Preview Detroit Pistons 2017-2018 : Les Pivots

Que cette intersaison fut longue. La NBA reprend heureusement ses droits dans quelques jours et le Media Day a déjà lancé officieusement la saison des Pistons. Pour PistonsFr, ce retour est l’occasion parfaite de vous présenter le roster en 5 previews, une pour chaque poste, à la manière de ce que vous avez pu découvrir l'an dernier.

On finit aujourd'hui par le poste de notre superstar (ou presque), les pivots (Drummond, Marjanovic, Moreland).



Andre Drummond : 

  • La saison passée (13,6 pts, 12,3 reb, 2,3 ass) : Il a mérité le titre de plus grosse déception au sein de l'équipe qui a le plus déçu l'an dernier. Alors qu'on attendait des progrès, des doubles-doubles de mammouth et un autre passage au All-Star Game, Drummond n'a pas cessé de régresser, de décevoir et de se comporter comme un enfant gâté. Soyons clair, si Andre est encore un Piston à l'heure où j'écris ces lignes, c'est surtout parce que sa valeur marchande était si faible qu'aucune vraie contrepartie n'a été proposée cet été...

  • La promesse : Quand on en vient à espérer qu'une opération des sinus change quelque chose, c’est qu'on est au bord du précipice. Pourtant tous les fans des Pistons qui ont hurlé sur Drummond l'an dernier (et j'en fais parti) attendent maintenant un sursaut. Par son potentiel, son age, ses qualités et aussi ses excuses, le garçon mérite une autre chance. Mais cette saison les progrès devront être aussi techniques que mentaux.

  • Le scénario : La saison démarre bien pour Dede. Le problème des sinus était donc réel et maintenant libéré de cette charge, Drummond se remet en marche. L'attitude est bonne, tout comme les efforts en défense. Si les stats ne bougent pas aux points et aux rebonds, Drummond double son chiffre aux assists, gommant enfin sa maladresse. Cerise sur le gâteau, le pivot de la Motown tire maintenant à 75% aux Lancers-Francs ! Champagne !



Boban Marjanovic : 

  • La saison passée (5.5 pts, 3,7 reb, 0,7 ass) : De l'aveu même de Stan Van Gundy, Boban Marjanovic n'a pas été assez utilisé l'an passé. Alors que Drummond connaissait d'énormes difficultés, ses minutes n'ont pas été réduites et seul Aron Baynes a pu avoir du temps de jeu. Bayne parti, Van Gundy a décidé de responsabiliser Boban, qui n'a jamais déçu lors de ses rares apparitions l'an dernier.

  • La promesse : Depuis deux saison (d'abord aux Spurs puis chez les Pistons, Boban Marjanovic est cantonné à un rôle de joker. Sa défense suspecte et son manque de mobilité expliquent assez facilement cette limitation. Désormais, Boban est certain d'avoir environ 20 min par soir mais beaucoup d'interrogation restent à dissiper. Ses stats projetés sur 36 min sont sérieuses (23 pts, 16 reb) mais on scrutera ses premiers passages avec attention.

  • Le scénario : Les débuts de Marjanovic résonnent au sein de la NBA. Sur la lancée de son très bon Euro Basket, Boban donne le tournis à toutes les défenses. Trop grand, trop d'envergure, le Serbe marche sur tous les pivots back-up pendant deux mois. Puis début 2018, les défenses commencent à comprendre et l'effet de surprise passe. Marjanovic réussit quand même une bonne saison et Detroit ne perd pas au change quand Drummond part se reposer.



Eric Moreland : 

  • La saison passée : On va rapidement passer sur la saison NBA 2016-2017 de Moreland qui a été inexistante pour se consacrer sur sa Summer League. Dans le roster des Pistons pour faire le nombre et se montrer aux autres franchise, Moreland s'est battu pour saisir sa chance. La quête est souvent vaine et des dizaines d'autres joueurs repartent bredouilles chaque année, mais cette fois, le destin a souri à Eric. Auteur de 7.6 points, 8.4 rebonds et 2.8 blocks par match, Moreland s’est vu offrir la chance de jouer enfin en NBA.

  • La promesse : Eric Moreland le sait bien, ses minutes seront limitées cette saison. Sauf blessure de Drummond ou de Marjanovic, c'est le banc qui l'attend. Et si les deux gugus susnommés ne semblent pas sujets aux blessures (4 saisons pleines pour Drummond), on ignore comment Boban se comportera en 2eme pivot. Eric va donc devoir profiter de tous les instants et se concentrer sur ce qu'il sait faire de mieux : protéger le cercle

  • Le scénario : Dur d'imaginer la saison d'Eric Moreland. Sans blessure dans le roster, c'est 5 à 10 matchs disputés lors de back-to-back et encore. Alors pour finir ces preview sur une bonne note, j'ai plutôt envie de voir Moreland se partager quelques minutes avec Boban. Et d'apporter beaucoup d'intensité défensive et des blocks en pagaille !








Aucun commentaire

Fourni par Blogger.