News

Pistons- Bucks Game 1 (86-121) : une différence de classe

Review-game-1-pistons-bucks

Aucune surprise pour ce Game 1 entre les Detroit Pistons et les Milwaukee Bucks. Les hommes de Dwane Casey ont subi une énorme défaite dès le premier match de cette série de playoffs. Giannis Antetokounmpo a immédiatement fait sa loi.

Impossible sans Blake Griffin

Quelques heures avant le match, la sentence est tombée : Blake Griffin est out pour ce Game 1. Sans lui, c’est une bonne partie des espoirs (déjà minces) des Pistons qui s’envolent. Comment éviter le sweep promis sans son franchise-player ? Avec Thon Maker dans le 5 de départ, la proposition offensive de Detroit a comme prévu été trop pauvre. Face à ce manque, Dwane Casey avait choisi de confier la balle à Andre Drummond au poste haut, dans l’espoir que son pivot aère le jeu et trouve des partenaires démarqués. Cette technique n’avait pas fonctionné en 2017 sous Van Gundy et face à la défense agressive des Bucks, le plan est vite tombé à l’eau.

Pourtant les Pistons ont intérêt à plutôt vite s’adapter car on a appris que Blake Griffin devrait être indisponible toute la série. Ce qui a finalement du sens : les espoirs de Detroit sont infimes sur cette opposition et il serait stupide de risquer un plus gros pépin, surtout connaissant la fragilité de Blake. Alors maintenant, Thon Maker qui se réveille, GRIII sur Giannis, relancer Jon Leuer ? Les possibilités de Casey ne sont pas nombreuses mais nous ne sommes à l’abri de rien : en fin de match, le coach des Pistons a joué avec Smith, Galloway, Thomas et Kennard en même temps sur quelques séquences !

Trop de certitude pour les Bucks

Alors que les Pistons avaient pour mission prioritaire de surveiller Giannis, le Grec avait déjà provoqué deux fautes de Thon Maker en contre-attaque après à peine une minute. Très solide, Milwaukee menait déjà de 16 points après 4 minutes de jeu. La défense tout terrain des Bucks a rapidement fait perdre des ballons aux Pistons, qui ont souffert en transition. Plus généralement cette équipe de Milwaukee a montré qu’elle était prête pour les playoffs alors que Detroit est resté dans sa dynamique négative de la fin de saison régulière.

Lire aussi  Pistons TV #11 : Les 4 matchs des Finales NBA 1989 des Pistons contre les Lakers

Si les Raptors ou les Sixers ont perdu leurs premiers matchs, on le doit certes au talent de leur adversaires mais aussi à leur propres faiblesses (le cas Lowry à Toronto, le manque d’identité offensive de Philadelphie). Ces doutes, les Bucks ne les ont pas et c’est aussi ce qui rend cette série si déséquilibrée. Detroit n’aurait surement pas battu n’importe lequel de ces adversaires en 7 manches mais jouer les Bucks ne devrait pas offrir beaucoup d’expérience à ce roster.

Luke Kennard, la seule éclaircie

Il est le seul jeune talent de cette équipe et il a déjà brillé hier soir. Dans cette défaite de 35 points, Luke Kennard a montré qu’on pouvait compter sur lui. Pour ses premiers playoffs, le gaucher a compilé 21 points en 28 minutes à 8/14 aux tirs avec un joli 4/5 à 3-points. Quand à coté de lui, Wayne Ellington et Langston Galloway se trouent largement, on se demande si Luke ne devrait pas avoir plus de responsabilité.

Exigeant avec lui toute la saison, Dwane Casey avait plusieurs fois reproché à Kennard de refuser des shoots ouverts et de ne pas avoir assez confiance en lui. Hier soir, alors que le mouvement était absent du coté des Pistons, Luke a saisi sa chance sans hésiter et a même réussi à sortir de la défense agressive des Bucks pour s’offrir quelques shoots ouverts. Alors que les Pistons étaient déjà menés de 27 points à la pause, c’est bien Luke qui a nous a tenu éveillé !