Non classé

Les Pistons obligés d’intégrer très vite Reggie Hearn

Ce n’est pas un hasard si les Detroit Pistons sont la première équipe à offrir une chance à Reggie Hearn en NBA. Le joueur dispose en effet d’un avocat très important avec un nom qui porte dans l’organisation des Pistons : Jeff Van Gundy. Et puisque la Motown est confrontée à une vague de blessure, la première opportunité de Hearn pourrait venir très vite.

Reggie Hearn | PistonsFR, actualité des Detroit Pistons en France

Avec des doutes sur la disponibilité de Stanley Johnson, d’Avery Bradley et de Luke Kennard pour le match de mercredi face à Toronto, Hearn qui vient à peine de signer son two-way contract pourrait se retrouver à jouer des minutes immédiatement. Le joueur a exprimé son excitation lors de la séance d’entraînement de mardi, qui a précédé un cours intensif d’une heure avec l’entraîneur adjoint des Pistons Charles Klask, pour lui apprendre l’essentiel des systèmes offensifs et défensifs :

Ça a été un tourbillon ces deux derniers jours. Il y a seulement deux jours j’étais un Reno Big Horn. Maintenant, je suis un membre des Detroit Pistons/Grand Rapids Drive. Mais c’est ainsi que fonctionne le Basketball. Vous devez juste être prêt.

Stanley Johnson s’est entraîné mardi après avoir manqué les deux derniers matchs et sept des huit dernières rencontres mais les Pistons ne lui ont pas permis tous les contacts, donc Stan Van Gundy ne compte pas sur lui. Kennard, blessé au pouce lors de la défaite face à Charlotte a passé une IRM qui  n’a révélé aucun dommage structurel mais son doigt reste enflé et douloureux. Enfin Bradley ressent des douleurs de la blessure à l’aine qui l’a déjà écarté des parquets pendant sept matchs en Décembre.
Ainsi Van Gundy qui ne prévoyait pas de prendre Hearn ou Kay Felder, l’autre two-way contract à l’entrainement a du revoir ses plans et compte désormais sur celui que son frère a dirigé avec USA Basketball.

L’impact de Jeff Van Gundy dans le choix de Reggie Hearn aux Pistons

Hearn est devenu un cadre de Jeff Van Gundy lorsqu’il a aidé Team USA l’été dernier dans la compétition AmeriCup, première étape pour accéder à la Coupe du monde 2018. L’équipe était composée principalement de joueurs de G-League, faisant le sale boulot alors que les stars de la NBA  ne viendront que pour ramasser la médaille d’or.
Lors de cette compétition, Hearn s’est montré avec des moyennes de 10 points à 48% à 3-point et 3,6 rebonds. C’est lui qui a permis le retour de Team USA en finale, alors que son équipe était menée de 20 points en deuxième mi-temps devant le public argentin. La NBA l’a découvert à ce moment-là, même si les journalistes présents hier à Detroit lui ont quand même demandé de parler de ses atouts :

Tout d’abord, ce serait mon tir. C’est une ligue de tir à 3 points maintenant. Je pense que je m’améliore sur l’aspect défensif chaque année, et quelque chose que Jeff apprécie, c’est que j’aime faire les petites choses qui n’apparaissent pas sur la feuille de statistiques: être là où j’ai besoin doit être, aider les grand au rebond, étirer les défenses, créer du mouvement…

En 14 matchs avec Reno cette saison, Hearn tourne à 14,7 points (39% de loin). Si les Pistons ont scruté les matchs de G-League de leur nouveau joueur avant de le signer, Hearn est presque sûr que Jeff Van Gundy a joué un rôle dans cette opportunité :

Je pense que ça a compté. Je vois beaucoup de similitudes dans la façon dont ils coachent et même certaines de leurs manières. J’ai parlé à Jeff un peu avant que tout ça et je lui ai parlé après. Je suis à peu près sûr que cette opportunité a quelque chose à voir avec ça. J’ai vraiment aimé jouer sous Jeff, j’avais l’impression de comprendre son système et la façon dont il voyait les choses. Je pense que je devrais être en mesure de bien m’intégrer ici.

Stan Van Gundy a reconnu que l’opinion de son frère avait de l’importance mais que Reggie Hearn avait gagné sa place de lui-même, par ses performances en G-League et sa capacité à être prêt immédiatement.