Top 100 Pistons - De la 100ème place à la 96ème place

Franchise riche en Histoire, les Detroit Pistons ont vu passer dans leurs rangs de grands joueurs, des légendes du basketball qui ont fait de cette franchise un pilier de la NBA. Pour leur rendre hommage, PistonFR a décidé de réaliser un Top 100 All-Time des meilleurs joueurs des Pistons.

De Fort Wayne à Detroit, de la création par Fred Zollner aux Bad Boys, ce classement mêle Hall of Famers, petites histoires et tragédies. Aujourd'hui, on choisit les joueurs de la 100ème place à la 96ème.

PLACE N°100 A 96

N°100 DU TOP 100 PISTONS : JOSH SMITH

100eme Josh Smith | PistonsFR,actualité des Detroit Pistons en France

La carrière de Josh Smith chez les Pistons :
  • 105 matchs entre 2014 et 2015
  • 10ème All-Time en blocks/match avec 1,5 blocks/match

Par qui commencer ce classement All-Time des cent meilleurs joueurs de l'Histoire des Pistons, Fort Wayne et Detroit compris ? Il fallait un symbole, quelqu'un qui a marqué la franchise, sans pouvoir prétendre être avec les 20-30 meilleurs de ce Top 100. J'ai choisi d'ouvrir le bal avec Josh Smith, qui aura marqué Detroit par un échec cinglant.

Auréolé d'une belle réputation lors de son arrivée d'Atlanta, Josh Smith n'a jamais su trouver sa place aux côtés de Greg Monroe et du tout jeune Andre Drummond. Après une première saison catastrophique, Stan Van Gundy n'a tenu que 28 matchs et a finalement décidé de couper celui qui devait être la pierre angulaire de la reconstruction de la Motown.


N°99 DU TOP 100 PISTONS : TOM VAN ARSDALE

99eme Tom Van Arsdale | PistonsFR,actualité des Detroit Pistons en France

La carrière de Tom Van Arsdale chez les Pistons :
  • 208 matchs entre 1965 et 1968

Ce classement est aussi celui des 100 joueurs qui ont fait l'Histoire des Detroit Pistons et de la NBA. Alors dans le bas du classement, on trouvera des joueurs qui n'ont pas marqué la Motown par leur réussite mais plutôt par leur unicité. C’est typiquement le cas de Tom Van Arsdale, qui n'a pas vraiment bien représenté les Pistons, où il n'a joué que 3 saisons.

Pourtant Van Arsdale n'est pas dans ce classement All-Time pour rien. Trois fois All-Star loin de Detroit, Van Arsdale a écrit son nom dans les livres d'histoire de la NBA à la fin de sa carrière en 1977. Sur 11 saisons, il n'a jamais disputé une seule rencontre de playoffs, devenant le joueur ayant le record du nombre de matchs joués en carrière sans faire une seule fois playoffs avec 929 matchs ! Scoreur talentueux et régulier, Van Arsdale a de facto le record du plus grand nombre de points en carrière avec ses 14 232 points sans avoir jamais joué un match de playoffs. De bien belles performances qui lui valent en plus la 99ème place du Top 100 PistonsFR


N°98 DU TOP 100 PISTONS: WILLIAM BEDFORD

98eme William Bedford | PistonsFR,actualité des Detroit Pistons en France

La carrière de William Bedford chez les Pistons :
  • 172 matchs entre 1986 et 1992
  • Un titre de champion NBA en 1990
  • Une saison blanche en 89 à cause d'une suspension pour prise de substance interdite

Cette première partie de classement aura le mérite de balayer tout le spectre de ce que nous pourrons voir dans ce Top 100. A sa façon, William Bedford aura marqué de son nom les livres d'Histoire des Detroit Pistons. Même si le bonhomme sera champion NBA, la tragédie de sa déchéance restera un point noir de la franchise, qu'elle n'oubliera jamais.

