Non classé

Pistons-Clippers (82-114) : le road-trip débute par une raclée

Le premier road-trip a l’Ouest allait servir de test pour les Detroit Pistons. Un programme intense de 4 matchs en 6 jours attendait les hommes de Stan Van Gundy. Et on ne peut pas dire que l’aventure commence bien : confrontés aux Clippers pour leur premier match, les Pistons s’écroulent 82 à 114, en n’ayant jamais fait illusion.

Ce qu’on a vu du match

Leuer contre les Clippers | PistonsFr, actualité des Detroit Pistons en France

Difficile de décrypter ce match des Pistons à l’extérieur. A l’aube du premier road-trip de la saison, on pensait voir une équipe motivée, dans la lignée du match contre les Nuggets. Mais cette équipe de Detroit commence sérieusement à être irrégulière et dés qu’elle se relâche, la punition tombe. Los Angeles commence par un 33-15 dans le premier quart et s’en ait déjà fini des Pistons.

Blake Griffin, puis Chris Paul sont inarrêtables pour les joueurs de Detroit. Les shoots extérieurs pleuvent par Paul et Reddick, et dans la raquette, Blake domine largement Harris. Coté Pistons, les points sont partagés entre Morris, Harris et Drummond, mais la maladresse générale (KCP à 0/6, Smith à 1/9) plombe tout espoir.

Stan Van Gundy a su assez vite qu’il fallait arrêter les frais. A la mi-temps, les Clippers mènent de 30 points, faisant grimper l’écart jusqu’à 40. Le banc est donc largement sollicité, en terme de minutes plus qu’en point : Udrih joue 24 min, Leuer 29, Hilliard 12. Marjanovic, lui, ne joue que 8 minutes, ce qui confirme le peu de confiance que lui accorde le coach des Pistons. Le score final est anecdotique, tant la différence est abyssale entre Detroit et Los Angeles.

Le MVP de la soirée

Chris Paul domine Tobias Harris | PistonsFr, actualité des Detroit Pistons en France

Si nous sommes assez fous, ou trop passionnés, pour perdre du temps à regarder un match affreux et à le débriefer ensuite, nous n’irons pas jusqu’à choisir un MVP parmi les Pistons. On en profite donc pour féliciter l’équipe des Clippers, qui n’a même pas cherché à en faire des tonnes ou à jouer showtime. Les hommes de Doc Rivers ont livrés un match appliqué, même en 2eme mi-temps quand l’enjeu n’existait plus. Bravo !

La déception

L’équipe entière sera à l’honneur ce soir. Peut-on vraiment sortir quelque chose de bon après une défait de 32 points qui était acté dés le début du second quart ? Absolument pas. Les starters ont failli d’entrée, les remplaçants n’ont rien apporté et c’est la deuxieme fois en 7 matchs que les Pistons ne montrent aucune envie dans un match. Stan van Gundy est aussi coupable, en tant que meneur d’homme.

La stat

Après 7 matchs et presque 3 semaines de compétition, Detroit  présente une statistique étonnante : invaincue à domicile, incapable de gagner à l’extérieur. La défaite lourde contre les Clippers confirme ce état de fait, étant la 3eme défaite des Pistons on the road. A contrario, le Palace est une forteresse imprenable : 4 victoires en 4 matchs. Si les Pistons continuent sur cette lancée, le road-trip risque d’être sanglant.

La déclaration

Pourquoi s’embêter à essayer de décrypter ce match à sens unique ? Stan Van Gundy, adepte des déclarations laconiques, n’y va pas par 4 chemins :

Il n’y a aucun point positif… Tout était mauvais.

Boxscore

Clippers-Pistons Boxscore | PistonsFr, actualité des Detroit Pistons en France