Non classé

[My Week With Pistons #6] Une nullité de tous les records

Josh Smith | Pistonsfr, blog de l'actualité des Detroit Pistons en France
Alors qu’on imaginé bien Detroit faire une saison correcte et jouer son rôle dans la course aux Play-offs NBA dans la Conférence Est, voila que les Pistons font la courses avec les Knicks pour savoir qui est la pire équipe. Semaines après semaines, le programme est toujours aussi noir pour les fans des Pistons, qui vivent chaque match comme une torture. Attention on se rapproche du précipice.

@Boston Celtics : Jennings & Augustin, meneurs double 0 !

En visite sur le parquet des Celtics de Boston, Detroit avait une possibilité en or de enfin gagner une rencontre. Les C’s ont la tête sous l’eau depuis 5 matchs (et autant de défaites), tandis que Rajon Rondo ne met pas un pied devant l’autre offensivement. La rencontre entre les deux anciens cadors de l’Est a tenu toutes ses promesses, avec une raquette des Pïstons enfin efficace : 27 pts, 14 reb pour Drummond; 29 pts à 11/11 aux lancers pour Monroe en sortie de banc. Coté Celtics, c’est Jeff Green qui sort le match XXL au bon moment avec 32 points. Tout se joue en prolongation grâce à un dernier contre de Drummond. Au moment crucial, Detroit va craquer et va se laisser distancer par Boston dés le début de la prolongation. Au final, les Pistons s’inclinent 109-102. On aura apprécié le retour des Pistons au dernier quart temps néanmoins. Par contre impossible de passer à coté des performances des meneurs. 1 point pour Jennings à 0/11 et 1 point pour Augustin avec 0/6. Pour des hommes censés gérer une attaque, on est loin du compte. Assurément les responsable de la défaite.
http://www.youtube.com/watch?v=rqunuVHkg20

Contre Philadelphie Sixers : en route vers la dernier place.

Vous connaissez Robert Covington ? Non ? Et bien tous les supporters des Pistons en France et ailleurs ont fait la rencontre du joueur des Sixers. Dans un match entre les deux plus mauvaises équipes de la NBA, la défense était absente et Covington a pu se faire plaisir : 25 points et 6 rebonds en 29 minutes. A Detroit rien ne va plus et surtout pas les meneurs. Après leurs zéros pointés, Jennings et Augustin ne s’améliorent pas avec 8 et 6 points. Le drame de Detroit est que l’équipe n’arrive jamais à jouer ensemble. La semaine dernière, Greg Monroe etait au fond du trou, alors qu’il y a 15 jours André Drummond avait la tête à l’envers. Contre Philadelphie, l’équipe a confirmé sa faiblesse et ne s’en est sortie que grâce au match complet de Josh Smith. L’ailier permet à son équipe de ne pas être totalement ridicule, tenant les Sixers pendant tout le match et répondant aux coups de Michael Carter-Williams. Une nouvelle fois, la prolongation décide du sort des Pistons et une nouvelle fois, la pièce tombe du mauvais coté. 11eme défaite de suite 101-108. C’est quand même cruel.
http://www.youtube.com/watch?v=2hwiyRzg6ZU

Contre Okhlahoma Thunder : l’exploit n’était pas loin.

La dernière fois que les Pistons avaient rencontré le Thunder, Westbrook et Durant étaient blessés et Detroit avait remporté le match en prolongations. S’imaginer Detroit vainqueur cette saison demande beaucoup d’effort, ce qui n’est d’ailleurs pas arrivé depuis 12 matchs. Cette fois-ci, la mélodie est tout autre avec un Durant de retour et en mode MVP : 28 points à 10/19 et une activité de fou dans le money-time. Parce que oui, les dernières minutes entre les deux équipes ont été passionnantes. Contrairement à son habitude, Detroit n’a pas lâché le match et a réussit à tenir le coup. Avec seulement 2 points de retard au début du 4eme quart temps, Detroit a tenu tête à OKC. Se rendant coup pour coup, tout s’est joué dans les dernières minutes à coup de 3 points : Singler et KCP pour les Pistons, Durant pour le Thunder. A 96-94, Westbrook va forcer et donner une dernière chance aux Pistons. Jennings donne la balle à Smith, seul derrière l’arc pour la gagne. Évidemment l’ancien d’Atlanta se rate et on se demande si Jennings n’aurait pas du jouer la prolongation. Voila la pire début de saison de l’histoire des Pistons est acté et les perspectives ne son pas réjouissantes.
http://www.youtube.com/watch?v=qG7-wm5UAqs

 

Contre Portland Trailblazers : le Palace se prépare à égaler une série de défaite.

Pour une fois, nous n’allons pas parler du match contre Portland. Pas besoin de parler du 0/5 de Jennings (le 2eme de la semaine), pas envie de dire que le 5 majeur est ridicule face au banc et pas le courage de s’étendre sur la défaite 98-86. Non pour le dernier match de la semaine, nous avons envie de souligner que les Detroit Pistons, équipe historique de la NBA, champion à 3 reprises et qui compte dans ses rangs des joueurs d’expérience, le pivot du futur et un coach ultra-crédible, en est à 13 défaites consécutives, série en cours. Les Pistons s’approchent dangereusement du record de la franchise qui est de 14 défaites, établi en 80 et 94. Un match pour l’égaler et un autre pour le dépasser. Jetons un coup d’œil au calendrier : deux déplacements, chez les Suns et chez les Kings. Autant dire que la franchise n’est vraiment pas loin d’un record de nullité et que le prochain match est capital pour l’honneur. Que peut faire Stan Van Gundy ? Tout changer peut-être ? Empêcher Josh Smith de shooter à 3-pts ? Acheter une confiance à Jennings ? Detroit est au fond du trou et ce n’est pas beau à voir. Rendez-vous dans la nuit du 13 pour connaitre le destin des Pistons.
http://www.youtube.com/watch?v=4liIlxV4IWw

 
Pour conclure sur cette semaine noire, une de plus d’ailleurs, nous allons croiser les doigts très fort devant le match samedi soir. En espérant que les Suns soient dans un jour sans et que Detroit arrive à se sublimer, il faudra soutenir les Pistons qui en ont vraiment besoin. Vivre la pire saison de l’histoire de cette franchise serait vraiment horrible. En attendant des semaines meilleures, Pistonsfr soutient tous les supporters français des Detroit Pistons !

Commentaires(1)

  1. […] brûle-t-il ? Depuis deux semaines, les Detroit Pistons sont incapables de gagner un match, trop occupés à faire n’importe quoi avec la balle pour défendre pendant 48 minutes. Stan Van […]

Les commentaires sont fermés