Top 100

Top 100 Pistons – De la 45ème place à la 41ème place

Franchise riche en Histoire, les Detroit Pistons ont vu passer dans leurs rangs de grands joueurs, des légendes du basketball qui ont fait de cette franchise un pilier de la NBA. Pour leur rendre hommage, PistonsFR a décidé de réaliser un Top 100 All-Time des meilleurs joueurs des Pistons.

De Fort Wayne à Detroit, de la création par Fred Zollner aux Bad Boys, ce classement mêle Hall of Famers, petites histoires et tragédies. Aujourd’hui, on continue la deuxième partie du classement avec les joueurs de la 45ème place à la 41ème.

PLACE N°45 A 41

N°45 DU TOP 100 PISTONS : ANTONIO MCDYESS

antonio mcdyess | PistonsFR, actualité des Detroit Pistons en Francz

La carrière de Antonio McDyess chez les Pistons :

  • 381 matchs entre 2004 et 2009
  • 37ème All-Time en nombre de matchs joués avec 381 matchs
  • 21ème All-Time en rebonds pris avec 2687 rebonds
  • 15ème All-Time en pourcentage aux rebonds avec 16,9%
  • 14ème All-Time en contres avec 268 contres

Contrairement aux idées recues, le maillot des Detroit Pistons est celui qu’Antonio McDyess a le plus porté lors de sa carrière. Les 381 matchs de Dice avec les Pistons dépassent d’une courte tête ses apparitions avec les Nuggets (361). Mais sous le maillot de Denver, McDyess a été All-Star, All-NBA 3rd Team et a connu ses meilleures années statistiques, ce qui explique l’identification à la franchise du Colorado plutôt qu’avec la Motown. Mais sa seconde partie de carrière mérite d’être connue.

Arrivé à Detroit juste après le titre 2004, Antonio McDyess passera 3 saisons à être le vrai 6ème homme de cette équipe des Pistons qui rayonne sur la NBA. Ces qualités défensives, sa science du rebond et sa combativité font merveille quand les Wallace’s se reposent sur le banc. Au départ de Big Ben en 2006, il devient même starter, contribuant au parcours de la franchise jusqu’en Finale de Conférence chaque année.

 

N°44 DU TOP 100 PISTONS : CHRIS FORD

Chris Ford | PistonsFR, actualité des Detroit Pistons en France

La carrière de Chris Ford chez les Pistons :

  • 485 matchs entre 1972 et 1978
  • 17ème All-Time en nombre de matchs joués avec 485 matchs
  • 36ème All-Time en points marqués avec 4120 points
  • 4ème All-Time en interceptions avec 785 interceptions
  • Meilleure performance All-Time en interception sur un match avec 8 interceptions en 1977

Chris Ford a joué pendant l’une des périodes les moins riches en succès des Pistons, malgré un effectif doté de deux Hall of Famers que sont Dave Bing et Bob Lanier. Progressant d’année en année, Ford va prendre de l’ampleur dans la franchise, devenant le 3ème homme des Pistons au départ de Bing, derrière Lanier et M.L. Carr. Sa longévité à Detroit le fera rentrer dans l’Histoire de la franchise avec des rankings aux points et aux interceptions au dessus de son niveau réel.

Malgré tout Chris Ford est un des meilleurs voleurs de ballon de son époque. Sa performance en 1977 contre les Warriors reste gravée dans le marbre : avec 8 steals sur ce match, il réalise tout simplement le record de la franchise, parfois approché mais jamais égalé. Homme de record, Ford est aussi un homme de première fois, cette fois-ci après son départ de Detroit. En 1979, sous le jersey des Celtics, Chris Ford aura l’honneur de marquer le premier tir à 3-points, que la NBA vient tout juste de mettre en place.

