DossierNews

Preview Detroit Pistons 2018-2019 : Pas le droit à l’erreur

Soft reconstruction. Il n’y aurait pas de meilleure formule pour designer le ravalement de façade qu’ont connu les Detroit Pistons. Exit Stan Van Gundy et son omnipotence et bonjour Dwane Casey, Coach of the Year en titre. Ajoutez à cela Blake Griffin, déjà membre du roster depuis quelques mois mais qui commencera sa première saison complète avec Detroit et vous comprendrez que l’exercice 2018-2019 qui s’annonce sera capital pour la franchise du Michigan. Preview d’une équipe pour qui le faux-pas est interdit.

Preview 2018-2019 | PistonsFR, l'actualité des Detroit Pistons en France

Les mouvements de l’été :

  • Départs de Stan Van Gundy (coach), Anthony Tolliver (Minnesota Timberwolves), Eric Moreland (Toronto Raptors), James Ennis (Houston Rockets), Jameer Nelson, Dwight Buycks, Kay Felder,
  • Arrivées de Dwane Casey (coach), Bruce Brown (draft), Khyri Thomas (draft), Glenn Robinson III (Indiana Pacers), José Calderón (Cleveland Cavaliers), Zaza Pachulia (Golden State Warriors), Keenan Evans (two-way contract)

L’arrivée d’Ed Stefanski à la tête du front-office des Pistons aura assez vite porté ses fruits. Malgré une banque dans le rouge à cause des colossaux contrats de Griffin et Drummond (en plus des mauvais contrats de Leuer, Jackson, Galloway), Stefanski a réussi à renforcer l’équipe via quelques manœuvres plutôt fines. Robinson pour Ennis, Pachulia pour Moreland et Calderón pour Nelson, l’upgrade est évident sur tous les postes, surtout pour l’Espagnol qui sera un vrai relais au Coach Casey sur le terrain.
Mais ces ajouts ne détourneront pas le regard des fans des Pistons, fixé sur le banc de touche. Dwane Casey arrive dans la Motown avec un bilan particulièrement flatteur à Toronto, du moins en ce qui concerne la saison régulière. Ses qualités de manager sont loués par le monde du basket et on imagine déjà les progrès de Drummond, de Kennard et –soyons fous– de Stanley Johnson sous sa coupe. Probablement revanchard suite à son scandaleuse éviction des Raptors, Dwane Casey se sait aussi attendu au tournant : adepte d’un jeu au périmètre, il va devoir driver une toute nouvelle équipe, avec Drummond et Griffin en fers de lance. A la mode du Small Ball, on attend de voir avec impatience.

De grosses attentes après la saison dernière :

Tom Gores, propriétaire des Detroit Pistons depuis 2011, a observé sa franchise se casser les dents année après année. Désormais assez expérimenté en NBA, Gores a repris en main la destinée de l’équipe et a finit par couper la branche Van Gundy. Vu la tournure des événements, il ne serait pas surprenant de l’imaginer principal architecte de la venue de Blake Griffin, anticipant la fin de l’histoire avec l’ancien président/coach moustachu. Investissant sur un entraineur expérimenté, Gores a insisté cet été sur le besoin de résultat : pour lui, l’équipe doit continuer à aller de l’avant, portée par une base solide et verrouillée sur plusieurs années (2021 pour Drummond, 2022 pour Griffin). La saison 2018-2019 ressemble donc à un épisode 2, rempli de promesses et d’interrogations.

