Pistons 2004 vs Warriors 2017 : qui gagne ? (même si ça n'a pas trop de sens)

Warriors 2017 vs Pistons 2004 | PistonsFr, actualité des Detroit Pistons en France

Il y une semaine, au beau milieu des Finales NBA, Rasheed Wallace a cédé à la mode des comparaisons et a lâché que les Pistons champions en 2004 "rouleraient" sur les Warriors 2017. Aujourd'hui ces mêmes Warriors sont champions NBA et tout le monde s'amuse à les comparer aux équipes historiques. 

Ayant vécu en direct les Finales 2004 et bien sur celles de cette année, à mon tour de vous livrer mon comparatif. Même si l'exercice, complètement subjectif, n’est pas vraiment à prendre sérieux...

Meneur : Chauncey Billups contre Stephen Curry

Billups vs Stephen Curry | PistonsFr, actualité des Detroit Pistons en France

Chauncey Billups fut héroïque lors du titre des Pistons en 2004, au point de finir MVP des Finales. Cette saison-là, il scorait 16,9 points de moyenne, avec 5,7 passes, 3,5 rebonds et 1,1 steals par match. Meneur idéal pour driver cette équipe sans star, Billups apportait énormément de choses pour rendre son équipe meilleure, qui ne se voient pas dans les stats. Ajoutez à ça un niveau de jeu en hausse lors Finales, avec une moyenne de points qui passe à 21 par match, et vous obtenez un meneur capable de rivaliser avec Steph Curry.

Mais depuis 3 ans Curry est sur une autre planète. Double MVP en 2015 et 2016, le meneur de Golden State a presque redéfini le poste, instaurant le 3-pts comme une référence dans le jeu moderne. Cette saison il a encore envoyé du lourd avec 25,3 points, 6,6 passes, 4,5 rebonds, en shootant à 46,8%, 41,1% du parking et 90% aux lancers. Et dire que certains pensent qu'il a fait une mauvaise année.

Avantage : Stephen Curry (Golden State Warriors 2017)


Arrière : Rip Hamilton vs Klay Thompson

Rip Hamilton vs Klay Thompson | PistonsFr, actualité des Detroit Pistons en France

Dans une des comparaisons que j'ai pu lire, celle de MLive.com a trouvé une formule que j'aime beaucoup au sujet de ce duel hypothétique : "Si Klay Thompson est laissé sur le banc, ou si vous le bloquez tout le match, les Warriors ont encore de grosses chances de gagner. Sans Richard Hamilton, les Pistons n'avaient aucune chance".

Véritable catalyseur de l'équipe championne de 2004, Hamilton était le meilleur scoreur de Detroit pendant la saison 2004 avec 17,6 points. Les chiffres peuvent sembler bien faibles quand on voit les prouesses des cyborgs d'aujourd'hui mais n'oublions pas que les Pistons étaient avant tout une équipe défensive, bloquant souvent leur adversaires sous la barre de 80 pts, même en playoffs. Quand un leader offensif se met à ce point au service du collectif, on ne peut que rendre hommage au joueur qu'était Rip Hamilton.

Thompson, lui, est un shooteur bien plus prolifique avec une moyenne de 22,3 points, 3,7 rebonds et 2,1 passes décisives cette saison. Son pourcentage à 3-pts est par ailleurs assez affolant (41,4%) . En revanche, si Klay a fait un superbe travail défensif en Finales contre les Cavs, il aurait eu beaucoup de mal face au jeu si bien léché de Rip Hamilton.

Avantage : Rip Hamilton (Detroit Pistons 2004)


Ailier Shooteur : Tayshaun Prince vs Kevin Durant

Tayshaun Prince vs Kevin Durant | PistonsFr, actualité des Detroit Pistons en France

Le débat va tourner très très court ici. Et pourtant j'admire Tayshaun Prince. Excellent défenseur, capable de contenir Kobe Bryant en Finale 2004, Prince n'aurait rien pu faire face au Kevin Durant 2017, MVP des Finales absolument incontestable. Livrant 5 matchs de haut niveau lors de son affrontement face à LeBron James, Durant a fini la série avec sur un match à 39 points, son record sur ces playoffs 2017 et a tourné à 35,2 points, à 55,6% d'adresse lors de la série.

En revanche, Prince ne verra jamais son titre être remis en question comme celui de Durant. Très critiqué pour avoir rejoint des Warriors, qui sortait d'un bilan de 73-9 et qui avaient en plus éliminés le Thunder de Durant, Kevin ne fait pas l'unanimité (#ZoneDeConfort) malgré son niveau de jeu ahurissant. Mais il est probable que le joueur n'ai rien à faire de sa côte de popularité...

Avantage : Kevin Durant

Intérieur : Rasheed Wallace vs Draymond Green

Draymond Green vs Rasheed Wallace | PistonsFr, actualité des Detroit Pistons en France

On entre ici dans une comparaison où les chiffres ne font pas sens. Limiter les deux joueurs à leur apport en points ou rebonds est extrêmement réducteur. Sur Rasheed Wallace; son impact dans l'épopée victorieuse des Pistons en 2004 n'a jamais fait l'objet d'aucun débat, Son trade, réalisé en février de cette même année, est même considéré par à peu prés tout le monde comme la dernière pierre pour porter les Pistons au titre. Avec le Sheed dans ses rangs, Detroit s'est transformé en machine de guerre, capable de limiter ses adversaires à 70 pts pendant 5 rencontres consécutives en Mars.

Draymond Green, lui, partage avec le Sheed un goût pour les fautes techniques et pour les discussions tendues avec les officiels. Mais l’intérieur de Golden State n'est pas qu'un aboyeur et prend une place capitale dans la réussite des Warriors depuis 3 ans. Ancien de Michigan, Green joue un rôle de catalyseur, libérant avec succès les stars que sont Curry, Thompson ou Durant.

On serait tenté de dire match nul mais si Green a désormais 2 titres, le Sheed est entré dans l'histoire de la NBA. Légende sur et en dehors des parquets, Wallace laisse une marque dans la Grande Ligue. A voir si Draymond en est capable !

Avantage : Rasheed Wallace (Detroit Pistons 2004)


Pivot : Ben Wallace vs Zaza Pachulia

Zaza Pachulia vs Ben Wallace | PistonsFr, actualité des Detroit Pistons en France

Ok là ça risque d'aller encore plus vite que pour Prince et Durant. Doit-je vraiment vous faire perdre quelques minutes pour justifier qu'un futur Hall of Famer (enfin normalement) apporte plus que le bûcheron géorgien ? 

Zaza est un simple complément dans cette équipe quand Big Ben Wallace a déjà vu son maillot retiré par la franchise des Pistons ! Pour enfoncer le clou, les deux pivots jouent sur les mêmes forces, à savoir la défense et l'intimidation, et à ce jeu-là, Big Ben mange le Warrior matin, midi et soir. Finalement Pachulia n'a qu'un truc que Ben n'a pas : il joue sale !

Avantage : Ben Wallace (Detroit Pistons 2004)


Score final 3-2 pour les Detroit Pistons 2004 face aux Warriors 2017. Rasheed Wallace avait donc raison ! Evidemment il s'agit de l'analyse la plus subjective qu'il soit ! Donc ne me jetez pas des tomates et comprenez la détresse d'un fan français qui a une équipe en vacances depuis 3 mois !

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.