NewsTop 100

Top 100 Pistons – De la 35ème place à la 31ème place

place 35 à 31 du top 100 Detroit pistons

Franchise riche en Histoire, les Detroit Pistons ont vu passer dans leurs rangs de grands joueurs, des légendes du basketball qui ont fait de cette franchise un pilier de la NBA. Pour leur rendre hommage, PistonsFR a décidé de réaliser un Top 100 All-Time des meilleurs joueurs des Pistons.

De Fort Wayne à Detroit, de la création par Fred Zollner aux Bad Boys, ce classement mêle Hall of Famers, petites histoires et tragédies. Aujourd’hui, on se rapproche du dernier quart du classement avec les joueurs de la 35ème place à la 31ème.

PLACE N°35 A 31

N°35 DU TOP 100 PISTONS : TERRY MILLS

Terry Mills, Top 100 des Detroit Pistons

La carrière de Terry Mills chez les Pistons :

  • 476 matchs entre 1992 et 2000
  • 21ème All-Time en matchs joués avec 476 matchs
  • 26ème All-Time en points marqués avec 5872 points
  • 20ème All-Time en rebonds pris avec 2821 rebonds
  • 6ème All-Time en 3-points marqués avec 495 3-points

A la 35ème position de ce Top 100, Terry Mills fait un peu figure d’intru. Jamais All-Star, l’ailier fort n’a pas connu les succès qu’on pu avoir des joueurs classés plus bas que lui. Pourtant Mills compte dans l’histoire des Detroit Pistons. Arrivé sur la fin des Bad Boys (les deux dernières saison d’Isiah Thomas), Mills était un fan des Pistons avant même de mettre un pied en NBA : il est le neveu de John Long, pilier de la Motor City entre la fin des années 70 et le début des années 80. Adolescent, il a donc côtoyé des joueurs comme Greg Kelser, Phil Hubbard ou Earl Cureton.

Terry Mills a aussi pour lui une énorme longévité comme membre des Detroit Pistons. En 476 matchs et 2 passages, Mills s’est inscrit dans les livres d’Histoire, particulièrement au 3-points. Précurseur du poste de Stretch-Four, il a marqué des brouettes de tirs au delà de la ligne, profitant des bonnes passes de Grant Hill mais surtout de son éthique de travail incroyable, qu’il enseigne aujourd’hui comme coach.

N°34 DU TOP 100 PISTONS : JAMES EDWARDS

james edwards top 100 pistons

La carrière de James Edwards chez les Pistons :

  • 256 matchs entre 1988 et 1991
  • Champion NBA en 1989 et 1990

James Edwards n’est pas le joueur qui a le plus brillé statistiquement dans l’histoire des Detroit Pistons. Pourtant sans la trouvaille de Jack McCloskey, les Bad Boys n’aurait sans doute pas gagné deux titres NBA. Jamais All-Star, Edwards était un luxe pour les Pistons lorsqu’il a rejoint l’équipe en 88. Pourtant c’est bien son jeu offensif dans la peinture qui a permis à Detroit de passer l’obstacle des Celtics, et enfin se frayer un chemin jusqu’aux Finales.

Dans l’ombre de Laimbeer, Mahorn et Rodman lors de sa première saison, il va « profiter » du départ de Mahorn lors de l’expansion draft de 1989 pour prendre des minutes et une place de starter. Tout le monde s’accorde pour dire que Buddha aura été une pièce essentielle de ces succès. S’il n’est pas le Bad Boy le plus souvent cité, il est celui qui aura gagné ses duels face à Patrick Ewing, Robert Parish ou Kevin McHale…

N°33 DU TOP 100 PISTONS : WALTER DUKES

Walter Dukes | Fort Wayne Pistons

La carrière de Walter Dukes chez les Pistons :

  • 422 matchs entre 1957 et 1963
  • All-Star 1960 et 1961
  • 28ème All-Time en matchs joués avec 422 matchs
  • 7ème All-Time en rebonds pris avec 4986 rebonds
  • 2ème All-Time en rebonds par matchs avec 11.8 rebonds
  • 33ème All-Time en points marqués avec 4580 points
Lire aussi  Preview Playoffs Pistons (8)-Bucks (1) : le sweep, une fatalité ?

