HistoireNews

L’Histoire du célèbre « Dee-troit Basketball », inventé par Mason

John Mason annonceur des Detroit Pistons

« Dee-troit Basketball », ce chant est probablement un des plus connus en NBA. Crié par John Mason chaque soir au Palace of Auburn Hills et désormais à la Little Caesars Arena, le « Detroit Basketball » a connu une popularité fulgurante, devenant un vrai symbole de ralliement pour les fans de la Motor City. Pourtant sa création provient d’un concours de circonstance, entre style de jeu des Pistons et frustration de Mason.

Depuis la saison NBA 2001-2002, John Mason ou plus simplement Mason est l' »announcer » officiel des Detroit Pistons. Un des personnages les plus célèbres de toute la NBA, Mason est une figure – ou plutôt une voix – de la radio à Detroit mais sa renommée dépasse le seul Michigan :  quand les Pistons sont diffusé en antenne nationale sur ESPN ou ABC à domicile, les deux réseaux braquent leurs caméras sur Mason pour ne rien rater de ses extraordinaires annonces de joueurs. Encore mieux, lors du All-Star Game 2007 à Las Vegas, Mason a été invité par la NBA à être l’annonceur officiel du match des étoiles. Mais Mason a beau être plus connu que n’importe lequel de ces confrères, il est et restera dans l’Histoire pour être le Monsieur « Detroit Basketball ».

Lors de la deuxième saison de Mason, les Pistons sont diffusés 3 fois en antenne nationale. Les Pistons commencent déjà à ressembler à l’équipe qui gagnera le titre en 2004. Il s’agit de la 2ème et dernière saison de Rick Carlisle, quand Detroit finira avec un bilan de 50 victoires pour 32 défaites et ira en Finale de Conférence Est pour la première d’une longue série. Le collectif des cols bleus des Pistons étouffe chaque adversaire qui osait venir les défier mais cette défense acharnée ne faisait pas que des heureux dans les hautes sphères de la NBA. Mason raconte :

La deuxième fois qu’ils nous ont diffusé, j’étais assis à côté d’une directrice de la NBA. Elle a dit: « Nous allons passer à un autre match parce que celui-ci est ennuyeux. » Les diffuseurs n’étaient pas contents parce que le score était bas. Pour le 3ème match, même chose. Je l’ai entendu faire le compte à rebours avant le changement et je me disais: « c’est tellement injuste pour l’équipe malgré tous ses efforts et pour la ville de Detroit. » Et j’ai juste crié « Dee-troit Basketball ».

Autant dire que Mason a surpris tout le monde. Ce n’était évidemment pas habituel d’entendre un annonceur crier comme ça lors d’un match NBA. Tout le monde à la table de marque a regardé Mason, lui faisant comprendre qu’il ne fallait plus faire ce genre de cri. Aussi vite qu’il était arrivé, le « Detroit Basketball » allait repartir. Malgré toute la bonne volonté de Mason, qui ne voulait que rendre à Detroit sa fierté.

Pour comprendre, il faut remonter un an auparavant, au début de la carrière de Mason à Detroit. Animateur radio depuis de longues années, il sort de sa zone de confort pour remplacer Ken Calvert, annonceur des Pistons de 1986 à 2002 et ultra populaire. La transition a été très difficile pour toute les parties et par trois fois, Mason a failli abandonner. La première fois a eu lieu lorsque Joey Crawford, star des arbitres NBA, s’est énervé parce que Mason a mal interprété un de ses coups de sifflet :

Il s’est approché de moi très lentement. « Laisse-moi te dire quelque chose, monsieur. Tu n’es pas un fan. Tu attende que je valide le coup de sifflet ». Il revient 10 matchs plus tard et me le répète. Il revient à la mi-temps, même chose. Joey ne passait pas à autre chose.

Le deuxième incident a eu lieu quand Mason a appelé Kenyon Martin «Keon» Martin. Les coéquipiers de K-Mart se sont directement rapproché de l’annonceur des Pistons, le prévenant que Martin avait été rendu fou à cause de cette erreur. La troisième fois aurait pu être fatale quand une dame assez âgée est venue vers Mason pour lui dire : « jeune homme, quand partez-vous et quand Ken Calvert va-t-il revenir? » Mais finalement des enfants qui assistaient à un match pour la première fois sont venus à son secours en lui disant qu’ils venaient parce que lui était ici.

Entrée d'Andre Drummond | PistonsFR actualité des Detroit Pistons en France

Toute la foule de Detroit se retrouve autour de ses Pistons

La tentative de Mason de rendre Detroit fier avec son « Detroit Basketball » pour l’instant échoue donc et les Pistons partent jouer on the road. Quelques centaines de fans portent les couleurs de Detroit et c’est devant sa télé que Mason les entend chanter : “Deee-troit Basketball! Deee-troit Basketball! ” Les fans de Pistons se sont donc spontanément emparés d’un chant lancé initialement pour ne pas quitter les ondes nationales ! Après cet épisode, Mason a bien évidemment été encouragé à reprendre son chant, les gens se sont mis à l’imiter et a reprendre en cœur. Pete Skorich, à l’époque Vice-Président de Palace Sports & Entertainment se rappelle de l’impact que cette phrase a eu :

Il y a une fois au début où il l’a crié et les gens l’ont imité juste après. Je me suis dit: « le gars vient juste d’inventer une phrase ». Maintenant c’est à notre tour de faire les efforts de marketing. Nous avons fait beaucoup de petites choses au fil des ans. Le Big Ben Gong, c’est bien mais ce n’est pas interactif. Et là c’était organique, rien n’était calculé, rien qui faisait l’objet d’une demande. C’est devenu une partie du spectacle.

A partir de ce moment-là Mason est devenu un acteur important de l’univers des Detroit Pistons. Contrairement aux autres franchises, les présentations des joueurs d’avant-match sont des grands moments qu’il ne faut absolument pas rater. Chaque fois que l’arbitre donne la balle aux Pistons, le public retient son souffle parce qu’il s’agit peut-être du moment où Mason lance son « Deee-troit Basketball ». Attendre ce moment et crier à la suite de Mason est devenu un incontournable de la Motown. L’appel « Deee-troit Basketball » de Mason s’est révélé être un phénomène si immédiatement reconnaissable et associé à la franchise que dans le monde entier, jusqu’en France, il est maintenant connu et attendu.

Mais à l’époque de la création de ce cri, les Pistons avaient la meilleure affluence de la NBA. L’an dernier, pour la saison inaugurale dans la Little Caesars Arena, le public de Detroit n’était que le 19ème de toute la NBA. Le niveau décevant, le manque de star et le prix des billets ont beaucoup joué sur cette baisse d’audience mais toujours est-il que John Mason crie désormais bien seul. Et que la salle sonne creux au moment de reprendre le « Deetroit Basketball »