Pistons-Pacers (116-121) : 2eme défaite au Palace cette saison contre Indiana

Alors que la brève éclaircie contre le Heat aurait pu donner un peu d'air à Stan Van Gundy, les Pistons n'épargnent décidément rien à leur coach et ont replongé hier contre les Pacers. Perdre contre un rival n'est jamais agréable mais Indiana, l'une des pires équipes sur la route, a déjà battu les Pistons deux fois depuis le début de la saison NBA.

Indiana au dessus de Detroit | PistonsFr, actualité des Detroit Pistons en France

Paul George est loin d'être un joueur NBA lambda. Même s'il rate sa saison pour l'instant, le All-Star des Pacers a toujours été un poison pour les Pistons. En deux matchs cette année, il score 29 pts de moyenne et s'amuse à Detroit. Alors que le probleme de défense devient critique pour les Pistons, Stan Van Gundy se désespère de l'impuissance de ces joueurs :

C'est un type que nous n'avons jamais pu arrêter au cours des deux dernières années. D'autres gars font souvent de gros matchs contre nous, mais nous les ralentissons parfois. Pour Paul, nous n'avons jamais de réponse.

Dés le début du match, George passe en mode MVP et assisté de Teague, il offre aux Pacers leur quart-temps le plus prolifique de la saison : 36 pts. A la mi-temps, les deux coéquipiers en sont à 14 pts chacun et la défense des Pistons a eu plusieurs occasions de se montrer. Se montrer par sa passivité évidemment, laissant les Pacers prendre jusqu'à 15 pts d'avance (54-39). 

Quelques espoirs dans cette énième défaite de Detroit


Monta Ellis | PistonsFr, actualité des Detroit Pistons en France

De l'autre coté du terrain, on commence doucement à revoir des Pistons offensifs. Malgré la défaite, Reggie Jackson signe un match référence avec 20 pts, 12 ass et 7 reb. Jackson, bien assisté de Drummond et Harris, est le grand artisan de la remontée des Pistons en seconde mi-temps. Même si la défense est toujours aussi horrible, les pertes de balles des Pacers permettent à Detroit de reprendre l'avantage (82-81).

Mais à force de tirer sur la corde, de laisser des espaces et de ne pas s’intéresser aux efforts défensifs, les Pistons cèdent. Monta Ellis, transparent depuis le début de la saison à Indiana, s'offre 3 paniers consécutifs avant de laisser Paul George finir le travail (121-116).

Pour Detroit, ce match est pratiquement le copier-coller du match précédent contre le Heat, mais sans la même réussite. Quelques lueurs d'espoir se sont pourtant dessinés devant nos yeux. Avec le 5 majeur à 14 points ou plus et Tobias Harris meilleur marqueur en sortie de banc, Van Gundy pourrait bien avoir trouvé un système qui marche en attaque. Les 12 ass de Reggie Jackson sont également un signal fort, prouvant que l'ambiance redevient bonne, à des années-lumière de la réunion houleuse organisée suite à la 1ere défaite contre Indiana.

Mais Detroit ne gagne toujours pas et le probleme de défense en est une nouvelle fois le premier responsable. En shootant à 58% et à 56% à 3-pts, les Pacers ont profité des largesses de la défense des Pistons. Le mot de la fin revient à Van Gundy, lucide sur la mentalité de son roster :

Nous étions juste debout là, à regarder, espérant que quelqu'un manquerait son shoot. Nous n'étions pas disposé à faire l'effort nécessaire.


Boxscore Pistons-Pacers 04/01/2017 | PistonsFr, actualité des Detroit Pistons en France

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.