Top 100 Pistons - De la 55ème place à la 51ème place

Franchise riche en Histoire, les Detroit Pistons ont vu passer dans leurs rangs de grands joueurs, des légendes du basketball qui ont fait de cette franchise un pilier de la NBA. Pour leur rendre hommage, PistonFR a décidé de réaliser un Top 100 All-Time des meilleurs joueurs des Pistons.

De Fort Wayne à Detroit, de la création par Fred Zollner aux Bad Boys, ce classement mêle Hall of Famers, petites histoires et tragédies. Aujourd'hui, fin de la première partie du classement avec les joueurs de la 55ème place à la 51ème.

PLACE N°55 A 51

N°55 DU TOP 100 PISTONS : EDDIE MILES

Eddie Miles | PistonsFR, actualité des Detroit Pistons en France

La carrière de Eddie Miles chez les Pistons :
  • 497 matchs entre 1963 et 1970
  • All-Star en 1966
  • 15ème All-Time en matchs joués avec 497 matchs
  • 16ème All-Time en points marqués avec 7419 points

Pouvez-vous imaginer un surnom plus classe que "The Man with the Golden Arm", littéralement "l'Homme au bras en or" ? Eddie Miles, joueur des Pistons pendant toutes les années 60, a  hérité de ce surnom dès l'université, où il éclabousse le jeu de son talent. Choisi 4ème de la draft 63 par Detroit, il atteint les 19 points/match lors de sa 3ème année où il devient All-Star.

A la manière de Dave Bing, avec qui il joue pendant 4 saisons, Eddie Miles est un meneur qui prend énormément de tirs pour très peu de passes décisives. C'est tout naturellement qu'il se place dans le Top 15 des marqueurs de la franchise alors même que les Pistons vivent une époque très difficile. Mais au moins illuminée par ce bras en or !

N°54 DU TOP 100 PISTONS : TOBIAS HARRIS

Tobias Harris | PistonsFR, actualité des Detroit Pistons en France

La carrière de Tobias Harris chez les Pistons :
  • 157 matchs entre 2016 et 2018
  • 15ème All-Time en points/match avec 16,8 points/match
  • 22ème All-Time en tirs tentés/match avec 13,5 blocks
  • 18ème All-Time en True Shooting avec 56,8%

Tobias Harris ne sera pas resté si longtemps que cela à Detroit, n'aura connu qu'une saison complète et aura été échangé au moment où il jouait le mieux pour les Pistons. Son malheur sera d’atterrir dans une équipe coaché par Stan Van Gundy, qui n'aura jamais su trouver la façon d'en faire son go-to-guy.

La saison 2017-2018, Tobias Harris joue 48 matchs pour Detroit, à chaque fois titulaire. Il score 18 points par match, de loin son meilleur total. Pourtant l'équipe ne gagnant pas (pour d'autres raisons), les Pistons décident de s'en séparer pour faire venir Blake Griffin. Harris est donc sacrifié pour la réussite de la franchise, un destin qui pourrait rappeler Grant Hill, toutes proportions gardées. Il continuera sa carrière aux Los Angeles Clippers et là encore, il passera un cap en termes de performance. Définitivement un joueur à part.

N°53 DU TOP 100 PISTONS : ERIC MONEY

Eric Money | PistonsFR, actualité des Detroit Pistons en France

La carrière de Eric Money chez les Pistons :
  • 350 matchs entre 1974 et 1978
  • 41ème All-Time en matchs joués avec 350 matchs
  • 35ème All-Time en points marqués avec 4123 points

En étant dans le Top 45 en nombre de match et dans le Top 35 en nombre de points, Eric Money mérite de facto d’apparaître dans le Top 100 All-Time. Mais si ces stats dans une équipe des Pistons assez moyenne aurait pu le rendre oubliable, Eric Money a pour lui la meilleure anecdote de l'Histoire de la NBA : le 8 Novembre 78 (après juste après son passage à Detroit), lors d'un Nets-Sixers, il a scoré 23 points pour les Nets... et 4 pour les Sixers !!!

