Pistons-Heat (104-111) : Décimé, Detroit s'incline avec les honneurs

Privés de nombreux cadres, les Pistons ont fait face au Heat de Miami sans baisser les yeux et malgré une défaite dans les dernières minutes de la rencontre, les hommes du Michigan peuvent être fiers de leur résistance. On regrettera quand même la faiblesse de la défense extérieure.

Résumé match Pistons-Heat | PistonsFR, actualité des Detroit Pistons en France

L'avant match a probablement été plus animé que le match en lui-même pour les Pistons. Privés de Jon Leuer, de Reggie Jackson et de Stanley Johnson, les Pistons enregistrent une heure avant le match le retour d'Avery Bradley, qui plus est sans aucune restriction de minutes. Cette bonne nouvelle est balayée quelques minutes plus tard par l'annonce du forfait d'Andre Drummond, touché aux cotes. Avec le forfait du potentiel All-Star, Detroit se retrouve à démarrer avec Boban Marjanovic, Ish Smith et Reggie Bullock pour entourer Tobias Harris et un Bradley forcement hors de forme.

Contre mauvaise fortune, bon cœur, les Detroit Pistons s'appuient dès le début du match sur leur géant serbe. Par sa taille et son intelligence de jeu, Boban fait mal à Whiteside et au reste du Heat. Quand Marjanovic ne score pas au poste, il libère les shooteurs qui se régalent, à l'image d'un Dwight Buycks qui se révèle en sortie de banc (14 pts à 7/12).

Avec sa cascade de forfait, Stan van Gundy ne peut plus profiter des automatismes crées et décide de jouer simple. L'essentiel de l'attaque des Pistons passe par Tobias Harris et par Boban Marjanovic à l’intérieur. Quand le Heat commence à s'adapter lors du 2eme quart-temps, on sent les limites de cette équipe. Limites offensives, mais limites défensives également : le placement en défense est très aléatoire, ce qui permet au Heat de trouver de nombreux shoots ouverts derrière la ligne à 3-pts. Pendant toute la rencontre, Miami va artiller de loin, finissant sur un solide 17/34 du parking. 

Le Show Olynyk à l’intérieur

Si le Heat arrive en avance à la mi-temps, il le doit à son adresse extérieure mais aussi à Olynyk. Le Canadien est partout et ne s’arrête pas une fois de retour des vestiaires. Sur un 12-0, le Heat fait le premier vrai écart mais les Pistons ne lâchent toujours pas : un improbable 12-2 juste après le run du Heat leur permet de rester au contact (81-81 à la fin du 3eme quart-temps)

Alors que Stan Van Gundy continue de snober injustement Langston Galloway, Olynyk reste on fire de l'autre coté. Laissant dans un première temps Richardson et Ellington scorer, l'ancien Celtic se montre redoutable sur pick&roll, désorganisant la défense de Detroit. Puis à 101-98 pour le Heat, Olynyk va inscrire deux paniers coup sur coup, puis va achever tout espoir avec un dernier panier encore une fois près du cercle, faisant grimper le score à 109-104.  

Les Pistons s'inclinent finalement 104-111 mais n'ont pas grand chose à se reprocher. Privé de nombreux cadres, Detroit a fait plus que résister et sans doute qu'avec une meilleure défense extérieure, la donne aurait été différente. Stan Van Gundy a déjà dit qu'il pouvait préférer certaines défaites à certaines victoires, clairement il pourrait avoir un sourire aujourd'hui.

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.