Non classé

Pendant que Detroit souffre, les rookies apprennent en D-League

On savait depuis le début de la saison NBA que les rookies Henry Ellenson et Michael Gbinije n’auraient que peu d’opportunité de se montrer chez les Pistons. Avec le bilan compliqué de 8 victoires pour 10 défaites, Stan Van Gundy a resserré sa rotation. C’est donc en D-League, chez les Grand Rapids Drive, que les 2 rookies trouvent du temps de jeu.
Ellenson et Gbinije à la draft | PistonsFR, actualité des Detroit Pistons en France
Interrogé après une défaite face à Austin en début de week-end, Rex Walters, head-coach des Grand Rapids Drive, équipe affiliée aux Detroit Pistons, a été invité à se pencher sur les apports d’Henry Ellenson et de Mike Gbinije, les rookies de Detroit :


L’une des grandes raisons pour lesquelles nous sommes ici, c’est de donner à certains des gars des Pistons l’occasion de venir prendre des minutes ici, de comprendre le jeu et savoir qu’il y a beaucoup de bons joueurs chez nous.

Les rookies Ellenson et Gbinije ont déjà participé à trois rencontres avec les Grand Rapid Drive. Lors de leur dernier passage face à Iowa Energy, les jeunes Pistons ont été efficaces : Ellenson a scoré 11 points et pris 16 rebonds en 39 minutes, tandis que Gbinije apportait 10 points et 8 rebonds en 27 minutes.
Jouer plus de 30 minutes en NBA est aujourd’hui impossible pour ces jeunes joueurs. Les Pistons en mission pour se qualifier en playoffs, Stan Van Gundy ne semble pas donner beaucoup de crédit à son banc. Faire plusieurs séjours en D-League représente donc une opportunité en or pour les deux rookies.

Ellenson et Gbinije se montrent face aux coachs

Mike Gbinije sous le maillot des Grand Rapid Drive | PistonsFR, actualité des Pistons en France
Stan Van Gundy avait vite fait comprendre que la D-League jouerait un grand rôle dans le développement de ces deux joueurs. Grand Rapid, située à deux heures de Detroit, permet de mobiliser plusieurs coachs pour travailler avec les jeunes pousses des Pistons.
Rex Walters commence d’ailleurs à cerner le potentiel des deux draftés de Detroit et voit quelques perspectives d’évolution sur lesquelles travailler :

Henry est dominant. Il a un bon tir et ses décisions sont bonnes. Il sera un strench-four. Et s’il peut prendre quelques centimètres et pas mal de poids, peut-être qu’il pourrait devenir un strench-five.

Gbinije lui a la tête sur les épaules. Il est intelligent, vraiment intelligent. Il comprend comment les choses fonctionnent, comment défendre en équipe. Je pense qu’il a une bonne chance d’être un très bon joueur de catch-and-shoot pour les Pistons. Ce sera une question de temps.

Dans le marasme actuel de Detroit, les deux hommes n’ont pas encore su trouver leur place. Ellenson n’a joué que 5 matchs, tandis que Gbinije s’est contenté de 3 rencontres avec les Pistons. Au final les deux hommes sont chanceux d’échapper à cette mauvaise ambiance et d’avoir cette bulle d’air avec la D-League.