Bien évidemment le match s'est joué en 2 temps. Le 8 Novembre, Money score 23 points en tant quejoueur des Nets. A 5:50 de la fin du match, son coéquipier Bernard King est expulsé pour une 2ème faute technique. En sortant du terrain, King frappe dans une chaise et se prend une 3ème technique, sauf que cela n'est pas "autorisé" par la NBA. Le coach des Nets rappelle ce point de règlement à l'arbitre qui n'en a rien à faire et lui colle  à lui aussi une 2ème et une 3ème technique. La NBA donne raison aux Nets quelques jours après et décide de rejouer les 5:50 dernières minutes, effaçant la fin du match de l'Histoire.

Sauf qu'à l'époque, faire venir les Nets à Philly n'a rien d'évident et la fin du match n'est jouée que le 23 mars 79 ! Et comme les Nets ont déjà abandonné leur espoir de playoffs, ils commencent à demanteler leur équipe pour reconstruire. Qui sera envoyé aux 76ers en février 79 ? Eric Money bien évidemment qui dispute donc la fin d'un match qu'il avait commencé le match sous le jersey des Nets avec les couleurs des Sixers ! Pour une boxscore immortelle...

N°52 DU TOP 100 PISTONS : FRANKIE BRIAN

Frankie Brian | PistonsFR, actualité des Detroit Pistons en France

La carrière de Frankie Brian chez les Pistons :
  • 306 matchs entre 1951 et 1956
  • All-Star en 1952
  • 50ème All-Time en matchs joué avec 306 matchs
  • 52ème All-Time en points marqués avec 3097 points
  • 48ème All-Time en passes décisives avec 683 passes décisives

Nous sommes rarement remontés si loin dans le Top 100 All-Time des Detroit Pistons. Quand Frankie Brian arrive chez les Fort Wayne Zollner Pistons, la franchise a seulement 10 ans d’existence et n'est en NBA que depuis 2 saisons. Frankie Brian est donc une des premières vedettes des Pistons, lui qui sort de deux sélections All-NBA Second Team.

A Fort Wayne, Brian reste 5 saisons et offre les premiers grands moments de l'Histoire des Pistons avec ces deux finales NBA de 55 et 56. Surnommé Flash 60 ans avant Dwyane Wade, Frankie Brian est le pionnier de notre classement : il a joué les 7 premières saisons de l'histoire de la NBA et a participé aux deux premiers All-Star Game. Une légende décédée chez lui le 14 mai 2017, en Louisiane, à l'âge de 94 ans. 

N°51 DU TOP 100 PISTONS : ALLAN HOUSTON

Allan Houston | PistonsFR, actualité des Detroit Pistons en France

La carrière de Allan Houston chez les Pistons :
  • 237 matchs joués entre 1993 et 1996
  • 46ème All-Time en points marqués avec 3386 points
  • 12ème All-Time en 3-points marqués avec 384 3-points
  • 7ème All-Time en 3-points/match avec 1,6 3-points/match

Avant de devenir le symbole du joueur surpayé chez les Knicks au point d'avoir une règle à son nom, Allan Houston était un prometteur joueur des Detroit Pistons. Choisi par les Pistons en 11ème choix de la draft 93, Houston était amené à reprendre le flambeau des Bad Boys. Après une première saison où le talent du joueur était déjà perceptible, Allan Houston est rejoint par Grant Hill, avec l'espoir pour Detroit de profiter d'une paire de jeunes joueurs ultra talentueux.

Allan Houston step-up pour son année sophomore mais surtout lors de sa troisième (et dernière) saison à Detroit. Il devient titulaire, et atteint les quasi 20 points/match, ce qui fait de lui le deuxième meilleur marqueur des Pistons derrière Grant Hill. Avec ce duo, Detroit retrouve les playoffs et malgré le sweep affligé par le Magic de Shaq et Penny, Houston a montré qu'il pouvait être le scoreur parfait pour cette franchise. L'avenir s'annonce radieux à Detroit, pourtant à la fin de son contrat rookie, Allan Houston s'envole pour New-York et deviendra pour le meilleur et pour le pire une figure des Knicks. A tel point que son passage aux Pistons n'est plus aujourd'hui qu'une simple page de sa propre histoire.

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.