Non classé

Les Pistons doivent continuer leurs progrès sans penser à Eric Bledsoe.

Mis de côté depuis le début de la saison et en attente de trade du côté de Phoenix, Éric Bledsoe fait fantasmer beaucoup d’équipes en NBA et sans surprise le nom des Detroit Pistons est apparu dans quelques rumeurs. Si les Pistons ont beaucoup de choses à corriger, l’ajout d’Éric Bledsoe ne devrait pas être la priorité. 


Eric Bledsoe | PistonsFR, actualité des Detroit Pistons en France

Changer le 5 de départ 

En bonne position dans la Conférence Est avec un bilan de 5 victoires pour 3 défaites, Detroit laisse pour le moment une impression positive. Mais en observant les rencontres de plus près, une tendance se dégage : les Pistons ont du mal à commencer les matchs. Sur les 8 rencontres disputées à l’heure où j’écris ces lignes, les hommes de Van Gundy ont remporté seulement 3 fois le premier quart-temps et avec jamais plus de 3 pts d’avance.
En poussant l’analyse plus loin, on voit que le 5 de départ Jackson, Bradley, Johnson, Harris et Drummond atteint un Net Rating de -15,1, le pire de la NBA après celui des Kings ! Souvent la balance s’équilibre quand Stan Van Gundy ouvre son banc : les entrées de Ish Smith à la place de Jackson et de Ellenson à la place de Stanley (Tobias retrouvant son poste de 3) aident les Pistons à combler l’écart. À partir de là, pas besoin d’imaginer un trade mais simplement remettre Jackson sur le banc et confier l’équilibre de l’équipe à Ish Smith. Même si Jax retrouve petit à petit sa confiance, sa propension à prendre en le jeu à son compte serait plus efficace face aux remplaçants adverses.

Faire de Drummond une pièce centrale en attaque 

Sa réussite aux lancers-francs nous avait fait sourire mais c’était en réalité le début d’un grand changement. Sur les 8 premiers matchs de la saison, Andre Drummond commence à gommer l’image catastrophique qu’il avait montré l’an dernier. Plus concentré, plus concerné, Andre laisse une impression très positive. Pourtant ce renouveau si éclatant lors des matchs ne se traduit pas dans les stats : en jouant 2 minutes de plus en moyenne, Andre marque moins (-1,6), prend moins de rebonds défensifs (-0,7), tente moins de shoots (-0,7) et fait plus de turnover (+0,1). Mais un chiffre fait plus que doubler : ses passes décisives.
Si personne ne lui demande d’être un point-center, Andre Drummond montre des progrès dans l’utilisation du ballon en attaque. Plus sollicité, plus mobile, Dre ne se limite plus à poser des écrans et à chercher le rebond offensif. Le voir participer au jeu permet aux Pistons de diversifier leur jeu offensif et d’être moins stéréotypé. Mettre un nouveau meneur au milieu de cette nouvelle approche serait complètement contre-productif.

Considérer Langston  Galloway comme une option crédible 

Faire venir Eric Bledsoe aurait comme effet immédiat de surcharger le backcourt des Pistons. Même en cas de départ de Jackson, il reste Ish Smith mais aussi les jeunes Kennard et Galloway. Langston Galloway justement surprend depuis le début de la saison. Joker offensif capable de prendre feu sur de courtes périodes, l’ancien de New Orleans marque 1,36 pts par possession en ne jouant que 5,6 possessions par match, il s’agit du 2eme meilleur total de la NBA parmi les joueurs ayant participé à au moins 5 possessions.
Venu pour être 3eme meneur, Galloway a crée une alchimie évidente avec Ish Smith et c’est souvent ce duo dynamique qui fait basculer les matchs à Detroit. Avec son différentiel +/- de +5 (le deuxième meilleur de l’équipe) Galloway devient de plus en plus indispensable dans le système de Van Gundy.