Non classé

Les chiffres sont formels : les Pistons finiront à la 8eme place à la fin de la saison !

En 24 matchs de NBA, il y a bien assez de chiffres, d’analyses et de datas pour tirer des conclusions hâtives. Extrapoler le classement de la NBA après 82 matchs en se basant uniquement sur ce qu’on a vu jusqu’à présent pourrait être un peu réducteur mais si les chiffres affirment que les Pistons seront en playoffs, pourquoi ne pas y croire ?
Les Pistons en playoffs | PistonsFr, actualité des Detroit Pistons en France
Keith Langlois, journaliste de Pistons.com, s’est pris pour un analyste de Wall Street cette semaine. En comparant plusieurs tendances comme l’intensité du calendrier, le rapport match à domicile/match on the road, les différentiels et les blessures, Langlois en a conclu qu’il vaut mieux penser aux Pistons si vous cherchez les équipes qui finiront dans les 8 premiers de la Conférence Est. En effet d’après les chiffres, Detroit est en avance sur plusieurs équipes pour accrocher ce spot.
Commençons par le différentiel de points. Les Pistons ont le 4eme meilleur chiffre à l’Est à +2,9 pts par match. Les deux premiers Toronto (8,1) et Cleveland (6,6) sont intouchables mais le 3eme Chicago est à peine devant les Pistons (3,0). Ce qui est intéressant dans ce chiffre, c’est sa fiabilité. L’an dernier, à l’Est, 8 équipes ont terminé en positif et 7 en négatif. Et les 8 qui ont terminé avec un différentiel en positif sont évidemment allé en playoffs.
Passons maintenant au calendrier: personne n’a eu un calendrier plus difficile à l’Est que les Pistons. Parmi les équipes qui sont devant Detroit au classement, seules Toronto et Cleveland ont joué plus de match face à des formation classée dans le top 10. Et les cinq autres équipes devant les Pistons ont eu des calendriers parmi les plus faciles de la ligue. Actuellement 8eme, les Pistons ont également joué plus de fois sur la route (13) que qu’au Palace (11), chose que seules deux équipes « playoffable », (Boston et Chicago) ont fait. A titre de comparaison Milwaukee a joué 13 de ses 20 matchs à domicile et New York 13 de ses 22. Enfin Detroit a déjà disputé six de ses 16 back-to-back prévus, là aussi plus que n’importe quelle équipe devant eux à l’Est : Boston et New York en ont joué cinq, Milwaukee et Cleveland seulement trois.

La variable Reggie Jackson

Reggie Jackson de retour | PistonsFr, actualité des Detroit Pistons en France

 

Dans l’analyse de Langlois, l’absence pour blessure de Reggie Jackson est un facteur qui renforce le bon parcours des Pistons jusqu’à présent mais aussi un élément perturbant pour la suite. Le meilleur marqueur des Pistons, de retour depuis trois matchs, n’a pas manqué que les 21 premiers matchs mais aussi toute la pré-saison et tout le training-camp. Jackson sera sûrement la clé qui amènera cette équipe ou non en playoffs. Pour le moment Reggie ré-apprend à bien jouer et ses coéquipiers ont besoin de redevenir eux-mêmes alors que tout le monde s’est habitué au rythme d’Ish Smith pendant deux mois. Selon les propres dires de Van Gundy, nous arrivons à ce moment de la saison où le coach des Pistons commence à voir où va son équipe. Mais pas cette année :

Avec 20 matchs, j’ai normalement une assez bonne sensation de ce que sera notre équipe. Mais sans Reggie, c’était un peu plus dur pour nous. Nous ne l’avons pas eu pour toute la pré-saison et pendant 21 matchs, donc il faudra un certain temps avant que nous sachions où nous en sommes.

À l’heure actuelle, alors que les Pistons sont huitième dans le classement de la Conférence Est, on peut s’amuser des chiffres de Keith Langlois et simplement espérer avec lui que la vérité du jour sera la même en Avril. Les statistiques présentées ont leur importance mais soyons sûr que le journaliste a choisit celles favorables à sa franchise. Le mot de la fin sera pour Van Gundy, qui préfère ne pas trop se reposer sur cette extrapolation :

Nous verrons. Toutes ces
choses vous disent que c’est ce que vous avez fait pendant 23 matchs. Elles
ne vous disent pas vraiment ce que vous allez faire pour les 59 prochains. C’est
tout ce qui compte vraiment.