Josh Smith au cœur de la polémique après la défaite des Pistons contre Washington

Un probleme contre Smith et Cheeks | Pistonsfr, blog des Pistons en France


On espérait voir les Pistons sous un meilleur jour après la défaite contre Orlando mais il n'en fut rien. Bien au contraire, contre les Wizards Detroit est apparu totalement hors du coup, sans motivation et les tensions commencent même à se faire sentir. Une nouvelle fois, Maurice Cheeks a sévi en laissant Josh Smith sur le banc pour toute la 2eme mi-temps.


A Washington D.C. on était tout sourire en apprenant que Bradley Beal serait en tenue pour le match, malgré une blessure à la jambe la veille. Un Wizard manquait en revanche à l'appel en la personne du Français Kevin Seraphin, gêné par son genou. En même temps, face à des Pistons amorphes comme en ce moment, même les remplaçants des Wizards avaient leurs chances. John Wall (20 pts, 11 pd) a dominé facilement un Brandon Jennings qui s'est illustré par...7 turnovers. Jamais Detroit n'a été en mesure de rivaliser avec les joueurs de la capitale et c'est une nouvelle fois par Will Bynum (10 pts, 5 ast mais 3/10 aux tirs) qui a amené un peu de folie.



y-a-t-il un problème Josh Smith à Detroit ?


L’intérêt de ce match était donc nul mais c'était du coté du banc qu'il fallait avoir les yeux. Durant toute la deuxième mi-temps, Josh Smith n'est pas entré sur le terrain, vraisemblablement puni par Maurice Cheeks. Évidement jouer seulement 17 minutes n'est pas au gout de l'ailier :




Je l’ai pris comme une attaque personnelle. C’est un honneur pour moi de jouer dans cette équipe donc à chaque fois que l’on critique ma motivation, je le prends mal .  Ce n’est pas juste. Je joue dur à chaque match. J'aime le basket et je veux gagner chaque soir. Pourquoi certains critiquent mon envie de me donner à fond à chaque fois que je suis sur le terrain ?



On est alors en mesure de se demander si le torchon ne brule pas entre Smith et Cheeks, sachant qu'il s'agit de la 2eme punition pour le joueur. En interview, l'ancien d'Atlanta confirme plus ou moins cette théorie :




Désormais je veux savoir si tout le monde tire dans le même sens ou si l’on cherche un bouc émissaire. Moi je suis passé à autre chose et contrairement à certaines personnes je ne suis pas rancunier. Je ne dis pas que coach Cheeks est rancunier. Je ne sais pas. Je ne suis pas du style à aller voir le coach pour discuter en tête-à-tête



Une belle défaite contre une équipe prenable, un coach qui a du mal à gérer son groupe et une star qui commence à bouder. Les Pistons vont mal et l'année 2014 ne commencera pas avec un grand sourire. En s'inclinant 106-82 contre Washington, les Pistons s'enfoncent dans une spirale négative. Le prochain match sera forcement riche d'enseignement.

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.