NewsTop 100

Top 100 Pistons – De la 5ème place à la 1ère place

Top-100-detroit-pistons-final

Franchise riche en Histoire, les Detroit Pistons ont vu passer dans leurs rangs de grands joueurs, des légendes du Basketball qui ont fait de cette franchise un pilier de la NBA. Pour leur rendre hommage, PistonsFR a décidé de réaliser un Top 100 All-Time des meilleurs joueurs des Pistons.

De Fort Wayne à Detroit, de la création par Fred Zollner aux Bad Boys, ce classement mêle Hall of Famers, petites histoires et tragédies. Après un long chemin, nous arrivons à la fin du voyage avec les 5 derniers joueurs, les 5 plus importantes figures de l’Histoire des Detroit Pistons.

PLACE N°5 A 1

N°5 DU TOP 100 PISTONS : CHAUNCEY BILLUPS

Top 100 chauncey billups detroit pistons

La carrière de Chauncey Billups chez les Pistons :

  • 482 matchs entre 2002 et 2014
  • Champion NBA 2004
  • Maillot n°1 retiré en 2016
  • MVP des Finales 2004
  • 3 fois All-Star de 2005 à 2008
  • All-NBA Second Team en 2006 et Third Team en 2007
  • All-NBA Defensive Second Team en 2004 et 2006
  • 4ème All-Time en passes décisives avec 2984 points
  • 2ème All-Time en 3-points marqués par 890 3-points
  • 11ème au pourcentage à 3-points avec 39,7%
  • 6ème au pourcentage aux lancers-franc avec 89,2%

Pour inaugurer ce dernier épisode du Top 100 All-Time des Detroit Pistons et pour commencer ce Top 5, Chauncey Billups a tout du candidat idéal. Durant la Goin’To Work Era, Billups n’était rien de moins que le socle de cette équipe de Detroit championne en 2004. Il en était le capitaine respecté dans le vestiaire, le relais de Larry Brown sur le terrain et celui a qui tout le monde faisait confiance dans les moments chauds.

Mr Big Shot, comme il était surnommé, faisait régulièrement exploser le Palace of Auburn Hills avec ses gros tirs très clutchs. Avant tout, Billups était un homme de playoffs, capable d’élever son déjà très solide niveau de jeu quand les séries éliminatoires pointaient le bout de leur nez en Avril. Sur la totalité de son premier passage à Detroit, Billups n’a d’ailleurs connu au minimum les Finales de Conférence ! Son départ à Denver, voulu par le GM Dumars pour relancer la franchise, coïncidera avec la fin de cette dynastie pour Detroit, preuve supplémentaire de l’importance que pouvait avec Chauncey Billups dans la NBA du milieu des années 2000.

Fidèle à la Motor City, Billups reviendra boucler sa carrière à Detroit en 2013, où il jouera les mentors pour les jeunes Pistons. Dès sa retraite prononcée, les Pistons se sont empressé de retirer son maillot n°1 (même s’il est encore porté par Reggie Jackson depuis…). Ce n’est que justice tant Billups reste encore sous-estimé par un public plus prompt à citer Deron Williams ou Chris Paul quand il s’agit d’évoquer les meneurs modernes importants. Chef de fil d’une franchise qui a dominé l’Est pendant presque 10 ans, Billups était un meneur complet, efficace des deux côtés du terrain et capable de prendre un match à son compte. On attend désormais son retour à Detroit comme dirigeant !

N°4 DU TOP 100 PISTONS : BOB LANIER

Top 100 bob lanier detroit pistons

La carrière de Bob Lanier chez les Pistons :

  • 681 matchs entre 1970 et 1980
  • Entrée au Hall of Fame en 1992
  • Maillot n°16 retiré en 1993
  • 7 fois All-Star de 1972 à 1975 et de 1977 à 1979
  • MVP du All-Star Game 1974
  • Premier choix de la Draft 1970
  • All-Rookie First Team en 1971
  • 7ème All-Time en matchs joués avec 681 matchs
  • 3ème All-Time en points marqués avec 15488 points
  • 2ème All-Time en points/match avec 22,7 points
  • 2ème All-Time aux rebonds avec 8063 rebonds
  • 8ème All-Time en passes décisives avec 2256 passes
  • 3ème All-Time aux contres avec 859 contres

Pour avoir porté pendant les Pistons durant toute une décennie sur ses grandes épaules, Bob Lanier mérite cette 4ème place du Top 100 All-Time, échouant de peu au pied du podium. Premier choix de la draft 1970, Lanier va attendre 4 ans avant de ramener Detroit en playoffs malgré toutes les promesses que faisaient naître son potentiel duo avec Dave Bing. Mais dans cette décennie des années 70 mal gérée par les Pistons, rien n’était facile pour Bob Lanier.

