HistoireNews

Histoire des Pistons : Dave Bing, récompense d’un pile ou face perdu

Dave Bing gagné à pile ou face par les Pistons

La draft 1966 restera un des moments les plus importants de l’Histoire des Detroit Pistons. Cette première draft à designer le first pick par un aléatoire pile ou face entre les deux pires équipes de la NBA offrira le premier choix aux Knicks, au détriment des Pistons. Et c’est pourtant Detroit qui ramènera un Hall of Famer dans ces bagages. Ou comment un pile ou face perdu permet d’obtenir Dave Bing dans son roster.

Avant 1966, le Territorial Pick était en vigueur en NBA. Il permettait aux franchises d’être prioritaires sur les joueurs formés dans leur territoire. Mais les critères de sélection et les astuces de certaines équipes ont rendu le système caduque et en 66, la Ligue décide d’offrir le premier choix à l’une des deux plus mauvaises franchises de la NBA. Une à l’Est, les New York Knicks, une à l’Ouest, les Detroit Pistons. Car oui, à l’époque les Pistons sont considérés comme une équipe de l’Ouest. Pour départager les deux équipes, la NBA fait appel au système le plus arbitraire qui soit : le tirage à pile ou face. Le célèbre flip-a-coin sourira finalement aux Knicks. Avec ce choix, New-York sélectionne Cazzie Rusell, star universitaire de Michigan, au grand dam des dirigeants de Detroit qui priaient pour garder Rusell, extrêmement populaire, à la maison.

Avec le choix n°2, les Pistons doivent trouver une solution de repli. Celle-ci s’appellera Dave Bing et aujourd’hui personne à Detroit regrette ce choix. Si Rusell remportera le titre NBA avec les Knicks et sera All-Star en 1972, Dave Bing sera lui un Hall of Famer. Meneur atypique et joueur de grand talent, Bing sera l’une des seules raisons de sourire des Pistons sur la fin des années 60. Nommé rookie de l’année, il est le meilleur marqueur de la NBA dès sa saison sophomore, mène la ligue en panier tentés et réussis, alors même que Detroit ne fait pas belle figure. La carrière de Dave Bing ne sera finalement en rien comparable à celle de Rusell : sept fois All-Star, MVP du All-Star Game 76, All-NBA First Team 1968 et 1969, Hall of Famer et nommé parmi les 50 plus grands joueurs de la NBA.

Et après, quel pile ou face pour les Pistons ?

Mais avant cette superbe carrière, Dave Bing dans sa saison rookie n’avait pas permit aux Pistons de se relever et Detroit finit encore dernier à l’Ouest, repassant par l’épreuve du pile ou face contre les Bullets en 1967. Et cette fois, la pièce tombe du bon coté pour les Pistons (mais n’est-ce pas déjà le cas en perdant l’année précédente), qui choisissent Jimmy Walker avec le first pick. Ironie du sort ou équilibre des forces naturelles, c’est encore les perdants, en l’occurrence, les Bullets qui feront la bonne affaire en choisissant avec le deuxième choix le Hall of Famer Earl Monroe. Earl The Pearl, mythique joueur des Bullets et des Knicks des années 70, aurait fait un incroyable duo avec Dave Bing dans la Motown.

En 1970, les Pistons, repassés à l’Est dans cette nouvelle décennie, gagneront le flip contre les Rockets et choisiront Bob Lanier, dans une draft extrêmement dense. Pour sélectionné Lanier, ils devront laisser passer Rudy Tomjanovich, autre joueur star de Michigan et Pistol Pete Maravich, le génie de LSU. Le dernier pile ou face célèbre concernera la draft 1981 et là encore le perdant fera la bonne affaire : Dallas avec le premier choix sélectionnera Mark Aguirre mais Detroit se rattrapera avec le meilleur joueur de son Histoire, Isiah Thomas, le futur visage des Bad Boys. Mais que les fans des Mavs n’en veulent pas à leur front office : Isiah Thomas ne voulait pas aller dans le Texas et sabotera volontairement son entretien avec Dallas…