Le rôle de Blake Griffin

Il sera la clé de voûte du système. Arrivé fin février l’an dernier, Blake Griffin a eu le temps de disputer 25 matchs avec les Detroit Pistons mais seulement une poignée avec Reggie Jackson. Même avec Andre Drummond, l’alchimie sur le terrain n’avait rien d’évident, Stan Van Gundy faisant souvent sortir rapidement son pivot pour décaler Griffin en 5. Tout un été est passé et même si Jackson n’a pas touché à un ballon de basket, on espère qu’une alchimie s’est crée entre les 3 stars de l’équipe.
Dwane Casey a la chance d’avoir tout à construire avec Blake. On l’a vu principalement passeur et shooteur à 3-pts lors de son court passage à Detroit et tout indique que ces chiffres devraient se confirmer. Même si l’échantillon est faible, les 6,2 assist de Blake Griffin sont impressionnantes et on s’attend à le voir dégainer souvent en 2019. La NBA d’aujourd’hui impose de toute tacon ce changement : comme Towns ou Embiid, Griffin va devoir s’éloigner du cercle pour ouvrir les défenses. Reste à savoir si ces pourcentages seront suffisamment hauts pour faire de lui une vraie menace…
L’ancien Clipper va aussi réellement découvrir la Conférence Est et pourrait dès les premières semaines s’imposer dans le Top 5 des meilleurs joueurs de cette partie de la NBA. Les 4 premières semaines de compétition des Pistons sont abordables et pourraient permettre au roster de se mettre en confiance. LeBron James et DeRozan, seuls lauréats des trophées de Joueur de Mois, sont partis à l’Ouest. Comme pour le All-Star Game, un renouvellement est en cours à l’Est et Griffin pourrait bien attraper le bon wagon.

Comment va jouer Casey ?

Aujourd’hui personne ne sait comment les Pistons vont jouer. Les bribes de matchs de Van Gundy ne serviront pas de point de repère, sauf pour affirmer que limiter Griffin à jouer iso sur iso ne fonctionne pas. Même le 5 de départ reste inconnu aujourd’hui, ce qui explique que vous n’en trouverez pas dans cette preview. Si Drummond, Griffin et Jackson ont leurs places assurées (si ce dernier est en bonne santé), les postes 2 et 3 restent très ouverts : Luke Kennard dans le 5 quitte à sacrifier ses capacités de playmaking ? Reggie Bullock en 3 pour apporter du shoot mais en se privant de la défense de Stanley Johnson ? Avec deux places pour 4 joueurs (Kennard, Bullock, Johnson, Robinson III), la rotation sera scrutée de près.
La philosophie même de Casey devra évoluer avec cette équipe. Pour les Raptors, le coach a bâti une équipe fiable et compacte, animée en attaque par ses deux extérieurs Kyle Lowry et DeMar DeRozan qu’il a pratiquement faconné de A à Z. L’identité de jeu de Toronto faite de mouvement et de rapidité, associée à une défense redoutable leur ont permis d’obtenir le meilleur bilan de la Conférence pour la première fois de son histoire en 2018. Dwane Casey peut-il réussir la même chose mais cette fois avec deux intérieurs très fort et un supporting-cast à géométrie variable ? Quand on voit ce qu’il a pu réaliser avec Fred VanVleet, on attend patiemment les transformations de Johnson ou d’Ellenson. 

Et bonne santé, hein !

Blake Griffin pourrait réussir son intégration et Dwane Casey prouver que son titre de COY n’était pas une escroquerie, une seule donnée garantie que les Pistons seront en playoffs : la cheville de Reggie Jackson. Alors qu’il n’a pas couru de tout l’été, Jackson avance au jour le jour sans savoir s’il pourra commencer la saison avec ces coéquipiers. La saison dernière, l’absence de Jax fin décembre pour 37 matchs avait coûter la qualification en post-saison et le schéma se répétera inévitablement cette année en cas de pépin.
Les fans des Pistons sont-ils prêts à voir Calderón débuter les rencontres, Ish Smith ayant prouvé à maintes reprises qu’il ne pouvait pas être titulaire ? Evidemment non mais il ne reste que peu d’option à la franchise du Michigan. Jackson doit être sur pied et faire le training-camp avec le reste du roster. Plus globalement, c’est toute l’ossature de l’équipe qui commence sérieusement à être injury-prone avec Blake Griffin, connu pour rarement dépasser les 60 matchs de saison régulière et Jon Leuer qui sort d’une saison blanche et qui pourrait manquer lui aussi le training-camp.
Dwane Casey | Preview Detroit Pistons France

