La trade deadline est passée inaperçue à Detroit

Stuckey et Villanueva restent à Detroit | Pistonsfr, blog de Detroit Pistons en FranceCette année la deadline des transfert n'a pas eu l'effet escompté. Trés peu de mouvement, la faute à une draft qui s'annonce dantesque. A part Philadelphie qui a décidé de contrôler l'ensemble du second tour et Indiana qui vise le titre, les franchise NBA sont restées calme. Les Detroit Pistons font parties de celles-là. Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette tranquillité mais force est de constater que la Motown a dormi tranquille Jeudi soir contrairement à d'autres.


La période des trades est devenue une chasse au tours de draft. Les Pistons sont pauvres de cette richesse, donc fatalement une destination peu prisée en NBA. En revanche Detroit possede en Stuckey et Villanueva, deux contrats expirants, d'habitude très recherchés sur la marché des échanges. Mais non, pas cette année. Alors Rodney Stuckey était plutôt tranquille à l'approche de la deadline :



Je pense que les gars ne font pas vraiment pas attention. Nous ne pouvons pas contrôler les échanges.  Tout est dans les mains du propriétaire et du GM . Nous attendons de voir ce qui se passera.

La tranquillité des joueurs des Detroit Pistons était même impressionnante : Greg Monroe a déclaré de pas savoir quand était prévue la fin des trades, Bynum a passé la journée à la salle pour s'entrainer et la plupart des joueurs désiraient seulement effacer les deux défaites contre Charlotte.



La fin de saison en stand-by, Dumars attend l'intersaison ?


Il faut dire que les pensionnaires du Palace of Auburn Hill avaient des raisons d'être serein. Premièrement Maurice Cheeks, le head coach vient de partir et seul l’assistant John Loyer a pris sa place. Il faut du temps pour faire les ajustements et de toute façon Loyer ne va pas demander des échanges, contrairement à Cheeks qui avait identifié certaines faiblesses ou simplement pris des joueurs en grippe (Bynum par exemple). Mais surtout Joe Dumars pense fort aux Play-offs. Eldorado des supporters de Detroit, l’accès aux phases finales est aussi la dernière chance du GM, de plus en plus contesté.


Les deux défaites consécutives contre les Bobcats ont éloignés Detroit de la 8eme place à l'Est. Pas d'ajustement en cours de saison, pas de nouveau coach et une association Ssmith-Monroe-Drummond qui ne marche toujours pas. Tom Gores, le propriétaire, va-t-il pouvoir supporter ça encore longtemps ? Affaire à suivre

1 commentaire:

  1. […] pensé que la fin de la période des transferts avait été calme dans le Michigan. Pas de mouvement un Stuckey ou un Bynum restait tranquille, sûr de ne pas […]

    RépondreSupprimer

Fourni par Blogger.