Stan Van Gundy a confiance en Stanley Johnson et ca change tout

Alors que la saison dernière fut émaillée de problèmes relationnels entre Stanley Johnson et Stan Van Gundy, il semble que les deux hommes aient réussi à mettre leur différents de coté. Ce changement serait-il une des clés du renouveau des Pistons ?


Stanley Johnson | PistonsFR, actualité des Detroit Pistons en France

Les chiffres ne mentent pas. Si les Pistons n'ont joué que 10 matchs pour le moment, Stanley Johnson commence déjà à effacer son année 2016 affreuse. Titulaire pour ces 10 rencontres depuis la reprise, Johnson est sur les base de sa saison rookie niveau statistique (8,5 pts à 48% de réussite, 3,2 reb) et montre dans le jeu des choses très intéressantes.
Pensé pour devenir un défenseur d'élite, Johnson s'est emmêlé les pinceaux l'an dernier, voulant à tout prix devenir une option en attaque au point d'oublier les fondamentaux. Cet été, le jeune Piston a fait le point avec Stan Van Gundy et d'après les différents échos, le coach de Detroit a rassuré son poulain, confirmant qu'il le voyait bien comme un grand défenseur en devenir.

Cette confiance se traduit dans les faits. Ainsi Van Gundy fait en sorte que Johnson garde le meilleur ailier adverse à chaque match, et en ce début de saison pas si facile, Stanley s'est déjà cogné Kevin Durant et Giannis Antetokounmpo. Durant a notamment été limité à 14 tir, mais en a réussit 10 et a marqué 28 points. Contre Giannis, le résultat a été meilleur : le Grec était sous sa moyenne de 31 points (29 points) et a du prendre 27 tirs pour arriver à ce chiffre. De même son impact global (seulement 4 rebonds et 3 assists) a été sacrement limité..

Cette confiance se traduit aussi dans les mots. Lors de la victoire contre les Kings, Stan Van Gundy a été interrogé sur la belle performance défensive des Pistons, qui limitaient pour la quatrième fois en cinq matches à domicile leur adversaire sous les 100 pts. Performance que les journalistes attribuaient principalement à l'ajout d'Avery Bradley mais là encore, la réponse de SVG prouve la mutation de cette équipe :

Je pense qu'il a changé le comportement de notre équipe. Je lui donnerais une bonne partie du crédit, mais je pense que l'arrivée de Stanley dans le 5 de départ aide beaucoup. 

Devenir une référence de loin pour achever le processus

Cette nouvelle relation a été mise à l’épreuve dés le premier match de la saison NBA. Contre les Hornets, Stanley Johnson est entré dans les livres d'histoire de la pire des manières, avec un 0 sur 13 aux tirs. Pourtant Stan Van Gundy n'a pas voulu détruire son joueur et l'a laissé 40 minutes sur le parquets, relativisant cette contre-performance :

Lorsque vous jouez plus de 40 minutes où vous êtes à zéro sur 13, la seule chose que vous devez savoir est que ce n'est pas seulement une question de tir, alors vous devez continuer à faire autre chose. Nous l’avons laissé sur le parquet rater ses 13 tirs, donc il y a évidemment d'autres choses que nous pensons importantes.

Cette gestion positive du cas Stanley Johnson s'explique aussi par la volonté de Van Gundy de faire de son joueur un shooteur à 3-pts fiable. Et il semble que le développement de Johnson se fasse dans la bonne direction. En effet la moyenne de la NBA jusqu'à présent à 3-pts est de 35,8%, un chiffre stable par rapport aux dernières saisons. Celui de Stanley Johnson cette saison est de 33,3% mais si on évacue ce fameux 0/13 (et 0/6 de loin) le joueur de Detroit tourne à 39,4%, soit bien au dessus de la moyenne de la ligue.

Evidemment cette stat devra résister à l’épreuve du temps mais Stanley Johnson commence à prendre une importance en attaque qu'il n'avait pas l'an dernier. Si son binôme défensif avec Bradley continue de crever l'écran et que Johnson développe un shoot de loin fiable, le début de saison idyllique des Detroit Pistons pourrait bien se prolonger.


Aucun commentaire

Fourni par Blogger.