Playoffs, adversaires, défaites : Stanley Johnson se confie sur les réseaux sociaux

La nuit dernière, Stanley Johnson s'est plié à un exercice habituel sur les réseaux sociaux : les questions/réponses. Si ces sessions sont rarement intéressantes, celle de Stanley a duré suffisamment longtemps pour que ressortent certaines idées. Une chose est sûre, Johnson a la rage.

Stanley Johnson | PistonsFR, actualité des Detroit Pistons en France

C’est un euphémisme de dire que Stanley Johnson a raté sa saison sophomore. Auréolé d'une saison rookie plutôt convaincante, Johnson avait su mettre le public du Palace dans sa poche en incarnant des valeurs qui trouvaient un écho favorable à Detroit : défense, dureté, trashtalking. Mais dans le sillage du reste de l'équipe, Jonhson s'est écroulé en 2016-2017.

Alors qu'il va commencer sa 3eme saison NBA, Johnson sait qu'un nouveau départ est possible dans ce roster où personne n'est assuré d'être titulaire. Pour relancer sa carrière, Stanley va devoir se battre, ce que le jeune ailier semble l'avoir compris, voulant à tout prix souligner son refus de la défaite lors de ses Q/R :




Stanley Johnson a donc appris lors de sa saison sophomore que perdre ne faisait pas plaisir tout comme regarder les playoffs à la maison sans y participer. Habile, Johnson a surtout précisé que ce qu'il préférait faire dans le Michigan, ce n'était pas de visiter le Musée Henry Ford ou de pagayer sur le lac mais bien de gagner des matchs de basketball !

4 réponses qui sonnent comme un message envers son coach : Stanley a retenu les leçons du passé, désormais prêt à prendre une autre dimension dans cette équipe qui en a cruellement besoin.

La maturité de Stanley Johnson se lit en quelques tweets

Si Stanley Johnson a aussi répondu à certaines questions plus générales, elles nous en apprennent plus sur un joueur plutôt discret l'an passé, hormis ses accrochages avec Van Gundy. On sait désormais que SJ espère rester un Piston toute sa carrière et que les querelles avec son coach sont oubliées : Johnson considère qu''il n'aurait pas pu être mieux coaché que par SVG .


Plus loin on apprend aussi que Stanley préfère Ronaldo à Messi, que les meilleurs joueurs contre lesquels il a joué sont les mêmes que tous les autres, mais surtout qu'il doit être le seul à utiliser le mot "Hardworking" pour parler d'Andre Drummond !


Aucun commentaire

Fourni par Blogger.