Dans l’Histoire des Detroit Pistons, personne n’a encore fait mieux que les 22,7 points par match de Bob Lanier tout au long de sa carrière sous le jersey de Detroit (statistiquement Blake Griffin est devant mais avec seulement 1 saison et demi dans les pattes). Monstre offensif, Lanier devait pourtant lutter dans une NBA où les intérieurs étaient les rois : des deux côtés du terrain, Kareem Abdul-Jabbar, Wilt Chamberlain ou Bill Walton attendaient le pivot des Pistons. Mais le grand Bob savait qu’il devait donner le maximum et même plus s’il voulait faire quelque chose avec cette équipe de Detroit qu’il aimait tant mais à des années-lumières de la concurrence.

Alors Bob Lanier a tout fait, capable de trouver sa place même aux côtés du glouton Bing et assumant ses responsabilités au départ de ce dernier. Insensible à la douleur, Bob Lanier a souvent joué alors que son corps lui disait stop. Mais pour Detroit, le géant continuait à avancer et a finalement réussi à qualifier 4 fois d’affilée la Motor City en playoffs. Mais conscient des limites de cette équipe, Lanier finit par partir aller faire le bonheur des Bucks. Bien que légitime et demandé par Lanier lui-même, ce trade déchira le joueur qui a souvent dit sa tristesse de ne pas avoir pu porter cette équipe où il le souhaitait.

N°3 DU TOP 100 PISTONS : BEN WALLACE

Top 100 Ben wallace detroit pistons

La carrière de Ben Wallace chez les Pistons :

  • 655 matchs entre 2000 et 2006
  • Champion NBA en 2004
  • Maillot n°3 retiré en 2016
  • 4 fois All-Star de 2003 à 2006
  • 4 fois Defensive Player of The Year en 2002, 2003, 2005 et 2006
  • All-NBA Second Team en 2003, 2004 et 2006, et Third Team en 2002 et 2005
  • 5 fois All-Defensive First Team de 2002 à 2006
  • Double meilleur rebondeur NBA en 2001 et 2003
  • Meilleur contreur NBA en 2002
  • Meilleure performance All-Time en contres sur un match avec 10 contres en 2002
  • 9ème All-Time en matchs joués avec 655 matchs
  • 4ème All-Time aux rebonds avec 7264 rebonds
  • Leader All-Time aux contres avec 1486 blocks
  • 2ème All-Time aux interceptions avec 931 interceptions

Médaille de bronze de notre Top 100 All-Time des Detroit Pistons, Ben Wallace peut se féliciter d’être le plus grand joueur non-drafté à être passé par la franchise ! Et peut-être même de toute la NBA ? Une chose est sure, Big Ben Wallace n’était pas amené à avoir un tel destin. Débutant sa carrière dans l’ombre à Washington et Orlando, Wallace a tout du journeyman comme il en existe des dizaines en NBA. Son arrivée à Detroit en échange de la superstar Grant Hill avait d’ailleurs fait couler énormément d’encre dans la Pistons Nation.

Lire aussi  Jack McCloskey, une décennie de création des Bad Boys

Et pourtant les fans de la Motor City venaient de récupérer le meilleur représentant de l’esprit col bleu qui anime cette ville de Detroit et par extension la franchise. Conscient de ses limites offensives, Ben Wallace ne se prendra jamais pour un autre tout au long de son mandat à Detroit. Limité en taille et en envergure, Wallace jouera alors de ces muscles et de sa volonté pour faire jeu égal avec un monstre comme Shaquille O’Neal, dans son prime s’il vous plait.

Incontestable meilleur défenseur de la NBA sur toute cette décennie, Big Ben faisait le bonheur du Palace of Auburn Hill et même du monde entier, son afro devenant rapidement un modèle d’identification. Les Detroit Pistons, plus de 25 ans après les Bad Boys, comptaient de nouveau en NBA et c’est à Ben Wallace qu’ils le devaient : sa combativité au rebond et sa hargne défensive ont façonné toute la philosophie de la franchise, qui a réussi à trouver une cohérence qu’elle n’avait jamais eu tout au long de son existence.

N°2 DU TOP 100 PISTONS : JOE DUMARS

Top 100 joe dumars pistons

La carrière de Joe Dumars chez les Pistons :

  • 1018 matchs entre 1985 et 1999
  • Champion NBA 1989 et 1990
  • Entrée au Hall of Fame en 2006
  • Maillot n°4 retiré en 2000
  • MVP des Finales 1989
  • 6 fois All-Star de 1990 à 1993, en 1995 et en 1997
  • All-NBA Second Team en 1992 et 1993, et Third Team en 1990 et 1991
  • All-NBA Rookie First Team en 1986
  • All-NBA Defensive First Team en 1989, 1990, 1992 et 1993, et Second Team en 1991
  • Leader All-Time en matchs joués avec 1018 matchs
  • 2ème All-Time en points marqués avec 16401 points
  • 2ème All-Time en passes décisives avec 4612 passes
  • 8ème All-Time aux rebonds avec 4947 rebonds
  • Leader All-Time en 3-points marqués avec 990 3-points

Sur la deuxième place du podium, Joe Dumars ! Indissociable de la franchise du Michigan, Dumars restera lié aux Pistons de 1985 à 2014, soit près de 30 ans entre joueur star et Général Manager. Si ce Top 100 All-Time se limite aux performances sur le terrain, le succès de Joe une fois passé dans l’organigramme des Pistons ne peut pas être ignoré.

