DossierNews

Preview Playoffs Pistons (8)-Bucks (1) : le sweep, une fatalité ?

preview des playoffs Detroit Pistons contre Milwaukee Bucks

Au terme d’un suspens haletant et d’une victoire lors du dernier match de la saison régulière, les Detroit Pistons se sont qualifiés pour les playoffs NBA. Mais en accumulant les erreurs sur la fin, Detroit a chuté à la 8ème place et affrontera les Milwaukee Bucks, meilleure équipe NBA. Preview d’une série où gagner un seul match semble impossible.

Le pire adversaire possible, les Bucks de Giannis Antetokounmpo

Dernière équipe à valider sa qualification en playoffs, les Pistons vont tomber sur un monument. Pour sa première saison sous l’ère Budenholzer, les Bucks sont tout simplement devenus la meilleure équipe de la NBA et les seuls à atteindre les 60 victoires en saison régulière. Brillant des deux cotés du terrain, Milwaukee pratique un jeu parfaitement adapté au basketball d’aujourd’hui : en plus de proposer un spacing ultime en empilant les snipers, l’ensemble est sublimé par la présence de Giannis, véritable aimant à défenseur, qui a pris une toute autre dimension cette saison.

Dans le prolongement de ses travaux précédents, Coach Bud a inculqué à son équipe la culture de la rentabilité. Épurant leur sélection de shoot au maximum, les Bucks ne prennent quasiment que des 3-points ou des shoots très près du cercle. Et quelle efficacité : avec plus de 64% de réussite dans ces shoots sous l’arceau, les Bucks sont inarrêtable quand ils attaquent le panier. Mais que les Pistons n’espèrent pas se s’enflammer de l’autre côté du terrain. Les Bucks possèdent également le meilleur Defensive Rating cette saison avec seulement 104,9 encaissés pour 100 possessions et comptent dans leur rang des joueurs calibre All-Defensive Team comme Bledsoe et Giannis, véritable tour de contrôle de cette défense.

Comment arrêter cette attaque infernale ?

En saison régulière, Pistons et Bucks se sont affrontés 4 fois. Et par 4 fois, les Pistons ont du s’incliner dont la moitié assez lourdement. Le squad de Dwane Casey n’a jamais vraiment su freiner l’attaque de Milwaukee. Il faut concéder que peu d’équipes y sont arrivées cette année : en entourant Giannis, créateur d’élite, avec des shooteurs fiables, Budenholzer a simplifié le jeu de son équipe pour en faire une machine à gagner. Le spacing de Milwaukee pose problème à toutes les équipes de la Ligue et si le Greak Freak s’enflamme, le match peut être plié dès la mi-temps.

Très probable MVP 2019, Giannis ne souffre d’aucune limite et il semble correct de dire que personne ne peut l’arrêter en un contre un actuellement. Ce constat se vérifiera d’autant plus que les Pistons n’auront personne à lui opposer lors de cette série. Detroit joue avec Bruce Brown poste 3 qui, bien que meilleur défenseur de l’équipe, n’a absolument pas le physique pour affronter Giannis. Blake Griffin diminué, Andre Drummond pourrait être le candidat désigné pour s’atteler à la tache, d’autant que son match-up face à Brook Lopez lui semble défavorable. Personne à Detroit n’a envie de voir Andre déserter la raquette pour venir contester les shoots à 3-points du pivot adverse. S’il se concentrait sur Giannis, Drummond pourrait conserver son rôle de protecteur d’arceaux, empêcher au maximum le Grec de prendre position et reléguer Blake Griffin (ou Thon Maker) sur Lopez.

