DossierNews

Qui est Sviatoslav Mykhailiuk, le nouveau joueur des Detroit Pistons ?

Sviatoslav Mykhailiuk Detroit Pistons

A quelques heures de la trade deadline, les Detroit Pistons ont envoyé Reggie Bullock en échange de Sviatoslav Mykhailiuk et d’un second choix de draft. Si cet échange suscite beaucoup d’émotion dans la communauté Pistons, Mykhailiuk pourrait être un joueur intéressant dans le futur.

Commençons par les évidences. Svi Mykhailiuk (prononcez « muh-KIE-luke ») n’est pas l’égal de Reggie Bullock, loin de là. En situation de faiblesse à cause du contrat expirant de Bullock et de leur masse salariale bloquée, les Pistons n’avaient pas beaucoup d’option. Mais le package des Lakers n’est pas vide de sens. Drafté en 47ème choix de la dernière draft (soit derrière Bruce Brown et Khyri Thomas), Mykhailiuk sortait d’une belle et longue campagne universitaire à Kansas. Tournant à 14.6 points, 3.9 rebonds et 2.7 passes en moyenne, Svi avait marqué les esprits avec son 44.4% de réussite à 3-points qui lui avait permit de marquer 115 tirs à 3-points sur une saison, un chiffre inédit chez les Jayhawks.

Considéré comme l’un des meilleurs joueurs européens en arrivant à Kansas, Mykhailiuk a payé ses deux premieres années NCAA, où il a globalement tout raté, perdu son shoot, pris du poids et envoyé des signes inquietants en défense. Les Lakers auraient donc fait une bonne affaire en le récupérant si bas. A L.A., Svi a d’ailleurs montré la meilleure version de lui-même : un shooteur fiable, avec une vraie intelligence de jeu, capable d’apporter un spacing à la second unit et de punir les défenses. Disputant 38 des 54 matchs des Lakers cette saison, Mykhailiuk tournait à 3,2 points en 10,7 minutes, à seulement 32,1% à 3-pts (mais avec un échantillon assez faible de 2,2 tentatives par match) avant de débarquer chez les Pistons.

Mykhailiuk, shooteur en sortie de banc

Chaque soir, Svi Mykhailiuk devait se battre avec Josh Hart, Lance Stephenson ou Kentavious Caldwell-Pope pour grappiller quelques minutes. Et malgré cela, il est devenu un membre régulier de la rotation de Luke Walton, qui donnait du crédit à son rookie juste avant le trade avec les Pistons :

Je veux lui donner des opportunités, surtout parce que nous avons du mal à mettre nos shoots. Nous pensons qu’il peut être un tireur d’élite dans cette ligue un jour. Je cherche des minutes pour lui, et il le sait.

Contrairement à son coéquipier Mo Wagner, drafté lui au 1er tour, Svi n’a jamais vraiment fait l’aller retour entre la NBA et la G-League. Il n’a été affecté aux South Bay Lakers qu’une seule fois et sur ces cinq matchs, l’Ukrainien tournait en moyenne à 29,2 points avec un superbe 44,9% à 3-points.

Dans l’effectif pléthorique mais bancal des Lakers, Svi s’est aussi fait une place de choix dans le cœur des fans qui pleurent aujourd’hui leur rookie, de la même manière que les fans des Pistons pleurent Bullock. Le compte Twitter Lakers France ne tarit pas d’éloge à son sujet parlant de lui comme « un shooteur talentueux, bon défenseur et capable de créer pour les autres » auquel il « faut du temps de jeu et de la confiance pour réellement marquer son arrivée en NBA, ce que LA ne pouvait lui offrir ». Il rajoute même qu’ « à titre personnel, ça fait chier de le perdre ».

Quelle place pour Svi chez les Pistons ?

Jeune, à développer, avec un contrat raisonnable, Svi Mykhailiuk represente le nouveau type de joueur qui intéresseront Detroit jusqu’à la fin des gros contrats (Jackson, Leuer, Galloway…), hormis un autre gros mouvement dans les heures à venir. Trop talentueux pour tanker mais trop limités pour viser les premiers rôles, les Pistons n’osent pas appuyer sur le bouton « reset » mais se soulagent d’une Luxury Tax l’an prochain, qu’ils auraient payé en resignant Bullock.

En regardant de plus près le profil de Mykhailiuk , on comprend que Dwane Casey a mis la main sur un jeune arrière qui pourrait devenir un shooteur d’élite mais qui a pas mal d’autres caractéristiques dans son jeu comme le playmaking, la défense ou le jeu de passe. A peu de chose près, Svi ressemble au jeune Reggie Bullock qui debarquait à Detroit en 2015 avec ses 1,9 points de moyenne à 32% à 3-points. Souhaitons à Svi et aux Pistons un destin similaire.