Pistons-Pacers (114-97) : Victoire importante mais dans la douleur

A la tête d'un bilan de 7 victoires pour 3 défaites, les Pistons accueillaient hier soir leurs rivaux des Pacers, privés de nombreux joueurs et en back-to-back. Alors que ce match pouvait être une formalité, il a été très difficile pour Detroit. Mais contrairement à la saison dernière, les hommes de Van Gundy n'ont rien lâché et l'ont finalement emporté 114-97.

PistonsFr, actualité des Detroit Pistons en France


Privés de Stanley Johnson blessé et remplacé numériquement par Reggie Bullock, les Pistons démarrent très mal le match. Brouillon en attaque et perméable en défense, Detroit n'arrive pas à grand chose et doit en plus se priver d'Avery Bradley et d'Andre Drummond, coupables de deux fautes trop rapides. L'ouverture du banc a pourtant du bon pour les Pistons : associés à Tobias Harris, les remplaçants arrivent à inverser la tendance mais c’est bien Indiana qui prend les commandes du match (30-22 à la fin du premier quart).

Il s'agit d'un mal récurrent pour les Pistons. Les débuts de rencontre compliqués sont très nombreux depuis la reprise de la NBA et si à chaque fois, le banc permet un réveil de l'équipe, il ne faudrait pas que la tendance perdure... Revenons au match et comme prévu, il y a un mieux. Les tirs rentrent plus facilement, l'intensité défensive est là et les remplaçants font du bien, en particulier Boban Marjanovic qui cause bien des problèmes à la raquette des Pacers. Globalement, c’est à l’intérieur que les hommes de la Motown vont faire souffrir leurs rivaux : à la fin de la rencontre, les Pistons domineront les Pacers 56-36 dans la peinture. Mais nous n'en sommes pas encore là et lors de ce deuxième quart, on se prend à enfin apprécier le jeu de cette équipe. Detroit gagne ce quart-temps 37-22, prenant les commandes d'un match qui ne devrait plus leur échapper.

Indiana ne lâche rien, mais la sérénité de Detroit l'emporte

Andre Drummond | PistonsFr, actualité des Detroit Pistons en France

Malgré un joli 3-pts de Tobias Harris pour ouvrir cette 2eme période, Indiana ne se laisse pas faire et colle un 9-3 pour finalement revenir à 65-65. Par séquence, on revoit l'équipe de la saison dernière, trop pressée et pas assez concentrée en défense. Les échecs répétés de Drummond aux lancers-francs (0/7 hier, alors qu'on s'était presque habitué à sa réussite) renforcent cette impression. Mais alors que le match est désormais ouvert, les Pistons se reconcentrent totalement et convertissent leurs efforts défensifs en points faciles de l'autre coté du terrain. Sous l'impulsion de Reggie Jackson, Detroit lâche un 13-0 et mine le moral des troupes de l'Indiana. Enfin, pas encore puisque Al Jefferson et Collison ont encore du jus mais toujours est-il que Detroit s'offre un petit matelas en fin de 3eme quart (82-75).

Ce léger matelas se transforme vite en confortable couchette. Avec le retour des remplaçants et spécialement Langston Galloway, Detroit démarre le dernier virage à 100 à l'heure, réussissant un run 11-2 qui mettra un coup fatal à des Pacers déjà bien fatigués. Les Pistons signent donc une 8eme victoire en 11 matchs, la 3eme de suite dans la Little Caesar Arena.

Que retenir de cette poussive victoire ? Que les Pistons ont produit un des plus mauvais matchs de la saison, oui mais qu'ils ont fini par l'emporter. On se pose encore la question de savoir si cette équipe est en sur-regime ou si elle s'est vraiment transformée, et la victoire contre Indiana pourrait être un bon élément de réponse. Les Pistons ont du caractère, veulent gagner et ne lâcheront jamais rien. Exactement ce que leur demandent les fans...


Aucun commentaire

Fourni par Blogger.