News

Rose, Curry, Beverley… les pistes des Pistons pour la free-agency

Cibles des Pistons pour la free-agency

Une fois les playoffs terminés, l’actualité d’une franchise NBA se tourne immédiatement vers la draft et la free-agency. Pour les Detroit Pistons, c’est la deuxième option qui sera retenue : le roster va connaitre quelques bouleversements et puisque la banque est vide, il faudra ruser pour attirer un meneur remplaçant , principal poste à pourvoir.

Le nouveau board de Detroit, incarné par Ed Stefanski, n’a pas encore totalement prouvé l’étendu de ces compétences. Les paris de l’été précédent – Pachulia, Calderón, Glenn Robinson III – n’ont pas vraiment été gagnants mais les Pistons pouvaient-ils prétendre à mieux vu le contexte financier ? La seconde free-agency qui s’annonce devrait donner quelques réponses aux fans, puisque le chantier du meneur back-up ouvrira rapidement les hostilités. Alors que Ish Smith vient de finir son contrat, Detroit risque de perdre un de ses meilleurs éléments et le remplacer ne sera pas chose facile.

On le répète une nouvelle fois mais la situation financière des Pistons ne pousse pas à l’optimisme. Cet été, Detroit n’a à offrir que la mid-level exception (environ 9,2 millions), la biannual exception (3,6 millions) et des minimum vétéran. Avec ces enveloppes bien maigres, les Pistons doivent réaliser des miracles, le premier d’entre-eux étant de trouver un joueur capable de prendre le relais de Reggie Jackson. Et à deux mois de l’ouverture de la free-agency, plusieurs noms reviennent déjà fortement.

Derrick Rose | Detroit Pistons

Derrick Rose (18 points, 2,7 rebonds, 4,3 passes)

La première cible de Detroit sort d’une saison digne d’un revival. Chez les Wolves, Rose a retrouvé des éclairs de génie, signant un record en carrière avec 37% à 3-points et a impressionné toute la NBA avec son match à 50 points au début de la saison. Le MVP 2011, signé au salaire minimum à 2,1 millions de dollars, devrait logiquement recevoir bien plus cet été. Il sera en outre un des noms les plus courtisés par les franchises à la recherche d’un meneur.

Capable de jouer poste 1 et 2 , Rose ferait du bien à l’un ou l’autre de ces postes chez les Pistons. Défenseur sérieux, D-Rose a réussi à faire évoluer en partie son jeu pour coller à la NBA actuelle, ce qui n’est pas sans rappeler le parcours d’un certain Blake Griffin. Mais soyons francs, il n’y a que peu de chance que les deux parties trouvent un terrain d’entente : Rose a surement mieux à trouver (les Bulls par exemple) et Detroit ne prendra pas le risque d’ajouter un autre joueur « fragile » à ses lignes arrières.

Seth Curry | Detroit Pistons

Seth Curry (7,9 points, 1,6 rebonds, 0,9 passes)

Et pourquoi pas un Curry chez les Pistons ? Auteur d’une saison très correcte du coté de Portland, Seth Curry a ses fans dans le board de Detroit. Impliqué dans la bonne fin de saison des Blazers et toujours présent lors des playoffs, Curry séduit surtout par son adresse à 3-points : ses 45% de loin sur près de 4 tentatives par match feraient beaucoup de bien dans la Motor City.

Lire aussi  Pistons TV #11 : Les 4 matchs des Finales NBA 1989 des Pistons contre les Lakers

Payé 2,8M par les Blazers au titre de la Mid-Level Exception cette année par Portland, Seth Curry devrait logiquement toucher bien plus. La plupart des rumeurs imaginent un salaire tournant entre 5 et 8M pour le frère de Steph. Soit pour les Pistons, une énorme partie de leur MLE, au dessus des 6M de Ish Smith. Reste à savoir si Detroit ferait un upgrade avec ce profil très différent, qui répond au besoin de shoot longue distance mais qui oublie totalement le volet « playmaker ».

Patrick Beverley | Detroit Pistons

Patrick Beverley (7,6 points, 5 rebonds, 3,8 passes)

La dernière des cibles potentielles des Detroit Pistons a vu sa côte remonter en flèche ces dernières semaines. Par son trashtalk permanent, par sa défense sur Kevin Durant et par son rôle croissant chez les Clippers, Pat Beverley s’est rappelé au bon souvenir de tous les GM NBA. Beverley peut défendre – et vraiment bien – mais aussi shooter à 3-points (40% cette saison), soit exactement ce que cherchent les Pistons en priorité. Si la création n’est pas sa qualité première, le Clipper nage dans les mêmes eaux statistiques qu’Ish Smith, avec un temps de jeu à peine supérieur.

Dans la dernière année de son contrat signé en 2015 à Houston, Beverley a touché 5M en 2018-2019. Son avenir sera sans doute lié à celui des Clippers : la franchise et le joueur souhaitent continuer leur histoire mais Los Angeles a la place pour deux contrats max. Si l’autre franchise de LA part en chasse de Kawhi et Klay Thompson par exemple, elle devra laisser partir Berverley. Dont le fighting-spirit pourrait bien coller avec les Pistons !

Et si la solution était de garder Ish Smith ?

Devant les difficultés qui se profilent pour cette free-agency, les Pistons feraient peut-être mieux de garder Ish Smith. Si les playoffs ont démontré les difficultés du meneur back-up de Detroit, sa saison régulière a une nouvelle fois été de bonne facture, l’absence de Smith pour blessure coûtant même cher à la Motor City fin 2018. Avant de partir à la chasse au meneur, Ed Stefanski a devant lui un joueur qui souhaite rester à Detroit, lui l’ancien journeyman :

Detroit est la ville qui m’a le plus adopté, qui a pris mes compétences et les a respectées et aimées; donc évidemment, s’ils m’appellent, il est certain que je resterai à bord

Ish Smith | Detroit Pistons

Très apprécié dans le vestiaire, autant par les cadres comme Reggie Jackson que par les jeunes comme Kennard et Brown, Ish souffre malgré tout d’une faiblesse générale au shoot et d’une défense à peine correcte. Cette saison, Dwane Casey a testé quasiment tous les joueurs possibles au poste de point-guard, de Kennard à Khyri Thomas, sans doute pour anticiper une telle situation.

L’été s’annonce studieux à Detroit et la question du meneur back-up occupera tout le début de la free-agency des Pistons. A moins que la draft renverse tous les pronostics : un Coby White ou un Nickeil Alexander-Walker serait un pari qui se tente !