Anthony Tolliver, un vétéran dans une franchise qui a bien changé

Le retour d'Anthony Tolliver dans le roster des Pistons s'inscrit dans la volonté de continuité de Stan Van Gundy. Sûr des forces de son effectif, le coach de Detroit compte sur le vétéran, qui a la chance de bien connaitre la maison.

Anthony Tolliver | PistonsFR, actualité des Detroit Pistons en France

Son apport en terme statistique ne sera pas très important. Ses minutes pourraient baisser au fil de la saison avec l'explosion attendue de Henry Ellenson, et pourtant Anthony Tolliver sera une clé de la réussite ou non des Detroit Pistons cette saison à venir. L'an passé, malgré un effectif talentueux, le groupe a explosé en plein vol, du au manque de vétéran. Stan Van Gundy a saisi ce problème et a ramené Tolliver, laissé libre en 2016

Leader naturel, Tolliver sera la figure de sagesse cette saison à Detroit, étant en plus le seul joueur de 30 ans du roster : 

Je suis un mec vocal et je mène par l'exemple, donc j'accepte ce rôle. J'ai vu toute sorte de choses, j'ai été dans de nombreuses équipes, très bonnes et très mauvaises. Je sais ce qu'il faut pour réussir dans cette ligue, donc les gars viennent me voir pour obtenir des conseils. C'est à moi de m'assurer de les guider dans la bonne direction.

Les jeunes Pistons auront effectivement besoin d'être guidés par un vétéran. On se rappelle encore du traumatisme de l'an dernier où une équipe bâtie pour atteindre facilement les playoffs avait multiplié les dramas, les réunions d'équipes et les querelles pour savoir qui allait shooter le plus. Tolliver a donc une tache compliquée devant lui, mais il a la chance de déjà connaitre une grosse partie du noyau dur (Andre Drummond, Reggie Jackson, Reggie Bullock, Stanley Johnson et Tobias Harris déjà là en 2015-2016).


Tolliver croit en Bradley et Johnson

Parmis ces 5 joueurs qu'il retrouve, Tolliver voit des différences, notamment pour André Drummond que Tolliver a quitté comme All-Star et qu'il retrouve comme risée de la ligue en à peine un an :

Je sais pour en avoir parlé avec lui tout au long de l'été qu'il est concentré. Il est prêt à démarrer. Il aborde les choses avec un processus de pensée ressemblant à celui d'un vétéran au lieu de simplement attendre de voir comment les choses se passent. Je pense que cela commence avec lui. Son attitude quotidienne, son engagement quotidien, c'est ce qui va définir le niveau de notre équipe.

Tolliver rabâche ici un discours qu'on a malheureusement déjà entendu, notamment pour les lancers-francs : Drummond a grandi, prend les choses avec philosophie pour mieux se concentrer sur l'essentiel. Et ce sont les mêmes qui sortiront l'argument de la jeunesse au moindre couac du pivot...

Autre différence, cette fois plus marquée, probablement due à l'age du joueur, chez Stanley Johnson, changement que Tolliver voit chez toute l'équipe :

Honnêtement, le plus grand changement chez ces mecs avec lesquels j'ai joué dans le passé a été chez Stan. Il a à un niveau de concentration différent. Il sait que, comme pour tous ces gars, ce sera une année importante. Individuellement et en équipe, nous savons que ce qui compte vraiment dans cette ligue, c'est de gagner. Même si on fait une année individuelle moyenne, si votre équipe gagne, vous serez récompensé.


Lors de leur réunion d'équipe Las Vegas début août, Tolliver a pu jaugé la qualité du groupe monté par Stan Van Gundy mais surtout rencontrer Avery Bradley. Celui qui attirera tous les regards pour le début de saison a convaincu le Piston par son éthique de travail et son dévouement à la défense :

Ce mec, il est une référence en défense et, évidemment, il n'est pas mal non plus offensivement. Il n'a pas encore beaucoup parlé, je ne sais pas si c'est son style, mais il n'a pas à le faire. Beaucoup de gens ne réalisent pas combien vous pouvez être un vrai leader sans dire un mot. C'est comme ça que j'ai l'impression que Avery va être. Il sera l'un de nos meilleurs leaders, mais il va être un leader par exemple. Il sera l'un des plus gros travailleur de l'équipe et a vraiment mis un gros ton sur la défense.

La maturité d'Andre Drummond, la nouvelle concentration de Stanley et l'ajout de Bradley ne suffiront pas à faire de Detroit un cador mais les Pistons pourraient au moins être parmi les meilleures équipes défensives de la NBA cette saison. Et pour se relever après une saison, ça serait une bonne idée.

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.