé un très bon souvenir aux supporters de la Motown. Starter poste 3 pendant ses 2 saisons, Marcus offrait beaucoup des garanties que son frère n’apportera pas. Il ne faudra pas comparer et juste espérer que Markieff trouve naturellement sa place. Ailier fort, capable de jouer au poste de pivot en small ball, Markieff Morris apporte quoi qu’il arrive de la profondeur au banc des Pistons. Les line ups cauchemardesques avec Thon/Zaza ou celles avec bien avec trop d’arrières (on a vu Kennard jouer avec Smith, Galloway et Brown cette année) sont au moins derrière nous.

Lire aussi  Quelle utilisation pour Derrick Rose, nouvelle recrue des Detroit Pistons ?

Et puis, qu’elle soit bonne ou mauvaise, la saison de Markieff Morris n’influera pas vraiment les résultats des Pistons. Keef pourrait être très utile et aider Detroit à chercher une place qualificative en playoffs mais s’il échoue, à la manière de Glenn Robinson III, ce mouvement n’aura pas d’importance et servira toujours de monnaie d’échange pour un trade. Ed Stefanski continue son opération de renforcement de l’effectif à moindre frais, une manœuvre plutôt bien conduite. Je sais vous mais j’attend avec impatience le jour où il disposera d’un peu de salary-cap…

Markieff Morris et Jon Leuer

Encore un mouvement à faire pour Detroit

Après cette signature, faisons un point sur le roster aujourd’hui. A la mène, Reggie Jackson sera titulaire, Derrick Rose son remplaçant (même s’il évolue plutôt poste 2) et Tim Frazier en rotation. Sur le poste d’arrière, Bruce Brown a des certitudes mais Luke Kennard pourrait enfin exploser. L’un sera le remplaçant de l’autre, alors que Galloway et Thomas gratteront des minutes. Poste 3, c’est Tony Snell qui part favori pour démarrer, avec la pépite Doumbouya derrière pour apprendre et Svi Mykhailiuk qui naviguera entre Detroit et Grand Rapids. Sur les postes 4 et 5, c’est plus flou derrière Blake Griffin et Andre Drummond : Markieff Morris est un 4 qui peut jouer 5 et Thon Maker un 5 qui s’en sort mieux en 4…

Si on ne compte pas sur les two-way contract que sont Jordan Bone et Louis King, ainsi que Deividas Sirvydis qui devrait rester en Europe, le roster des Pistons est composé de 14 joueurs. Il manque donc un spot et un pivot serait le bienvenu. Il n’y a pas de vrai protecteur de cercle derrière Andre Drummond, ce qui esxplique pourquoi Detroit était en contact avec JaVale McGee en début de semaine. Mais l’ancien Warrior semble être plus proche des Rockets ou des Lakers que de la Motor City.

Au bout de leurs exceptions, les Pistons vont donc devoir se tourner vers un salaire minimum, d’autant qu’ils s’approchent dangereusement de la luxury tax. Ils peuvent signer un seul et unique contrat minimum lors de cette free-agency mais certaines rumeurs annoncent que le contrat expirant de Langston Galloway pourrait aussi servir de monnaie d’échange…