Josh Smith coupé : les conséquences pour les Pistons

josh-smith-detroit-pistons_t448icq7u1wj1hbx5uov94pgb


Le microcosme de la NBA a été secoué hier soir par la décision du front office des Detroit Pistons. Après deux mois de compétition et une saison déjà ratée, Stan Van Gundy, Président de la franchise, a décidé de couper Josh Smith, qui n'est rien d'autre que le joueur le plus payé de l'équipe. Alors que cet acte rappelle étrangement la décision du renvoi de Maurice Cheeks l'an dernier, Detroit a-t-il bien fait ? Tentative de réponse dans cet article où les briques à 3 points font équipe avec coups de gueule et défaite.


Engagé il y a presque 2 ans pour un montant faramineux de 54 millions de dollars, Josh Smith devait être le joueur capable de ramener Detroit vers les sommets. Allier ultra complet, bon défenseur, spectaculaire et capable de faire des moitiés de quintuple double à chaque match, Smith aurait pu faire de grandes choses. Aurait pu car depuis son arrivée, les Pistons ne cessent de régresser, souvent à cause de lui. Si Josh Smith a été recruté par une direction défaillante, le joueur n'a rien fait pour se mettre dans le moule.



Un coup d'éclat pour rien, des performances en berne


Il ne faut pas oublier que le recrutement de Josh Smith comme celui de Jennings d'ailleurs a été fait dans le mépris le plus total de la logique sportive. Le GM de l'époque, le vénéré Joe Dumars, était sur un siège éjectable cet été 2013, tant ses décisions successives avaient été ridicules. Pou redorer son blason-et plaire au propriétaire Tom Gores-Dumars a décidé de frapper un grand coup et de prendre Josh Smith. Mais pour quel intérêt ? Ailier fort de métier, Smith s'est dés le début heurté à Greg Monroe, seul joueur un peu compétent des Pistons. Alors oui une frontline Drummond-Monroe-Smith pouvait faire rêver, mais l'association des trois paraissait casse-gueule avant même le premier match. Smith a beau avoir beaucoup de qualité, le shoot à 3-pts et la mobilité n'en font pas partie, ce qui n'as pas empêché le joueur de se lâcher longue distance : petit à petit, Smith a shooté de plus en plus, délaissant sa place dans la raquette et perturbant toute l'attaque des Pistons.


L'excuse du poste a tenu un temps pour expliquer les errements de Josh Smith mais le problème est plus profond que cela. Joueur très caractériel, Josh Smith n'a jamais vraiment fait parti de la famille Pistons. Mal aimé des fans qui lui reprochent son attitude nonchalante et son contrat astronomique, Smith a aussi eu des problèmes dans le vestiaire. L'ancien Hawk ne nous a rien épargné et n'as pas non plus répondu sur le terrain. Cette saison, le joueur en était à 39% aux tirs, dont un pitoyable 24% à 3-points. Engagé pour être un leader sur le terrain, Smith a fait cavalier seul et a même essayé de répandre le scandale dans le vestiaire. Lors du renvoi de Maurice Cheeks, beaucoup disent que c'est de sa voix qu'est venu la contestation... Tout au long de son expérience chez les Detroit Pistons, Josh Smith aura déçu et son renvoi était évident. Reste que le timing peut prêter à confusion...



L'autorité de San Van Gundy affirmée au grand jour


Deux mois de compétition, un bilan catastrophique (5-23) et des Pistons qui naviguent sans capitaine. Un électrochoc était nécessaire et SVG a pris ses responsabilités en coupant Josh Smith.



L'équipe n’a pas été aussi performante que nous l’espérions durant cette première partie la saison. Il fallait faire des ajustements quant à la direction que nous voulions prendre. En étant honnête avec Josh, nous avons senti que le mieux pour lui était de lui rendre sa liberté pour lui permettre d’avancer. Nous respectons Josh en tant que joueur et que personne.

Voila comment SVG justifie a décision de se séparer de Smith. Une question demeure quand même : pourquoi ne pas échanger l'ancien Hawk ? En réalité Detroit a bien essayé de refiler Josh Smith à toutes les équipes un peu intéressés. On avait même évoqué un deal avec les Kings, refusé par les Pistons. Sans être dans le secret des dieux, il semble impossible de voir Detroit refusé une offre pour Smith. Aujourd'hui la valeur marchande d'un Smith est tellement ridicule que les Pistons n'auraient pu récupérer que des contrats toxiques dans un éventuel trade. Pour SVG, l'objectif de ce mouvement est bien d'assoir son autorité sur l'équipe et d'assainir son vestiaire. Le boss, c'est lui et personne d'autre. A partir de maintenant la saison des Detroit Pistons prend une autre tournure : personne n'est à l'abri, même le joueur le plus payé de l'effectif. Il faudra respecter le plan de jeu ou partir.



Notre priorité est de développer nos jeunes tout en responsabilisant les autres joueurs de la rotation pour s'améliorer et construire notre avenir. Pendant que nous augmentons le rôle de certains, d’autres seront amené à être réduits.

Les jeunes joueurs que sont Drummond, KCP ou même Singler vont prendre le pouvoir sur l'équipe. Ce mouvement redonne également une chance à Greg Monroe de se racheter, lui qui récupérer automatiquement une place de titulaire. Ainsi Detroit va continuer sa mue jusqu'à arriver au résultat voulu par SVG. Reste le cas Brandon Jennings, recruté en même temps que Smith et tout aussi décevant. Le meneur a intérêt à comprendre le message, sous peine de connaitre le même sort.


 

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.