NewsTop 100

Top 100 Pistons – De la 40ème place à la 36ème place

Top 100 All-Time Detroit Pistons

Franchise riche en Histoire, les Detroit Pistons ont vu passer dans leurs rangs de grands joueurs, des légendes du basketball qui ont fait de cette franchise un pilier de la NBA. Pour leur rendre hommage, PistonsFR a décidé de réaliser un Top 100 All-Time des meilleurs joueurs des Pistons.

De Fort Wayne à Detroit, de la création par Fred Zollner aux Bad Boys, ce classement mêle Hall of Famers, petites histoires et tragédies. Aujourd’hui, on continue la deuxième partie du classement avec les joueurs de la 40ème place à la 36ème.

PLACE N°40 A 36

N°40 DU TOP 100 PISTONS : MEHMET OKUR

Mehmet Okur Detroit Pistons

La carrière de Mehmet Okur chez les Pistons :

  • 143 matchs entre 2002 et 2004
  • Champion NBA 2004

Beaucoup seront surpris en lisant que Mehmet Okur n’a passé que deux saisons avec les Pistons Élément important de l’équipe de Detroit championne en 2004, Okur est un des plus gros steals de l’Histoire de la franchise, sélectionné au second tour de la draft 2002. Hyper précieux en sortie de banc, le Turc est grand, s’impose au rebond mais surtout est une menace constante à 3 points. Memo tournera à 36% derrière la ligne lors de la saison 2003-04 !

A l’époque où les stretch-four ne sont pas vraiment la norme en NBA, Okur permet à Detroit de disposer de cette arme supplémentaire et d’étirer les défenses, en quelque sorte du spacing avant l’heure. Jouant plus de 70 matchs par an lors de ses deux saisons à Detroit, Mehmet Okur se fera une place très importante dans le cœur de fans des Pistons. On avait provoqué en imaginant Jerebko meilleur européen de l’Histoire des Pistons mais seule la longévité peut placer le Suédois devant Okur. Son départ au Jazz juste après le titre 2004 est une blessure jamais refermée.

N°39 DU TOP 100 PISTONS : REGGIE JACKSON

Reggie Jackson Top 100 Pistons

La carrière de Reggie Jackson chez les Pistons :

  • 231 matchs depuis 2015
  • 18ème All-Time en passes décisives avec 1367 passes
  • 9ème All-Time en passes décisives/match avec 5,9 passes
  • 15ème All-Time en 3-points marqués avec 319 3-points

Reggie Jackson ne serait-il pas le joueur le plus clivant de ce Top 100 All-Time ? A la fois génial et décevant, Jax cristallise pas mal de critiques chez les fans des Pistons, du fait de son attitude et de son jeu. Il est celui qui fait gagner et perdre des matchs à Detroit. Et si beaucoup ne gardent en tête que les images récentes, c’est oublier bien vite qu’il est le principal artisan du retour des Pistons en playoffs en 2016.

Arrivé pour aider Detroit à passer un cap, Jackson prend en main cette équipe dès sa première saison complète. Usant et abusant du pick&roll avec Drummond, Reggie Jackson sauve la franchise de nombreuses fois pour finalement lui permettre de retourner en playoffs, 9 ans après sa dernière apparition. Ses chiffres à la passe prouvent aussi qu’il restera un meneur important dans l’Histoire de Detroit. Malgré la contestation…

N°38 DU TOP 100 PISTONS : WILL BYNUM

Will Bynum Detroit Pistons

La carrière de Will Bynum chez les Pistons :

  • 338 matchs entre 2008 et 2014
  • 24ème All-Time en passes décisives avec 1148 passes
Lire aussi  Top 100 Pistons - De la 30ème place à la 26ème place

Les chiffres ne seront jamais en faveur de Will Bynum. Et peut-être même que cette position est bien trop haute pour ce petit meneur qui n’a même pas connu les joies de la draft NBA. Bynum a connu la D-League, l’Europe et les 10-Day contracts avant d’avoir sa chance avec les Pistons. A partir de ce jour, Joe Dumars n’aura jamais eu à regretter sa décision. Boule d’énergie, Will The Thrill rentabilise toutes les minutes que lui offrent les différents coachs qui se succéderont.

Chouchou des Fans, Bynum ne fera statistiquement jamais mieux que sa deuxième saison. Il y facture 10 points et 4,5 assist en 26 minutes de jeu. Mais comme nous l’avons déjà dit, les chiffres ne sont jamais vraiment pour lui. Sauf peut-être un, qui l’inscrit en capitales dans l’Histoire des Pistons : le 12 Mars 2010 lors d’une victoire contre Washington, Will Bynum offre 20 passes décisives à ses coéquipiers. A l’époque, seulement un seul autre joueur avait déjà fait mieux. Son nom : Isiah Thomas !

N°37 DU TOP 100 PISTONS : CURTIS ROWE

Curtis Rowe Detroit Pistons

La carrière de Curtis Rowe chez les Pistons :

  • 407 matchs entre 1971 et 1976
  • All-Star en 1976
  • 31ème All-Time en matchs joués avec 407 matchs
  • 29ème All-Time en points marqués avec 5407 points
  • 17ème All-Time en rebonds pris avec 3256 rebonds

Superstar universitaire à UCLA, Curtis Rowe est un autre joueur des Pistons trop souvent oublié. Coéquipier de Bob Lanier lors de sa meilleures périodes comme Pistons, Rowe se qualifie trois années consécutives en playoffs en 1974, 75 et 76. La dernière saison de Curtis comme membre des Pistons est d’ailleurs sa meilleure : 16 points et près de 9 rebonds de moyenne, avec une invitation plus que méritée à son seul et unique All-Star Game !

Véritable iron-man des parquets, Curtis Rowe, épargné par les blessures, n’a raté que 3 matchs des 410 que les Pistons ont joué lors de son passage dans le roster. Joueur col-bleu, Rowe était un dur au mal, apprécié par les fans de la Cobo Arena, l’ancienne salle des Pistons. C’est finalement son ancien coach à l’université qui le définira le mieux : un « unspectacular spectacular player » !

N°36 DU TOP 100 PISTONS : JASON MAXIELL

Jason Maxiell Detroit Pistons

La carrière de Jason Maxiell chez les Pistons :

  • 523 matchs entre 2005 et 2013
  • 14ème All-Time en matchs joués avec 523 matchs
  • 9ème All-Time aux contres avec 426 contres
  • 27ème All-Time en rebonds pris avec 2287 rebonds

Prenez la combativité de Curtis Rowe et associez-là à la longévité de Will Bynum, et vous obtiendrez Jason Maxiell. J-Maxx a passé 8 saisons chez les Pistons, sans jamais jouer les premiers rôles mais sans que personne ne trouve à redire sur sa contribution. Maxiell a connu 3 fois les Finales de Conférence lors de ses trois premières années avant de voir l’équipe doucement sombrer à mesure que son rôle s’épaississait.

Très spectaculaire dans ses contres et dans ses dunks, Maxiell n’avait jamais peur sur un parquet. Un vrai soldat qui a lui aussi marqué les fans de la Motown. A croire que l’amour était réciproque : deux ans après avoir quitté la NBA, Maxiell a décidé de signer un dernier contrat symbolique avec Detroit pour prendre sa retraite en tant que Pistons ! Une vraie preuve d’amour !