Ce bricolage ne suffirait pas mais pourrait obliger Giannis à travailler un peu plus. Les Sixers avec Embiid ou le Jazz avec Gobert ont déjà tenté cette formule en fin de saison, sans grande réussite pour le moment. Depuis peu, une autre solution est avancée pour lutter contre l’attaque de Milwaukee : la défense en zone. La perspective de bloquer les pénétrations de Giannis séduit les franchises de l’Est et pourrait bien inspirer Detroit. Plutôt « mal vue » en NBA, la défense en zone a été testée par les Nets contre ces mêmes Bucks, qui s’étaient retrouvés à faire tourner la balle sans solution. Il faut dire que Bledsoe (29%) et Giannis (22,4%) sont de piètres shooteurs en catch-and-shoot. Mais les Pistons n’ont jamais testé cette solution-là et il est quasiment certain que Mike Budenholzer, favori pour le Coach of the Year, a déjà préparé une parade.

pistons-drummond-bucks-giannis-preview

Bledsoe, futur cauchemar de Reggie Jackson

Auteur d’une saison à 82 matchs pour la première fois de sa carrière, Reggie Jackson a enchaîné les très bonnes performances et les tout justes correctes depuis Janvier 2019, qui coïncidait avec son retour en forme physique. Aussi surprenant que cela puisse paraître, Jackson a été le véritable baromètre de cette équipe des Pistons sur la deuxième partie de saison : quand il va bien, qu’il dicte le rythme du match et que l’adresse est au rendez-vous, l’équipe gagne. Avec le probable forfait (au moins pour les premiers matchs) de Blake Griffin, Reggie devrait voir ses responsabilités croître et se retrouver dans une situation similaire à la campagne de 2016, quand il était le leader d’une attaque qui n’avait pas réussi à prendre un match aux Cavs de LeBron James.

Mais le problème pour Detroit, c’est que Reggie Jackson va trouver sur sa route Eric Bledsoe. Le meneur des Bucks a pris une dimension incroyable cette saison et particulièrement en défense. Premier rideau défensif capable d’annihiler une action à lui tout seul, Bledsoe a largement le calibre d’une All-Defensive Team et sera un poison dans la vie de Reggie Jackson. Si le Piston commence à tergiverser, on le sait capable de rapidement prendre des mauvais choix, de perdre la balle ou de tenter de jouer au héros.

Or Jackson le baromètre doit pouvoir bénéficier d’un peu d’espace pour orchestrer ses plans et notamment l’intégration d’Andre Drummond. On sait la paire plutôt efficace sur pick&roll, là où Jackson pourrait tirer profil de la defense en drop de Brook Lopez (c’est à dire quand il reste sous le panier) pour prendre une bonne partie de ses tirs à mi-distance ou carrément à 3-points. Mais avec Bledsoe dans les pattes, adieu l’avantage de Jackson… Ce match-up sera à surveiller particulièrement. On sait aussi que le joueur des Bucks avait raté dans les grandes largeurs ses playoffs en 2018, dominé complètement par Terry Rozier. Les choses ont changé depuis mais peut-être que l’ancien « Mini-LeBron » y pensera un peu trop au moment de jouer la série contre Detroit.

Lire aussi  Pistons-Nets (75-103) : le coup d'arrêt

Les blessures, finalement facteur x de la série ?

Au cours du premier match, dans la nuit de dimanche à lundi pour nous en France, les deux équipes risquent d’être privées de certains de leurs meilleurs éléments. Commençons par les Pistons. Relativement préservés toute la saison malgré un roster franchement injury prone, les Pistons ont du faire face à la blessure au genou de Blake Griffin pour 4 matchs. A peine revenu contre le Thunder, retour fracassant où Blake a scoré 45 points, voila que le franchise player de Detroit aggrave sa blessure contre les Hornets. Tentant sans succès le tout pour le tout face à Memphis, Griffin a du laisser ses coéquipiers sauver les meubles lors des deux derniers matchs de la saison régulière. Depuis Blake se soigne et officiellement est en « day-to-day ». Par chance, Detroit ne joue son Game 1 que lundi et son Game 2 le jeudi suivant.

On espère très fort que Blake sera de retour et en bonne santé. Sans lui, il n’y a strictement aucune chance que les Pistons ne prennent ne serait-ce qu’un seul match aux Bucks. Sauf peut-être si eux aussi sont trop pénalisés par les blessures. Milwaukee sera au moins privé toute la série de Malcolm Brogdon, titulaire indiscutable et meilleur shooteur à 3-points des Bucks cette saison. Nikola Mirotić sera lui aussi indisponible pour les premiers matchs. L’ailier espagnol a justement été recruté dans l’optique des playoffs et son absence fragilise le spacing parfait des Bucks.

