News

[Transcription Audio] Chroniques de Motor City – Episode 1

Transcription audio Podcast Chroniques de Motor City

Suite à la publication du 1er épisode du podcast dédié à l’Histoire des Detroit Pistons, voici la transcription audio. Elle n’aura sans doute de l’intérêt que pour un petit nombre de personnes, probablement des lecteurs sourds ou malentendants. Dans tous les cas, cette proposition a trouvé un bon écho chez vous lors d’un sondage, donc promesse tenue.

Les Chroniques de Motor City : Podcast dédié à la Culture et à l’Histoire des Detroit Pistons

Bonjour à toutes, bonjour à tous et bienvenue pour ce premier épisode des Chroniques de Motor City. Laissez moi vous dire que je suis très très heureux de lancer ce nouveau contenu aujourd’hui et j’espère que vous serez avec moi dans cette histoire comme vous l’avez été pour tout le reste depuis les débuts de PistonsFr. Alors qu’est-ce que Les Chroniques de Motor City ? Et bien comme nous sommes dans le premier épisode, posons les bases tout de suite : les Chroniques de Motor City, c’est votre podcast dédié à la culture et à l’Histoire des Detroit Pistons. Ensemble nous voyageons à travers le temps pour découvrir ou re-découvrir les moments qui ont compté dans la vie de notre franchise préférée, depuis sa création jusqu’à aujourd’hui.

Pour ceux qui veulent découvrir la genèse du truc et les inspirations qui m’ont poussées vers la création de ce podcast, sachez que j’ai publié un numéro 0, juste avant cet épisode. En gros un épisode plus court, en roue libre, une sorte de « Chronique de Motor City Origins ». Pour tous ceux qui me connaissent depuis le temps, merci d’être toujours là et pour tous ceux qui découvrent au hasard ce podcast, bienvenue je suis Winston et je serais votre guide pendant ce voyage.

Comme je vous l’ai dit, les Chroniques de Motor City, ce sera Histoire et Culture autour des Detroit Pistons. Et pour introduire cette nouvelle série, j’ai choisi un premier numéro très introductif. Pour remettre tout le monde à niveau, il me semblait bien de remonter tout de suite assez loin, et de retourner jusqu’au jour de la création de l’équipe. Pour comprendre au mieux les Detroit Pistons et pour en parler pendant le plus longtemps possible dans ce podcast, je me suis dit que la première histoire que j’allais vous raconter était simplement celle de leur nom. Le thème d’aujourd’hui, c’est tout simplement l’origine du nom de la franchise. Ou littéralement pourquoi les Pistons s’appellent les Pistons. Allez c’est parti.

Episode 1 : L’origine du nom des Detroit Pistons

Les noms des franchises de sport américains, c’est un sujet que je trouve passionnant, avec des histoires qui sont souvent très intéressantes. Je vous laisserais faire une recherche Google avec les termes “origines des noms de franchise NBA” pour vous en rendre compte. Faites juste attention, pour certaines franchises, il y a quelques fausses histoires qui circulent. Il y a autant d’histoires que de nom mais globalement, on peut dégager deux tendances : il s’agit soit du vote des fans pour un terme qui est censé représenter la personnalité de l’équipe – alors là on pourra citer les Raptors, les Mavericks ou les Timberwolves, soit un nom qui directement hérité de la typicité de la ville – et là je peux vous parler des Pacers qui font référence aux 500 miles d’Indianapolis avec la “pace car” qui désigne la voiture de sécurité ou bien les Bulls qui rendent hommage au surnom de la ville de Chicago, qu’on appelle capitale de la viande.

Revenons à Detroit et là c’est encore un peu différent. Tout a l’heure je vous disais de faire attention aux fausses croyances qui circulent, et bien c’est exactement ce qui se passe autour de l’origine des Pistons. Plusieurs fois j’ai lu qu’en gros, Detroit c’est la ville des voitures, dans les bagnoles il y a un moteur et un moteur c’est plein de pistons. Evidemment si c’était le cas, si c’était si simple, ce podcast ne servirait pas à grand chose . Alors oui…mais non !

En réalité, le fait que les Pistons soient domiciliés à Detroit, la ville des voiture, n’est qu’à moitié une coïncidence. Et pour comprendre toute l’histoire, on va remonter le temps direction 1941 pour revenir à la création de la franchise.

Voyage dans le temps

Nous voilà en 1941, et laissez moi vous présenter Fred Zollner, l’homme qui va fonder notre franchise de cœur. Mais cette équipe que vous connaissez aujourd’hui sous le nom de Detroit Pistons ne va pas naître à Detroit, non non mais plutôt à Fort Wayne, sympathique bourgade de 265 000 personnes situé dans l’Indiana. Et oui avant d’être domicilié dans la Motor City, les Pistons sont nés 300 km plus loin. A l’époque, Fred Zollner engage son équipe en NBL – la National Basketball League, une ancienne ligue professionnelle de basket qui a existé de 1937 à 1949. Et si Zollner a pris le temps de construire une nouvelle franchise, c’est dans un unique but : faire de la publicité.

Vous trouvez ça étrange ? Et bien c’est plutôt logique. En fait Fred Zollner, avant d’être propriétaire des Pistons était avant tout un industriel qui possède sa propre usine de fabrication de… et oui de pistons. Sa franchise devait d’abord servir de vitrine à l’activité principale de son propriétaire et Zollner poussera même le vice en donnant son nom complet à sa franchise. En 1941, les Pistons naissent sous le nom complet de “Fort Wayne Zollner Pistons”. C’est triste à dire mais notre franchise préférée a d’abord été créée pour devenir un panneau de publicité géant !

