Pistons-Bulls (82-113) : Detroit a besoin de changement, et vite !

Perdre contre les Pacers fait mal mais s'effondrer contre les Bulls est une humiliation supplémentaire. Avec un roster complétement à la dérive, les Pistons n'épargnent rien à leurs fans. La déroute 82-113 contre les Chicago Bulls cette nuit n'est que la confirmation de symptômes très profonds. Detroit est malade, peut-être déjà irrécupérable.

Le probleme Stan Van Gundy | PistonsFR actualité des Detroit Pistons en france


Au début de la nouvelle saison NBA, j'ai choisi de faire évoluer mes résumés quotidiens. Moins de stats ou de résumé quart-temps par quart-temps que les "gros" sites d'informations NBA font mieux et plus rapidement que moi. Regardant les matchs du début à la fin, j'ai plutôt pris le parti de vous retranscrire l'ambiance, la façon dont jouent les Pistons et essayer de voir au-delà des seules stats.

En faisant ce choix, j'ai logiquement pensé que l'équipe de Stan Van Gundy proposerait des choses intéressantes, du jeu, de la surprise à chaque rencontre. Quel naïf ! Combien de fois en seulement 30 matchs cette saison me suis-je retrouvé devant un vide sidéral, avec rien d'autre à chroniquer que la performance de l'équipe adverse, s'amusant avec des plots portant un maillot siglé "DETROIT" ?

Cette nuit encore, dans une rencontre où Chicago mène 42-19 après 2 min dans le 2eme quart-temps, où les joueurs des Pistons ont décidé de ne pas se battre, où Robin Lopez marche sur Drummond, il n'y a rien à ajouter. Mais impossible de m’arrêter là... J'ai vu cette honte jusqu'au bout. Loin devant le Pistons-Nets de Novembre, plus triste que la purge contre les Hornets, ce match contre les Bulls condense le pire des Detroit Pistons 2016/2017.

Chronique judiciaire : les Pistons déclarés coupables à l'unisson

 

La defense inefficace | PistonsFR actualité des Detroit Pistons en france

Stan Van Gundy est le premier coupable de cette situation. En tant que Head Coach et Président, l'homme aux deux casquettes porte les responsabilités. La réunion post-défaite de dimanche n'aura servi à rien, Van Gundy reconduisant son 5 de départ et ne changeant pas d'un iota sa rotation. SVG, si prompt à envoyer Stanley Johnson en D-League à cause de son relâchement à l'entrainement (We talking about practice?), ne peut pas laisser un Marcus Morris hors du coup se reposer un soir ou deux? Ne peut-il pas dire à Reggie Jackson qu'il est encore trop court pour les back-to-back ? Posons aussi le cas Boban Marjanovic : le pivot doit attendre que Detroit ait match perdu comme hier soir pour avoir quelques minutes. Impossible de connaitre son réel apport mais devant le fantôme de Aron Baynes, lui donner sa chance ne représente pas un énorme risque.

Andre Drummond sera notre deuxieme coupable. Où est passé le joueur All-Star, cité parmi les pivots du futur avec Cousins ou Towns ? Probablement sous la semelle de Robin Lopez ! Contre les Bulls, Andre Drummond signe un piteux 9 pts et 4 reb. 4 rebonds ! On parle là du potentiel meilleur rebondeur de la NBA, titulaire d'un contrat à 150 M$. Longtemps Drummond a eu l'excuse de l’absence de Reggie Jackson, qui démontrait déjà une incapacité à porter son équipe. Aujourd'hui, la nonchalance du pivot agace, son manque de volonté dans la raquette choque et son jeu offensif est proche du néant. Seulement 11 tirs tentés par match quand DeMarcus Cousins en tente 22 et Towns 18...

Tout le 5 majeur ne peut être exempté de culpabilité. Depuis l'arrivée de Tobias Harris en Février 2016 et si on écarte la blessure de Reggie Jackson, le Starting Five des Pistons n'a quasiment jamais changé. Pourtant depuis plus d'un mois, tout le monde coule ensemble ! Jetons un œil aux différentiels contre Chicago : Drummond -27, Jackson et Morris -29, KCP et Harris -34 ! La solidarité n'existe que dans la médiocrité pour ces joueurs. Un électrochoc semble nécessaire mais ne vient toujours pas. Harris et Morris si réguliers depuis le début de la saison plongent depuis le retour de Reggie. D'ailleurs l'équipe en est à 3-6 depuis son retour contre Orlando mais un seul homme n'est pas responsable des faiblesses des 4 autres.

Et il n'y a vraiment pas de raison que ça s'améliore...


Tobias Harris | PistonsFR actualité des Detroit Pistons en france

Ce n'est pas un manque de courage, mais juste que nous ne sommes pas que les Detroit Pistons que nous étions l'année dernière.

Voila comment Marcus Morris justifie la periode actuelle. Oui Detroit n'a rien à voir avec l'équipe courageuse qui accrochait les playoffs l'an dernier. Si la saison de la confirmation est toujours la plus dure, il est légitime de reprocher aux Pistons leur manque d'engagement, leur inefficacité des deux cotés du terrain ou la régression de certains joueurs.

Après le match contre Chicago, Stan Van Gundy a raillé la réunion de dimanche, soulignant qu'il était facile de parler mais que seuls les actes comptaient. Étonnant de la part de celui qui s'exprime le plus et qui ne change rien, ni ses systèmes, ni ses joueurs. Finalement, face à la presse, SVG a promis des changements pour le match de mercredi face à Memphis...

Et en cas de nouvelle débâcle ? Faudra-t-il parler trade ? Detroit a besoin de changement mais matelots et capitaine semblent être perdus dans la tempête. Face à eux, un ouragan se présente : Memphis, puis Golden State, Cleveland, Milwaukee et Atlanta ! Joyeux Noël Pistons Fans !

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.