Walter Dukes est probablement le moins connu des grands pivots de l’Histoire des Detroit Pistons. Après leur double finale 1955 et 1956, les Fort Wayne Pistons sont devenus trop grands et déménagent à Detroit. Pourtant c’est à ce moment-là que la franchise connaîtra une des ses périodes les moins riches en succès. Walter Dukes restera six saisons dans la franchise et en sera un des rares points positifs des équipes Piston à la fin des années 50 et au début des années 60.

Statistiquement Dukes tourne en double-double pendant toute sa période Pistons, ce qu’il l’amènera à être deux fois appelé pour jouer le All-Star Game. Pour finir sur une note moins sérieuse, Walter Duke était aussi un joueur très indiscipliné : durant deux saisons consécutives en 58 et 59, il finira leader de la NBA … aux nombres de fautes. Un moindre mal pour un joueur qui devait affronter chaque soir des adversaires comme Bill Russell ou Wilt Chamberlain.

N°32 DU TOP 100 PISTONS : EARL LLOYD

Earl Llyod histoire des Detroit Pistons

La carrière de Earl Lloyd chez les Pistons :

  • 140 matchs entre 1958 et 1960
  • Entrée au Hall of Fame en 2003

Plus important que les Detroit Pistons, Earl Lloyd a marqué l’histoire le 31 Octobre 1950, avec l’équipe des Washington Capitals, devenant le premier joueur noir à jouer en NBA. Des années avant le Civil Rights Act de 1964 qui déclarait déclare illégale toute discrimination aux USA, Earl Lloyd était drafté avec Chuck Cooper et Nat Clifton mais le hasard du calendrier le fit rentrer encore un peu plus dans l’histoire du Basketball.

Sur la fin de sa carrière, The Big Cat débarque chez les Detroit Pistons. Il y jouera deux ans, avant de devenir entraîneur de la franchise en 1972, ce qui fera de lui le deuxième afro-américain à occuper un tel poste. Après le basket, Earl Lloyd est resté à Detroit pour aider les élèves les plus défavorisés de la ville à accéder à l’éducation. Définitivement une des meilleures personnes de ce Top 100.

N°31 DU TOP 100 PISTONS : KEVIN PORTER

Kevin Porter Detroit Pistons

La carrière de Kevin Porter chez les Pistons :

  • 190 matchs entre 1975 et 1979
  • Meilleur passeur de la NBA en 1978 et 1979
  • 13ème All-Time en passes décisives avec 1920 passes
  • Leader All-Time en passes décisives par match avec 10.1 passes/match
  • 3ème meilleure performance à la passe sur un match avec 23 passes décisives
  • 29ème All-Time en interceptions avec 286 interceptions

Difficile de placer Kevin Porter dans un éventuel Top 3 des meneurs de l’Histoire des Detroit Pistons… Avec Isiah Thomas double champion NBA, Chauncey Billups champion NBA et MVP des Finales, et enfin Dave Bing, Hall of Famer, la concurrence est rude sur ce poste. En revanche, contrairement à ces meneurs leader offensif de leurs équipes respectives, Porter est sans doute meilleur dépositaire du jeu.

En plus d’avoir réalisé la 3ème meilleure performance à la passe dans l’Histoire de la franchise, Kevin Porter possède la meilleure moyenne d’un joueur ayant porté le jersey de Detroit ! Plus généralement il est admis que Kevin Porter a été le passeur le plus talentueux à être passer chez les Pistons : même Isiah Thomas n’a pas réussi à être double meilleur passeur de la NBA.