Sa draft en 1985 par Jack McCloskey représente un pas décisif dans la construction des Bad Boys. Non seulement les Pistons tiennent leur poste 2 d’avenir mais aussi le parfait complément au leader Isiah Thomas. Efficace attaquant, Gentleman Joe sera surtout le défenseur extérieur parfait pour ces Pistons, capable d’épuiser Michael Jordan en appliquant à merveille ces fameuses Jordan Rules. Lors des Finales NBA 1989, il administra le même traitement de choc à Magic Johnson, décrochant pour cela le titre de MVP des Finales.

Teigne en défense, régulier en attaque et véritable sage dans cette équipe de fous furieux qu’étaient les Bad Boys, Dumars traversera sans surprise les époques. Il ne portera jamais un autre uniforme que celui de Detroit et une fois la Bad Boys Era terminée, il continua sa carrière pour encadrer les jeunes Hill et Houston, passant à la mène pour prendre le relais d’Isiah Thomas. Sitôt sa retraite déclarée en 2000, il reprend les rênes de la franchise, pour l’aider à retrouver les sommets. Ce qu’il réussira quatre ans après !

N°1 DU TOP 100 PISTONS : ISIAH THOMAS

Top 100 isiah thomas detroit pistons

La carrière de Isiah Thomas chez les Pistons :

  • 979 matchs entre 1981 et 1994
  • Champion NBA 1989 et 1990
  • Entrée au Hall of Fame en 2000
  • Maillot n°11 retiré en 1996
  • MVP des Finales 1990
  • 12 fois All-Star de 1982 à 1993
  • All-Rookie First Team en 1982
  • All-NBA First Team de 1984 à 1986, et Second Team en 1983 et 1987
  • Meilleure performance sur un match aux passes décisives avec 25 passes en 1985
  • Meilleur passeur NBA en 1985
  • 2ème All-Time en matchs joués avec 979 matchs
  • Leader All-Time en minutes jouées avec 35516 minutes
  • Leader All-Time en points marqués avec 18822 points
  • Leader All-Time aux passes décisives avec 9061 passes
  • Leader All-Time aux interceptions avec 1961 interceptions

Au commencement de ce Top 100 All-Time, il y a 8 mois, 99% de personnes sondées auraient probablement choisi « Isiah Thomas » comme candidat à la première place. Bien évidemment, aucune surprise aujourd’hui : après 99 joueurs classés et chroniqués, il est temps de remettre la couronne à Isiah Thomas.

S’il n’y avait aucun suspens, c’est parce que Zeke dépasse largement le simple cadre du basket. Encore aujourd’hui, 25 ans après sa retraite, Isiah Thomas incarne encore le visage de l’institution Pistons. Dites « Detroit Pistons », on vous répondra Isiah Thomas. Et il n’a rien de plus logique que cela. Élément de base du projet Bad Boys et arrivant dans la Motor City alors que le roster n’est qu’un immense champ de ruine, Thomas va se construire en même temps que cette équipe. On peut trouver Bill Laimbeer plus proche de l’état d’esprit des Bad Boys mais la réalité est que sans Isiah Thomas, jamais cette équipe n’aurait écrit sa légende dans les livres d’Histoire de la NBA.

Dès sa saison rookie en 1981, Baby Faced Assassin atterrit au All-Star Game, une habitude qu’il conservera tout au long de sa carrière et qui prouve déja l’immense joueur qu’il est amené à devenir. Chaque année, Zeke repousse les limites de son génie : scoreur génial, passeur d’élite et leader de ce groupe de tête brûlées, Thomas porte les Pistons étape après étape jusqu’au double titre NBA. Jamais mieux que 5ème au vote du MVP, Isiah Thomas a payé et paye encore aujourd’hui l’image des Bad Boys. Car oui Isiah n’était pas le dernier pour asséner les coups vicieux.

Détesté par le reste de la Ligue mais adoré par le peuple de Detroit, Isiah Thomas restera l’homme d’une seule franchise, là où tant de grands vont abîmer leur réputation sur la fin. Son héritage éternel le place probablement pour toujours comme le plus grand joueur des Detroit Pistons. Dans une franchise présente depuis si longtemps, qui a connu tant d’époques et tant de grands joueurs, la domination d’Isiah Thomas sur le plan du palmarès, des statistiques et de l’affection du public est finalement incroyable. Un magnifique numéro un pour refermer notre Top 100 All-Time des Detroit Pistons.