Passer 6 saisons chez les Pistons au plus fort de la Bad Boys Era et ne compter qu'un seul titre à son palmarès pose déjà quelques soucis arithmétiques. Drafté par les Suns en 6ème position de la draft 1986 avec une belle réputation, Bedford est envoyé dans la Motown après seulement un an, soupçonné dans une affaire de drogue à Phoenix. A Detroit, le prospect continue malheureusement sa spirale autodestructrice et manque une grande partie de la saison 87-88, à cause de problèmes similaires. Il ne jouera que 38 matchs et sera suspendu toute la saison 88-89, le temps de soigner sa dépendance.

Quand il revient, son manque de motivation pour le Basketball tranche avec le caractère volcanique des Bad Boys. En mission, Thomas, Laimbeer ou Rodman n'ont pas le temps et l'envie de s'occuper de Bedford, abandonné au bout du banc. Alors que les Pistons auraient du le couper bien avant, ils conservent William Bedford pendant encore 4 longues années avant de lâchement l'envoyer avec ces problèmes vers une autre franchise NBA.


N°97 DU TOP 100 PISTONS: SCOTT HASTINGS

97eme Scott Hastings | PistonsFR,actualité des Detroit Pistons en France

La carrière de Scott Hastings chez les Pistons :
  • 67 matchs entre 1989 et 1991
  • Un titre de champion NBA en 1990

Seulement la 97ème place de ce Top 100 et on arrive pratiquement déja à mon histoire favorite. Laissez moi vous parler de Scott Hastings, obscur joueur du bout du banc qui a joué 4 minutes de moyenne à Detroit, aux statistiques tellement faméliques qu'il a fini par en faire un concept. Sur un parquet, Scott Hastings était littéralement inutile : incapable de marquer des points, de défendre, de prendre des rebonds et même pas capable de faire quelques fautes. Au fil des années, ce bon Scott a rendu copies blanches sur copies blanches, accumulant les zéros sur sa feuille de stats.

1 minute jouée, suivi de 15 zéro (tirs-tirs tentés-3pts-3pts tentés-lancers francs-lancers francs tentés-rebonds offensif-rebonds défensifs-total de rebond-assists-blocks-steals-turnovers-fautes-points) dans la ligne de statistiques et voila donc que Scott Hastings invente le concept du Trillion, empereur des minutes improductives. Possédant un grand sens de l'humour, Hastings fonde le Trillion Club, alias les joueurs qui jouent un match sans jamais y participer. Aux dernières nouvelles, Steve Novak en était le Président, avec ses 39 Trillions dans sa carrière, ce qui représente tout de même plus de 8% de ses apparitions sur les parquets NBA.


N°96 DU TOP 100 PISTONS: EARL CURETON


La carrière de Earl Cureton chez les Pistons :
  • 234 matchs entre 1983 et 1986
  • Community Ambassador des Detroit Pistons depuis 2013

Avec ces 234 matchs au compteur dans la Motor City, Earl "The Twirl" Cureton est 70ème en termes de rencontres disputés pour les Pistons et merite de figurer dans le classement. Solide remplaçant dans une équipe qui n'est pas encore les Bad Boys, Cureton apporte chaque année un peu plus au point de jouer 25 minutes de moyenne pour sa 3ème et dernière saison.

Mais Earl a sa place dans l'histoire des Detroit Pistons par son rôle d'ambassadeur auprès de la communauté depuis 2013. A ce poste, ce natif de Detroit travaille pour sensibiliser la communauté aux programmes sponsorisés par la NBA, tels que "Game Changers" qui célèbre ceux qui ont un impact dans l'amélioration de la vie des autres. Aujourd'hui, Earl Cureton est un des visages de la franchise en coulisses : il est de toutes les annonces, donne de sa personne pour la jeunesse de Detroit, met sa notoriété au service des causes moins connues et communique une image positive de la franchise. Pour tout ça, simplement merci Earl !

Prochain épisode : les places 95 à 91 !

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.