Non classé

Pistons-Mavericks (93-110) : Detroit maltraité par le dernier de la Conférence Ouest

Les 3 victoires consécutives des Detroit Pistons ont été complètement balayées cette nuit par les Mavericks, pourtant cancres de la NBA. Sans laisser le moindre suspens dans ce match, Dallas a surpassé de tristes Pistons, qui ont déposé les armes sans combattre. Chronique d’un naufrage surprenant.




Plutôt favoris pour ce match dans le Texas, les Pistons se devaient de continuer à grappiller des victoires dans ce calendrier favorable. Après avoir enchaînés les monstres comme Boston, Golden State voir Milwaukee, Detroit inversait la tendance face à Atlanta, Indiana ou le Magic. Si les Mavs semblaient du même calibre, la réalité fut toute autre et c’est bien un blowout que les Pistons se sont pris en pleine face.
Il fallait cependant se méfier de cette équipe de Dallas, certes dernière de la Conférence Ouest (mais du à un début complètement raté), qui va mieux depuis une dizaine de match. Avery Bradley toujours out, SVG ne renouvelle pas sa confiance à Luke Kennard, probablement échaudé par son dernier match et lance Anthony Tolliver dans le 5. Cette manœuvre, justifiée pour gêner les grands de Dallas, sera la première erreur de Van Gundy, qui en commettra bien d’autres. Au poste 3, on retrouve donc Tobias Harris qui prend le match à son compte dès le 1er quart temps. Harris dégaine mais va très vite rencontrer beaucoup de déchet : si l’ailier score 8 pts en 10 min, il finira avec un compliqué 4/16 et 0/4 à 3-pts. Le jeu des Pistons, pas franchement inspiré, passe beaucoup trop sur l’extérieur et Andre Drummond est invisible. Quand on sait que la raquette des Mavs est composée des « monstrueux » Nowitzki et Kleber, on se demande où est la logique… Le résultat ne se fait pas attendre et le 2eme quart-temps est une boucherie remportée par Dallas 43-28 !

Triste équipe des Pistons qui laisse couler le match

Au retour des vestiaires, on croit les Pistons de nouveau d’attaque mais le 8-2 d’entrée n’est qu’un leurre. Dallas artille de loin et l’écart se creuse brutalement. Le peu de mouvement aperçu en première période a complètement disparu, Detroit se reposant sur Harris (qui rate tout) et Tolliver (qui lui a de la réussite). Drummond joue toujours aussi peu (22 min mais 5/7 aux tirs et 13 des 38 reb de l’équipe).
Van Gundy tente tout -et donc n’importe quoi- donnant quasiment 20 min à tout son roster sans jamais les impliquer vraiment, à l’image de Bullock ou de Marjanovic qui ne peuvent pas montrer leur qualités ce soir. Face à une équipe qu’on pouvait imaginer « inférieure » aux Pistons, le manque d’envie et de combativité se paye cash. Tobias Harris veut prendre les responsabilités ? Très bien, il faut un franchise player dans cette équipe mais force est de constater qu’il s’est troué hier soir. Quant à Stan Van Gundy, la pauvreté des systèmes offensifs lui ai clairement imputable. Laisser Drummond si mal servi face à une raquette si faible en défense est une hérésie totale.
Avec 23 pts d’avance à l’orée du dernier quart, les Mavs sont tranquilles et ce n’est pas la faiblesse des Pistons qui y changera quelque chose. Alors qu’ils n’avaient perdu qu’un seule match face à une équipe sous les 50% de victoire cette saison (Lakers), les Detroit Pistons trébuchent une nouvelle fois. La défaite est amère mais prouve une nouvelle fois que le bilan et le talent présumé ne pèse pas lourd face à l’envie et la détermination.