Lire aussi  [Transcription Audio] Chroniques de Motor City – Episode 2

Pour autant les premières années à Fort Wayne vont très bien se passer pour les Zollner Pistons. Pendant 9 saisons en NBL, l’équipe est à chaque fois au delà des 50% de victoires, va deux fois de suite en Finale en 1942 et 1943, puis gagne enfin le titre en 1944 et de nouveau en 1945. L’histoire continue encore 3 ans mais en 1948, Fred Zollner et son équipe quittent la NBL pour aller jouer une saison en BAA, l’ancienne Basketball Association of America. Et au moment de ce déménagement, Zollner choisit enfin d’enlever son patronyme du nom de son équipe. Les Fort Wayne Zollner Pistons deviennent alors les Fort Wayne Pistons tout court. Les raisons de ce changement son simples : Zollner est devenu un personnage important et n’a plus vraiment besoin de cette publicité. De notre coté, on commence vraiment à se rapprocher de l’équipe qu’on connaît aujourd’hui mais pas tout à fait puisque nous sommes toujours à Fort Wayne.

Parce que oui les Fort Wayne Pistons, ce n’est pas encore les Detroit Pistons. Et pour passer de Fort Wayne à Detroit, pour passer de l’Indiana au Michigan, on va devoir faire un nouveau bond dans le temps, cette fois jusqu’en 1957.

On va resituer le contexte : les Pistons de Fort Wayne sont maintenant en NBA et ca marche plutôt bien pour eux étant donné qu’ils sortent de deux finales perdues : d’abord en 1955 où ils échouent contre les Syracuse Nationals 4 matchs à 3. Cette finale est très controversée puisque dans les ultimes secondes du Game 7, Andy Phillip, joueur des Pistons, va perdre un ballon douteux qui va faire perdre son équipe et à l’époque des soupçons de corruption avaient tournés sur lui- mais ça c’est une histoire que je vous raconterais peut être dans un futur podcast – . L’autre finale perdue, c’est l’année suivante en 1956, mais cette fois-ci sans contestation avec un 4-1 pour les Warriors de Philadelphie.

Deux échecs de suite en Finale NBA, c’est dur mais ça prouve aussi que les Pistons sont une équipe qui compte dans cette NBA. Et du côté de Fred Zollner, on se dit que la ville de Fort Wayne est maintenant trop petite pour ses Pistons.

Grandir, l’objectif des Pistons

Zollner va donc chercher une nouvelle maison et il a deux critères : un plus gros marché et un endroit où il n’y a pas de concurrence niveau basketball. Les recherches ne durent pas longtemps et Detroit est vite choisie comme la future maison des Pistons. Il faut dire que la Motor City répond aux rêves de Zollner : l’agglomération pèse 4 Millions d’habitant et il n’y a eu aucune équipe professionnelle de basket dans la ville depuis plus de 10 ans ! Mais pour être franc avec vous, Zollner n’a pas eu besoin de chercher bien loin : en fait Detroit était une ville que le propriétaire des Pistons connaissait bien puisque que quasiment tous les clients de son usine étaient des constructeurs automobiles basés à Detroit comme General Motors, Ford ou Chrysler. En 1957, le déménagement est acté et les Fort Wayne Pistons deviennent enfin les Detroit Pistons que nous connaissons aujourd’hui.

Mais lors d’un déménagement comme celui-là, garder l’ancien nom est parfois une mauvaise idée : on risque de se retrouver avec des situations un peu étranges quand l’ancien nom est transposé dans un nouvel environnement. Je vais vous prendre deux exemples assez gênant : d’abord les Lakers dont le nom vient des “Minneapolis Lakers” Ca avait du sens à Minneapolis qu’on surnomme cité des 1000 lacs, mais c’est franchement moins pertinent depuis le passage à Los Angeles. Et c’est la même chose pour les Vancouver Grizzlies qui ont gardé leur nom une fois à Memphis, alors que les ours dans le Tennessee, c’est pas évident….

Bon heureusement pour nous les Pistons n’auront pas ce problème en déménageant à Detroit. On peut soit parler de coup de chance, soit de destin mais dans tous les cas, la franchise avait des liens avec le monde automobile dès sa naissance, à cause de l’activité de son propriétaire. Finalement son déménagement dans la Motor City était peut etre la suite logique dans son histoire.

Où retrouver ce podcast ?

Ainsi s’achève notre voyage et ce tout premier épisode des Chroniques de Motor City. Désormais vous savez pourquoi les Pistons s’appellent les Pistons. De mon côté, j’espère que vous avez pris autant de plaisir à faire ce voyage que j’en ai pris à vous le raconter.

Si vous le voulez bien, on va finir ce podcast par un instant promo. Donc, les chroniques de Motor City sont à retrouver sur les plateformes Apple Podcast, Google Podcast, et Spotify, ainsi que sur les agrégateurs de podcast comme Podcast Addict sur Android.

Si vous êtes encore là, merci d’avoir écouté jusqu’à la fin. Si vous avez aimé cette histoire, la meilleure chose que vous pouvez faire pour le soutenir, c’est déja d’en parler autour de vous. Le truc cool, si vous avez quelques secondes, c’est de balancer une note ou un commentaire sur iTunes, apparemment ça aidera à donner de la visibilité.

En attendant le prochain numéro, je vous invite à me retrouver sur Twitter @PistonsFR et sur le site pistonsfr.com.

Merci encore pour votre soutien et à trés bientôt pour une prochaine chronique.