Encore une fois, ces forfaits ne sont que quelques mesaventures sur la route de Milwaukee qui restent largement supérieur aux pauvres Pistons, qui sont eux privés de leur meilleur élément et de loin. Giannis est toujours en pleine forme et cette seule donnée suffit à faire des Bucks le grandissime favori de la série. Mais à l’heure de rediger cette preview, il faut bien trouver des arguments en faveur de Motor City… Le roster très profond des Bucks offre quand même de nombreuses solutions de rechange, même si on peut imaginer que le jeu sera moins fluide lors du Game 1 le temps de faire des ajustements. Il faudrait que ce soir-là Giannis soit en méforme, que Brook Lopez ne rentre pas ses tirs et que Reggie Jackson ait la main chaude, et alors là, les Pistons pourraient éventuellement tenir la dragée haute au leader de la Conférence Est.

Le pronostic : 1-4 pour enfin gagner un match de playoffs.

En enchaînant deux sweeps lors de leurs deux dernières campagnes de playoffs (2009 et 2016), les Pistons doivent remonter à la Finale de Conférence est perdue 4-2 contre les Boston Celtics pour retrouver une victoire en post-season. L’attente commence à être longue pour les fans de la Motor City et une victoire aurait certainement une portée symbolique assez forte. Rappelons aussi que la Little Caesars Arena, inaugurée en Octobre 2017, va connaitre ses premiers playoffs. Pour cette salle assez triste où les huées sont plus nombreuses que les applaudissements, célébrer une victoire pourrait être un grand pas vers une union sacrée.

En 2016, la qualification en playoffs venait valider le projet de Stan Van Gundy. Après le sweep, tout le monde avait relativé, vantant l’expérience acquise et imaginant un futur radieux pour les jeunes Drummond, Jackson, KCP, Johnson… 3 ans plus tard, Tom Gores a changé l’homme à la tête de l’équipe, a ajouté un All-NBA player en la personne de Blake Griffin et soyons francs, si une élimination au premier tour contre ces Bucks-là n’a rien d’humiliant, un nouveau sweep pourrait faire du mal. Il serait alors difficile de parler de « prise d’expérience », de « découverte du haut niveau », même si la communication des Pistons a déjà déployé quelques éléments de langage.

Après la probable élimination contre les Bucks, il sera intéressant de revenir sur la fin de saison des Detroit Pistons. Mi-février, quand l’équipe était solidement installée à la 6ème place, on commençait à imaginait quels problèmes les Pistons pourraient poser aux Raptors ou aux Sixers. Malheureusement la mauvaise série finale a enrayé cette perspective et Detroit doit faire face à un véritable ogre, largement au dessus du lot.

Après avoir suivi cette équipe pendant sa pré-saison et ses 82 matchs de saison régulière, il me semble impossible de voir Detroit réussir un upset. La côte du sweep infligé par les Bucks est probablement très faible, tant cette série est considéré comme la plus déséquilibrée. Mon cœur de fan me fera espérer un petit match gagné par Detroit, si possible à la Little Caesars Arena, avec un Blake Griffin de gala !

Les horaires de la série de playoffs

  • Game 1 : Lundi 15 avril à 01h00 à Milwaukee
  • Game 2 : Jeudi 18 avril à 02h00 à Milwaukee
  • Game 3 : Dimanche 21 avril à 02h00 à Detroit
  • Game 4 : Mardi 23 avril à 02h00 à Detroit
  • Game 5 : Mercredi 24 avril à Milwaukee (si nécessaire)
  • Game 6 : Vendredi 26 avril à Detroit (si miracle)
  • Game 7 : Dimanche 28 avril à Milwaukee (si cataclysme)
reggie-jackson-giannis-Antetokounmpo