NewsTop 100

Top 100 Pistons – De la 50ème place à la 46ème place

Place 46 à 50 du Top 100 Detroit Pistons

Franchise riche en Histoire, les Detroit Pistons ont vu passer dans leurs rangs de grands joueurs, des légendes du basketball qui ont fait de cette franchise un pilier de la NBA. Pour leur rendre hommage, PistonFR a décidé de réaliser un Top 100 All-Time des meilleurs joueurs des Pistons.
 
De Fort Wayne à Detroit, de la création par Fred Zollner aux Bad Boys, ce classement mêle Hall of Famers, petites histoires et tragédies. Aujourd’hui, début de la deuxième partie du classement avec les joueurs de la 50ème place à la 46ème.

PLACE N°50 A 46

N°50 DU TOP 100 PISTONS : M.L. CARR

M.l. Carr | PistonsFR, actualité des Pistons en France

La carrière de M.L. Carr chez les Pistons :

  • 241 matchs entre 1976 et 1979
  • Meilleur intercepteur de la NBA en 1979 avec 2,5 interceptions/match
  • All-Defensive 2nd Team en 1979
  • Leader All-Time en interceptions/match avec 2,1 interceptions/match
  • 13ème All-Time en interceptions avec 509 interceptions

S’il est bien plus connu pour son oeuvre chez les Celtics, M.L Carr a sa place dans ce Top 100 All-Time des Detroit Pistons. En inaugurant cette partie haute, il est même dans les 50 premiers ! Car s’il a gagné 2 titres avec Boston, Michael Leon passe les meilleurs années de sa carrière à Detroit : il tourne à 14, 8 points, avec une pointe à 18,7 en 1979. Cette année-là sera même l’apogée en terme de chiffres pour lui. Il finira meilleur intercepteur de la NBA et dans la seconde All-Defensive Team.

Durant son passage dans la Motown, Carr s’impose comme un défenseur d’élite et fait parti des meilleurs joueurs du roster avec Bob Lanier et Chris Ford. Malheureusement cette équipe de Detroit ne progresse pas et les deux dernières saisons de M.L. Carr se font sans playoffs. Carr finira par quitter les Pistons et personne ne lui reprochera : il a échangé des stats contre des bagues !

 

N°49 DU TOP 100 PISTONS : BOB McADOO

Bob McAdoo | PistonsFR, actualité des Pistons en France

La carrière de Bob McAdoo chez les Pistons :

  • 64 matchs entre 1979 et 1981
  • Entrée au Hall of Fame en 2000

Il y a dans ce classement des joueurs délicats à placer et c’est le cas de Bob McAdoo, légende NBA et Hall of Famer, qui est passé par Detroit mais où rien ne s’est bien déroulé pour lui. Et pourtant en 79 à 27 ans, il est logique que McAdoo fasse fantasmer Dick Vitale, GM et coach des Pistons.

A la suite du recrutement de M.L. Carr (justement) les Celtics négocient une « compensation » aux Pistons. Ce sera Bob McAdoo pour lequel Detroit propose deux futurs 1er choix de draft. Disons le tout de suite, le choix ne sera pas payant : les deux pick deviendront Kevin McHale et Robert Parish ! McAdoo se fera surnommer « McAdon’t » à Detroit et ne retrouvera jamais son niveau. Il se blessera après 6 matchs la saison suivante avant de quitter les Pistons avec fracas.

 

N°48 DU TOP 100 PISTONS : FRED SCHAUS

Fred Schauss | PistonsFR, actualité des Pistons en France

La carrière de Fred Schaus chez les Pistons :

  • 290 matchs entre 1949 et 1953
  • All-Star 1951
  • All-NBA Second Team en 1950
  • 10ème All-Time en minutes par matchs avec 35 minutes/match
  • 47ème All-Time aux rebonds avec 1392 rebonds

Entré en NBA tardivement à 24 ans, Fred Strauss devient en 1949 un joueur majeur des Fort Wayne Pistons. Fruit de son époque, Schaus est All-NBA Second Team dès sa saison rookie et All-Star l’année suivante. Rappelons que nous sommes au tout début des années 50, là où le moindre joueur talentueux devient un phénomène.

Au cours de cinq saisons à Fort Wayne, Schaus tourne en moyenne à 12,7 points, 6,3 rebonds et 3,0 passes décisives en 35,0 minutes par match, ce qui le classe dans le Top 10 en termes d’utilisation. Encore une fois, ce genre de chiffre est le témoin d’une autre NBA. D’ailleurs après son passage aux Pistons, Schaus fera une pige aux Knicks et raccrochera les sneakers pour entamer une autre carrière, sur les bancs puis derrière les bureaux. A seulement 28 ans.

 

N°47 DU TOP 100 PISTONS : DICK McGUIRE

Dick McGuire | PistonsFR, actualité des Detroit Pistons en France

La carrière de Dick McGuire chez les Pistons :

  • 208 matchs entre 1957 et 1960
  • Entrée au Hall of Fame en 1993
  • Deux fois All-Star en 1958 et 1959
  • Coach de l’équipe pendant 4 saisons

En 1957, après deux Finales NBA perdues, les Pistons déménagent de Fort Wayne à Detroit. Cette même année, Dick Mcguire, ancien Knick, arrive dans la franchise. Quintuple All-Star, McGuire vient se relancer à Detroit. Pari réussi puisqu’il sera de nouveau All-Star, à deux reprises, réalisant ses meilleures statistiques à la passe en carrière. A la fin des années 50, deux références en matière de meneur créatif s’imposent : Bob Cousy et donc Dick McGuire.

Possédant un QI basket largement au dessus de la moyenne, Dick McGuire prend naturellement une place importante dans la franchise et devient même entraîneur-joueur pour sa dernière saison avec les Pistons. Par la suite il prendra définitivement sa place sur le banc : durant 3 saisons il sera le Head Coach de cette équipe qui se qualifiera en playoffs chaque année.

 

N°46 DU TOP 100 PISTONS : HOWARD KOMIVES

Howard Komives | PistonsFR, actualité des Pistons en france

La carrière de Howard Komives chez les Pistons :

  • 296 matchs entre 1968 et 1972
  • 1er All-Time en match joués avec les Pistons sans playoffs avec 296 matchs
  • 27ème All-Time en passes décisives avec 1131 passes
  • 24ème All-Time en passes décisives/match avec 3,8

A l’image de Tom Van Arsdale, classé n°99 dans notre classement, Howard Komives est détenteur d’un record peu reluisant. En effet, sur l’ensemble des 4 saisons qu’i a joué avec Detroit, Komives n’a jamais joué un seul match de playoffs, ce qui est un record de franchise. Pourtant, difficile de reprocher quelque chose à Howie. Le meneur du début des années 70 joue dur à chaque match pour Detroit, est rarement blessé (264 matchs d’affilé sans blessure) et reste efficace qu’il soit starter ou remplaçant.

La place d’Howard Komives dans ce Top 100 permet aussi de le réhabiliter, alors que le joueur est encore trop souvent connu pour être la contrepartie du trade qui a éloigné la légende Dave DeBusschere de Detroit. Komives ne peut être tenu responsable de l’incompétence des dirigeants des Pistons. Surtout quand on parle d’un des passeurs les plus respectés de l’Histoire de la franchise et d’un période de la NBA.