NewsRecap de Match

Pistons-Hornets (107-108) : Les raisons de cette 6ème défaite de suite

Retour sur la défaite 107-108 des Pistons contre les Hornets

L’heure est grave à Detroit. Le mois de Décembre commençait à tourner au vinaigre avant ce match opposant les Pistons aux Hornets. Les deux équipes, très proches dans le classement de la Conférence Est, ont les mêmes ambitions de playoffs en avril prochain. Il se pourrait que Detroit ait fait une bien mauvaise opération avec cette défaite.

Improbable Jeremy Lamb au buzzer

On ne va pas se faire le film du match, mais il faut absolument revenir sur ce dernier quart-temps. Les Pistons le commencent avec 11 points d’avance grâce à un exceptionnel QT3 où la défense agressive de Drummond et des extérieurs a permis de d’enchaîner les paniers et les bonnes positions. Mais sans aucune logique, Detroit va complètement balbutier son basket et va laisser les Hornets revenir. Kemba Walker ne se fait pas prier et rapidement Charlotte revient à égalité. Il faut dire que les Pistons ne scorent que 5 paniers dans cette période, mais aucun de Blake Griffin ou de Reggie Jackson, qui ne feront que manger la balle.

Les Pistons ratent deux lancers-francs dans le money-time, qui auraient pu les crucifier. Mais non, ca sera à Jeremy Lamb de s’en occuper. A 106-106, alors que tout le monde imagine Kemba prendre le dernier shoot, le meneur lâche une passe compliquée pour Lamb, qui rentre tout de même son tir sur une jambe. La NBA donnera ensuite une technique à Malik Monk, coupable d’être entré trop vite sur le parquet pour célébrer mais cela ne suffira pas, Detroit enchaîne sa 6ème défaite de suite.

Une cascade de blessure touche les Pistons

Reggie Bullock, Glenn Robinson III et Henry Ellenson touchés à la cheville. Ish Smith touché à l’aine. Stanley Johnson et Luke Kennard qui reviennent à peine de blessure. L’infirmerie des Pistons ne se vide pas et cela commence à poser pas mal de problème. Contre les Hornets, Luke Kennard et le rookie Bruce Brown Jr ont pris les postes 2 et 3. Leur rendement n’a pas été ridicule mais la sérénité de Bullock manque cruellement. Le début de match des Pistons a ainsi une nouvelle fois été pénible à voir.

Après 10 matchs, Dwane Casey avait choisi de positionner Stanley Johnson sur le banc pour faire de la second unit une vraie force. Avec la blessure de GRIII, il conserve cette stratégie en comptant sur Brown, n’ayant de toute façon pas le choix avec un Stanley à court de forme. Mais sans Ish Smith tristement remplacé par Calderón, sans Bruce Brown et Kennard, le banc perd de sa force. On se rassure en se disant que les Pistons évitent -pour le moment- des pépins chez Griffin et Jackson, pourtant les fragiles du roster.

Des stars branchées sur courant alternatifs

Si seulement Griffin, Jackson et Drummond étaient rentrés plus tôt dans le quatrième quart-temps… Si cette faute pourrait être rejetée sur Dwane Casey, on a finalement vite ravalé nos critiques quand on a vu la performance ou l’absence de performance des titulaires. Le moins coupable reste Andre Drummond, qui a souffert en défense sur les pick-and-roll de Kemba Walker. Mais ce n’est rien comparé à la disparition de Jackson et Griffin.

L’idiotie de Reggie Jackson a transpiré dans les 5 deniers minutes de ce match. De mauvais choix en défense, des tirs bien trop précipités et voila que l’avance des Pistons fond comme neige au soleil. Le regret est énorme, vu que Jax avait été très solide dans le QT3. Quant à Blake Griffin, il n’a pas pesé dans la dernière période et s’est même permis de rater deux lancers-francs cruciaux alros que Detroit était à -1 à 20 secondes du terme. Ne pas pouvoir compter sur ces stars, voila la triste réalité du coach Casey.