La possible bonne surprise :

Preview oblige, il vaut commencer à imaginer de quoi sera faite cette équipe. Et la surprise qui serait belle, c’est évidemment le succès de l’association Griffin-Drummond. A l’heure où le jeu se passe loin derrière la ligne à 3-pts et que les Big Mens n’intéressent plus personne, Dwane Casey va jouer avec Drummond et Griffin en option n°1 et 2. Le concept est risqué mais a déjà fait ses preuves ailleurs.
Du coté de la Louisiane et plus précisément chez les Pélicans, l’association Anthony Davis-DeMarcus Cousins a fonctionné jusqu’à la grosse blessure de Boogie. Alvin Gentry avait réussi à faire évoluer son playbook pour pencher à l’intérieur, capitalisant sur la puissance de Cousins et l’explosivité de Davis. Ce style de jeu ne manquait pas de gêner les équipes adverses qui ne pouvaient pas jouer small ball face à une telle raquette ! De là à imaginer Drummond en Cousins et Griffin en AD, il n’y a qu’un pas qui ne sera pas franchi ici mais des similitudes existent. Andre Drummond doit continuer à se rapprocher du cercle et se concentrer sur sa défense pour confirmer son statut de All-Star. Il restera ensuit à savoir si Blake Griffin peut devenir cette plaque tournante qui fait jouer les autres tout en prenant le match à son compte quand son équipe en a besoin.

La probable déception :

L’an dernier, Avery Bradley et sa non-prolongation avaient été désignés pour être la déception… Vu le passage complètement catastrophique de l’ancien Celtic chez les Pistons, il faudra faire attention au nominé cette année ! Stanley Johnson aurait pu être candidat mais aujourd’hui la balance penche plutôt vers une légère rédemption, grâce au départ de Van Gundy et à l’arrivée de Casey.
Non la très probable déception viendra de Jon Leuer. Avec 10M cette saison et 9,5M en 2019-2020, l’ailier-fort est un boulet pour la franchise. En difficulté pour sa 2ème saison dans le Michigan, Leuer n’a tenu que 8 matchs avant de se blesser gravement. Après la cheville, Jon a connu une autre blessure au genou début août et à quelques jours de la pré-saison, son état n’est pas encore connu. On part donc vers une autre saison blanche, ou au mieux amputée d’une cinquantaine de match. Quand l’alternative au poste 4 s’appelle Henry Ellenson, il y a des raisons d’être déçu.

Le pronostic :

C’est le moment de se mouiller un peu dans cette preview des Pistons version 2018-2019. Une équipe portée par deux All-Star et drivée par le Caoch de l’Année ne peut rater les playoffs, surtout dans une Conférence Est où les deux des trois meilleures équipes de l’an passé ont perdu leur joueur-phare. Aujourd’hui les Celtics, les Sixers et les Raptors (sous réserve de l’intégration de Kawhi Leonard sont au dessus de la mêlée. Les Bucks grâce à Giannis en mode MVP devraient prendre la 4ème place. Derrière, Pacers, Heat, Wizards et donc Pistons semblent globalement du même niveau. Indiana a pour lui la continuité donc sont favoris pour la 5ème place.
Ce qui nous donne comme pronostic les Pistons 6ème de la Conférence Est. La troupe de Dwane Casey doit absolument se qualifier en playoffs, voire même de passer un tour pour justifier son amélioration. Dans ce cas de figure, ils joueraient les Milwaukee Bucks ! Un duel pour lequel on signe immédiatement chez PistonsFR.
Blake Griffin Andre Drummond | Pistons FR, actualité des Detroit Pistons