Non classé

Pistons-Heat (107-98) : A deux doigts du ridicule…

Contre une équipe du Heat décimée comme jamais, les Detroit Pistons ont confirmé qu’ils étaient loin de leur niveau habituel. Même s’ils s’imposent au finish, les joueurs de la Motown montrent que leurs carences sont profondes et n’ont rassuré personne, surtout avec leur première mi-temps affreuse.

Harris dans la défense du Heat | PistonsFR actualité des Detroit Pistons en France

Hassan Whiteside, Goran Dragic, Justice Winslow, mais aussi McRoberts et Waiters. L’infirmerie de Miami avait belle allure avant le match, en tout cas plus que les joueurs alignés sur le parquet. Et ce n’est pas faire injure au Heat que d’affirmer que Babbit, Reed ou McGruder n’évoluent pas au même niveau que les joueurs pré-cités, qui sont eux de vrais cadors NBA.
Pourtant, ce 5 new-look va malmener les Pistons dés le début du match. Fidèle à son attitude bien particulière, qui vise à ne pas défendre du tout, Detroit offre au Heat tous les espaces nécessaires et se mange un + 11 en quelques minutes (20-9). Les shooteurs de Miami sont insolents de réussite, profitant des largesses défensives adverses pour réussir un irréel 8/8 aux shoots.
L’entrée de Tobias Harris et des remplaçants ne va pas inverser la tendance : le Heat accumule les shoots faciles et l’écart se creuse, allant jusqu’ à +14. Miami shoote à près de 65% en première mi-temps et en retournant dans les vestiaires à 58-66, les Pistons sont en train d’humilier leur franchise une fois de plus.

Le message de Stan Van Gundy passe enfin ?

Rendons hommage à ces joueurs du Heat, habituellement visés sur le banc toute l’année et qui ont su à merveille saisir leur chance en première mi-temps. Mais dés le retour sur le parquets, le changement est perceptible. Si les Pistons se basent d’abord sur le jeu individuel de ses stars pour revenir, on assiste ensuite à de vrais systèmes bien exécutés. La relation Drummond-Jackson fonctionne comme en début 2016 et ça se voit dans les chiffres : Drummond signe 25 pts à 12/19 et 18 reb, alors que Jackson finit meilleur marqueur 27 pts à 10/17 sans rien forcer.
Catastrophiques en défense lors de la première mi-temps, les Pistons semble avoir compris les consignes du coach. Miami est limité à 32 pts et 28% de réussite aux tirs en deuxieme mi-temps. Le match bascule entre la fin du 3eme quart-temps et le début du 4eme où Detroit passe un 27-8 en 8 minutes. Lors du dernier quart, Miami attend même 5 min pour marquer ses premiers points !
La victoire des Pistons face à l’équipe C du Heat ne doit pas être un motif de réjouissance pour Van Gundy. La seule consolation reste cette réaction en 2eme mi-temps mais le début de match ne ressemblait pas à un match de NBA de la part des Pistons. Si offensivement on a retrouvé une certaine constance, défensivement, cette équipe fait peine à voir. Paul George et les Pacers ne s’effondreront pas si facilement pour le prochain match.