Non classé

Hall of Fame 2017 : Ben Wallace snobé, une honte pour la NBA

Alors que le All Star Week-end s’est déroulé sans aucun membre de Detroit, les Pistons ont connu un nouvel affront en voyant Ben Wallace, idole de la franchise, être recalé pour l’accession à la finale du Hall of Fame 2017. Un vrai scandale, renforcé par la présence de Tracy McGrady parmi des finalistes.

Les années 2000-2010 ont été marquées par les Detroit Pistons. Personne ne peut dire autre chose. Moi-même devenu fan des Pistons en 2002, j’ai connu une période formidable avec des joueurs comme Rip Hamilton, Tayshaun Prince, Sheed Wallace, Chauncey Billups et bien sur Big Ben Wallace. Sur poins de 10 ans, cette équipe a réussit à faire 6 Finales de Conférence de suite, 1 titre en 2004, une défaite en Finale au Game 7 en 2005 et des duels épiques à l’Est.
Les années 2000-2010 ont été aussi marquées par un joueur unique, le genre de mec qui fait veiller les fans toute une nuit : Tracy McGrady. T-Mac, à Orlando puis à Houston, a été un joueur majeur de la NBA, multiple All Star et plusieurs fois meilleur marqueur de la Ligue. Sans les blessures qui ont gâché sa carrière, on tenait peut-être du meilleur joueur de basket depuis Jordan. 
Cette année, Big Ben Wallace et T-Mac faisaient tous deux parti des candidats au Hall of Fame 2017, mais seul l’ancien scoreur du Magic a été retenu parmi les finalistes. Une question s’impose : pourquoi cette injustice ?

 

Ben Wallace, sous-estimé jusqu’au bout

Comme je l’ai dit plus tôt, Ben Wallace a brillé collectivement à Detroit. Est-ce que ce collectif des Pistons minimise la carrière de Ben Wallace ? Je ne le crois pas. Pendant cette dynastie, Wallace a rayonné comme peu de joueur ont pu le faire et s’est offert un palmarès individuel XXL :
  •  Champion NBA en 2004
  • 4 fois NBA Defensive Player of the Year  en 2002, 2003, 2005 et 2006.
  • 5 fois dans la NBA All-Defensive First Team en 2002, 2003, 2004, 2005 et 2006.
  • 4 sélections au NBA All-Star Game en 2003, 2004, 2005 et 2006.
  • Meilleur rebondeur de la NBA en 2002 et 2003.
  • Meilleur contreur de la NBA en 2002 (3,5).
Profil unique en NBA, Ben Wallace a eu une carrière faite de hauts et de bas. Non-drafté, le Monsieur Muscle des Pistons a fini par exploser, malgré son déficit de taille et de skills. Ben Wallace a réussit à attirer tous les regards sur lui et sur Detroit tant par son style (son afro est immortel) que par son jeu. Aujourd’hui, quel joueur de premier plan peut faire basculer une rencontre en marquant moins de 10 points ?
A coté de ce palmarès dantesque, McGrady, ancien Piston pour qui j’ai une affection particulière, n’a jamais passé un tour de playoffs ! Plus globalement les 4 joueurs retenus pour être finalistes du Hall of Fame, à savoir Tim Hardaway, Tracy McGrady, Sidney Moncrief et Chris Webber n’ont jamais gagné le titre NBA.
Évidemment Ben Wallace aura le temps de se représenter mais le choix de McGrady me laisse une certaine amertume. Le critères de choix sont-ils pour T-Mac ou contre Ben Wallace ? La NBA préfère-t-elle valoriser ses meilleurs marqueurs que ses anciens champions ? L’épisode de « Malice at The Palace » pèse-t-il encore sur les épaules de Big Ben ? Quelques pistes de réflexion rapides qui resteront bien sur sans réponse…