 

N°43 DU TOP 100 PISTONS : RODNEY STUCKEY

Rodney Stuckey | PistonsFR

La carrière de Rodney Stuckey chez les Pistons :

  • 483 matchs entre 2007 et 2014
  • Elu NBA All-Rookie 2nd Team
  • 18ème All-Time en nombre de matchs joués avec 485 matchs
  • 23ème All-Time en points marqués avec 6491 points
  • 14ème All-Time en nombre de passes décisives avec 1888 passes
  • 17ème All-Time en interceptions avec 453 interceptions
Lire aussi  Top 100 Pistons - De la 25ème place à la 21ème place

Voir Rodney Stuckey succéder à Chris Ford n’a finalement rien de surprenant. Même ranking statistique en nombre de matchs joués ou en interceptions, même fidélité aux Pistons, même période très moyenne pour la franchise. Mais contrairement à Ford, Stuckey a fini son histoire avec Detroit en mauvais termes, déclinant année après année. Et pourtant sa saison rookie aura été intéressante, le jeune Piston montrant des facultés d’accélération intéressantes et une énergie qui faisait du bien, même en playoffs.

Par la suite, Stuck ratera la marche qui aurait pu lui faire un All-Star, voir même un potentiel Franchise-Player. Trop limité, trop souvent blessé, Rodney Stuckey aura même quelques problèmes de comportement dans le vestiaire. Mais sa longévité et son impact dans cette période restent non négligeables. Il est un symbole de la période post 2008 des Detroit Pistons, celle qui n’a pas su prendre le relais de Ben, Sheed, Rip, Tayshaun et Chauncey.

 

N°42 DU TOP 100 PISTONS : ADRIAN DANTLEY

Adrian Dantley | PistonsFR actualité des Pistons en France

La carrière de Adrian Dantley chez les Pistons :

  • 192 matchs entre 1986 et 1989
  • Entrée au Hall of Fame en 2008
  • 38ème All-Time en points marqués avec 3894 points
  • 7ème All-Time en points/matchs avec 20.1 points de moyenne
  • 16ème All-Time en réussite aux tirs avec 52,5%

Légende du Jazz où son jersey n°4 est retiré, Adrian Dantley a été l’un des meilleurs scoreurs des années 80.  Quand il est tradé par Utah en 86, il débarque à Detroit avec l’ambition d’aider cette équipe à passer un cap. La mission sera en partie réussie puisque les Pistons arrivent jusqu’aux Finales NBA 1988 où ils ne lâchent les armes que face à l’armada des Lakers. Personne ne contestera que les Pistons sont devenus des prétendants au titre grâce à Adrian Dantley.

Seulement voila, les Pistons ont fini par gagner ce fameux titre après le départ d’Adrian Dantley. S’il s’était assagi à Detroit, The Teacher conservait un ego surdimensionné et ne supportait pas de partager la tête d’affiche avec Isiah Thomas. Quelques soucis supplémentaires avec le coach Daly ont fini par convaincre Jack McCloskey de s’en séparer au profit de Mark Aguirre, ami d’enfance de Thomas par ailleurs. Dans un autre contexte, avec d’autres partenaires, Adrian Dantley aurait pu devenir un des 10 meilleurs joueurs de l’Histoire des Detroit Pistons.

 

N°41 DU TOP 100 PISTONS : TERRY DISCHINGER

Terry Dischinger | PistonsFR

La carrière de Terry Dischinger chez les Pistons :

  • 452 matchs entre 1964 et 1972
  • All-Star 1965
  • 23ème All-Time en matchs joués avec 452 matchs
  • 27ème All-Time en points marqués avec 5512 points

En plus d’être un grand joueur de basket, Terry Dischinger nous permet de faire de faire une connexion avec l’armée américaine, mise à l’honneur chaque année par les Pistons via leur nuit « Hoop for Troops« . Si ce concept nous est un peu étranger en France, il est important aux USA et Dischinger sera le meilleur exemple de notre Top 100 : après sa première saison à Detroit (sa 3ème en NBA), il met sa carrière entre parenthèse pour effectuer son service militaire pendant deux ans.

Quand il rentre à la vie civile, sa production, bien qu’en légère baisse, reste très honorable. Terry Dischinger réussira à rester au dessus des 50% aux shoots durant toute sa carrière chez les Pistons, avec un vrai impact. Le All-Star d’avant son passage à l’armée n’est plus là mais la science du jeu ne s’oublie pas : Dischinger sera même entraîneur-joueurs pendant deux matchs, en attendant l’arrivée de Earl Lloyd au coaching !